La réplique › le choix d’un mot - Souveraineté ou indépendance?

Jean-Martin Aussant
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Jean-Martin Aussant

Pour une raison ou une autre, le sempiternel débat autour du bon mot à utiliser est revenu dans le débat public ces jours-ci. De « l’indépendantiste » Bernard Landry jusqu’au «provincialiste» Jocelyn Coulon mercredi dans Le Devoir, le débat sémantique a repris de plus belle.

Au fond, ce que souhaitent les souverainistes, les indépendantistes, les séparatistes ou les sécessionnistes, c’est que le Québec soit un pays en bonne et due forme, c’est-à-dire qu’il vote lui-même toutes ses lois, qu’il gère lui-même tous ses impôts et qu’il négocie lui-même tous les traités qui le lieront aux autres nations du monde. Pour ma part, j’ai toujours trouvé inutile de perdre de l’énergie à s’entredéchirer sur le choix du mot à utiliser, d’autant plus que ça semble assez futile du point de vue d’un indécis qui se demande si le projet lui-même est fondé ou pas.

Jean Chrétien prenait grand soin d’utiliser le mot séparatiste. Étrangement, je n’ai pas vu M. Coulon le critiquer à cet égard et lui reprocher de ne pas avoir parlé d’indépendance. Sans doute M. Chrétien trouvait-il que la connotation quelque peu négative et péjorative du mot séparatiste, surtout dans sa bouche, pouvait donner mauvaise image à ceux qui veulent simplement faire en sorte que le Québec possède la capacité de choisir son propre destin.
 
Le vrai travail

Dans le Larousse, le mot indépendance est défini à l’aide du mot souveraineté et, sans surprise, le mot souveraineté est défini à l’aide du mot indépendance. Peut-on laisser les gens utiliser le mot qu’ils veulent et passer au vrai travail, soit celui de convaincre les Québécois des avantages pour le Québec d’être un pays qui contrôle tous ses leviers décisionnels, comme 193 pays membres des Nations unies le font actuellement sans jamais regretter d’être maîtres chez eux ?

Pour en revenir à M. Coulon, qui prétend qu’Option nationale n’utilise pas le mot indépendance, il manque « royalement » de rigueur. Tout comme de nombreux militants du parti, j’utilise régulièrement le terme dans mes discours, bien que mon réflexe soit davantage de parler de souveraineté. C’est pour moi le même projet. Les statuts d’Option nationale, issus du congrès national de mars dernier, mentionnent d’ailleurs que l’objectif du parti est de réaliser l’indépendance du Québec.

Cela dit, ma question à M. Coulon est fort simple. S’il prétend que le seul mot pertinent est indépendance et qu’il combat ce projet, cela fait-il de lui un « dépendantiste » qui milite pour une forme de dépendance ? Glorieux projet. Le terme provincialiste serait-il plus cohérent, étant donné ses idées antipays, que le terme fédéraliste ? Est-ce que le terme monarchiste serait approprié puisque, dans le système qu’il défend farouchement, nous sommes les sujets d’une lointaine et archaïque reine, aussi bien coiffée soit-elle ?
 
Quelle indépendance ?

Pour ma part, si j’ai le réflexe d’utiliser plus fréquemment le terme souveraineté, c’est probablement parce que dans les faits, aucun pays au monde n’est indépendant au sens propre du terme (la Corée du Nord s’en rapproche, mais ce n’est pas mon modèle). Le Canada ou les États-Unis ne sont pas indépendants de leurs partenaires commerciaux. La France et l’Allemagne non plus. Tous les pays qui exportent ou importent des biens et services dépendent dans une certaine mesure de leurs partenaires économiques. Dans un tel contexte, il me semble que la souveraineté représente alors tout simplement la pleine capacité de gérer nos interdépendances avec les autres pays selon nos intérêts et non ceux d’une nation voisine qui décide actuellement à notre place. Et cette souveraineté devient de plus en plus urgente dans une dynamique de mondialisation grandissante.

Mais le choix du mot appartient bel et bien à chacun. Qu’on me dise être indépendantiste ou souverainiste, je saurai qu’on veut la même chose que moi. Si on me dit être fédéraliste, provincialiste ou monarchiste, je saurai alors qu’il reste des gens à convaincre que nous ne serons jamais si bien servis que par nous-mêmes et qu’il est grand temps que nous y voyions, bien au-delà de la sémantique. Au travail.


Jean-Martin Aussant - Chef d’Option nationale

À voir en vidéo