Les Québécois ont le droit de choisir leur avenir

Claude Ryan avait comparé la loi sur la clarté à un régime de tutelle imposé au Québec.
Photo: Archives Le Devoir Claude Ryan avait comparé la loi sur la clarté à un régime de tutelle imposé au Québec.

Au moment où la Chambre des communes du Canada est invitée par le Bloc québécois et son député André Bellavance à débattre du projet de loi abrogeant la Loi de clarification (Projet de loi C-457), il n’est pas sans intérêt de rappeler, 13 ans après l’adoption de ce texte législatif mieux connu comme la loi sur la clarté, que le combat du Québec pour affirmer son droit de choisir son statut politique est toujours d’actualité. Il l’est d’ailleurs tout autant que celui de l’Écosse, où se trouvera cette semaine la première ministre Pauline Marois, et que celui de la Catalogne, dont le Parlement vient d’affirmer le droit fondamental du pays catalan de décider de son avenir.

L’histoire contemporaine du Québec a été caractérisée par une véritable lutte pour faire reconnaître à la nation québécoise le droit de déterminer librement son statut politique. Cette revendication s’est traduite par l’adoption en 1977 d’une Loi sur la consultation populaire qui demeure aujourd’hui l’assise fondamentale du droit collectif de la nation québécoise de statuer sur son avenir politique et constitutionnel.


Organisé en vertu de cette loi, le référendum du 20 mai 1980 constituait un geste d’une portée significative et faisait dire au premier ministre René Lévesque que « la reconnaissance de ce droit [à l’autodétermination] [était] l’acquis le plus précieux du référendum québécois ». Le premier ministre libéral Robert Bourassa affirmait quant à lui, le 22 juin 1990, que « [q] uoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, le Québec est aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement ». Il organisait à son tour une consultation populaire sur l’Accord de Charlottetown et reconnaissait aux Québécois et Québécoises le droit d’approuver ou non les modifications de la Constitution du Canada. Fort d’une participation de 93,5 % de la population électorale du Québec, le référendum du 30 octobre 1995 s’avérait un troisième exercice du droit pour le Québec de choisir démocratiquement son statut politique.


En réponse à l’affirmation persistante de ce droit, le Canada a d’abord acquiescé, comme en a fait foi la participation du gouvernement du Canada et des représentants aux campagnes référendaires organisées sous l’égide de la Loi sur la consultation populaire. La quasi-victoire du camp du « oui » lors du référendum de 1995 a toutefois provoqué un changement d’attitude et n’est pas étrangère à la demande de renvoi à la Cour suprême du Canada sur la question du droit à l’autodétermination du Québec. Et l’avis formulé par les neuf juges en 1998 selon lequel le Québec avait, sur la base du principe démocratique et du principe du fédéralisme, le « droit de chercher à réaliser la sécession » explique à son tour la démarche législative visant à donner prétendument effet à l’exigence de clarté formulée par la Cour suprême du Canada dans son avis sur le Renvoi relatif à la sécession du Québec.


Comme je l’ai fait lors du débat sur le projet de loi C-20 en ma qualité de député du Bloc québécois d’alors, je persiste et signe aujourd’hui en affirmant que le gouvernement a trompé et trompe encore aujourd’hui la population du Canada et du Québec avec sa loi sur la clarté, car elle est elle-même l’antithèse de la clarté. Ses dispositions ne sont d’ailleurs pas conformes à l’avis de la Cour suprême dont elle est une interprétation aussi abusive qu’unilatérale.


Cette absence de clarté justifierait d’ailleurs qu’elle soit déclarée ultra vires pour motif d’imprécision constitutionnelle. Et on peut également arguer qu’une loi constitutionnelle était le véhicule approprié pour donner effet à l’exigence de clarté et voir à l’encadrement de l’obligation fédérale de négocier un amendement constitutionnel visant à respecter le droit du Québec à chercher à réaliser la sécession. En définitive, la loi sur la clarté est une loi constitutionnelle déguisée et ne pouvait être adoptée par le Parlement du Canada.


L’occasion de lever la « tutelle »


Pour reprendre une expression utilisée par le regretté Claude Ryan au moment du débat sur le projet de loi sur la clarté, cette loi vise à imposer un régime de tutelle au Québec. Une tutelle qu’une majorité absolue de députés québécois à la Chambre des communes (47 sur 73) a refusée en votant contre le projet de loi C-20. Deux députés du Nouveau Parti démocratique, dont Svend Robinson, avaient d’ailleurs joint leurs voix à celle du Bloc québécois et il est à espérer que les 59 députés néodémocrates du Québec qui siègent actuellement à la Chambre des communes du Canada feront preuve du même courage lorsque la Loi abrogeant la Loi de clarification (Projet de loi C-457) sera mise aux voix.


Il importe de rappeler aujourd’hui, 13 ans après l’adoption de la loi sur la clarté, que le Québec n’est pas moins libre qu’il ne l’était dans les années 1980 et en 1990 d’affirmer qu’il n’appartient pas au Canada, et que c’est à sa Chambre des communes de dicter l’avenir du Québec. La loi sur la clarté ne privera jamais le Québec, son Parlement et son gouvernement, de sa liberté de formuler le projet d’avenir qu’il croit le meilleur pour ses citoyens et ses citoyennes.


Le Québec a d’ailleurs manifesté une telle liberté en opposant à la loi sur la clarté une Loi sur l’exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l’État du Québec. Cette loi affirme que le peuple québécois est titulaire des droits universellement reconnus en vertu du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes. Elle affirme aussi qu’il a le droit inaliénable de choisir librement le régime politique et le statut juridique du Québec et qu’il détermine seul, par l’entremise des institutions politiques qui lui appartiennent en propre, les modalités de l’exercice de son droit de choisir le régime politique et le statut juridique du Québec. Elle définit en outre l’une de ces modalités en affirmant que la majorité requise pour mettre en oeuvre un projet de souveraineté est de 50 % + 1 des voix validement exprimées.


Par sa détermination et sa persévérance, le Québec a contribué à faire émerger un droit des peuples à déterminer librement et démocratiquement leur statut politique. Il n’est plus seul dans ce combat, car l’Écosse et la Catalogne, le Pays Basque et la Galice, ainsi que d’autres nations du monde expriment aujourd’hui leur désir de liberté en affirmant, comme le Québec, leur droit démocratique de choisir leur statut politique et d’opter, si tel est le désir de leur peuple, pour l’indépendance nationale.

***
 

Daniel Turp - Professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal et ancien député du Bloc québécois

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

17 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 28 janvier 2013 06 h 08

    Ryan se trompait!

    Soyons sérieux. Claude Ryan s'est fourvoyé au sujet de la Loi sur la clarté: il n'y a pas tutelle. Québec peut poser la question qu'il veut lors d'un référendum sur la souveraineté. Le fédéral donne son avis sur la question, ce qui est bien normal, et le Québec de toujours poser la question qu'il veut. Après, comme dirait un certain Fraçois Legault, on verra...!

    • Michel Bédard - Inscrit 28 janvier 2013 12 h 41

      J'ai voté Oui aux 2 référendums, et c'est vrai que les deux questions furent incroyablement tortueuses ou tordues pour gagner le plus de Oui. Comme disait Sol, c'était pas clair...

  • Gilles Bousquet - Abonné 28 janvier 2013 07 h 30

    Attendez les votes aux référendums sur les séparations.

    Sur la séparation de l'Écosse et de la Catalogne, dès l'an prochain, en 2 014, ce qui devrait stopper, si c'est NON, ou accélérer, si c'est OUI, la séparation, du Québec du Canada, à cause des précédents qui offrent des directions aux autres. Pas tout le temps mais assez souvent.

    D'une façon ou d'une autre, ce projet de loi, s'il aboutit, pour abroger la loi sur la clarté référendaire, n'a pas de chances de passer en plus que les néo démocrates du Québec, des fédéralistes, vont probablement voter contre, afin de ne pas se couper du reste du Canada...me semble.

    • Mathieu Bouchard - Inscrit 28 janvier 2013 10 h 05

      Je vois pas pourquoi on devrait attendre. L'indépendance, c'est à tous les jours qu'on la construit. Un OUI ailleurs peut être un encouragement, mais je vois pas pourquoi on prendrait n'importe quel NON ailleurs dans le monde comme étant une preuve que le Québec sera pas capable.

      D'ailleurs, le Québec de 1994-95 a été une inspiration pour l'Écosse et pour la Catalogne, même si le NON a gagné. Si l'Écosse et la Catalogne attendait voir ce que le Québec va faire en matière d'indépendance d'ici 2020, il y a rien qui se ferait chez eux pour régler leur question nationale.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 29 janvier 2013 10 h 16

      M Bousquet, de votre part, ce ne sont que supputations d'un crypto-fédéraliste sur ce qui pourrait se passer.

  • Laurent Desbois - Inscrit 28 janvier 2013 08 h 23

    J’ai l’impression d’entendre PET…. un demi-siècle plus tard !


    Et voila ce que les alliés progressifs de QS, le NDP, représente!!!!
    Thomas Mulcair NDP était libéral!
    Bob Rae libéral était NDP!

    Lors du vote sur les mesures de guerre en 1970, Il y avait vingt députés NDP au parlement. Tommy Douglas fut le seul à avoir le courage de voter contre et il en a payé le prix politique.

    De plus, le NPD a appuyé les libéraux lors du rapatriement de la constitution de Trudeau en 1982 et lors de la loi sur la clarté de Dion récemment!!!!

    Le NDP s'est opposé à l'Entente du Lac Meech et trouvait que l'entente de Charlottetown était trop généreuse pour le Québec.

    En 2008, le NDP a voté contre le retrait des troupes en Afghanistan en février 2009 et plus récemment, pour le maintien des attaques en Lybie.

    Est-ce un hasard que quand j’écoute ces Turmel (Boulerice) ou Mulcair (Saganash), j’ai l’impression d’entendre PET…. un demi-siècle plus tard ! « Un non, c’est un oui….. ». Soyons clair ! Le NDP est un parti ultra centralisateur et fédéraliste!!!

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 28 janvier 2013 15 h 17

      Le vrai visage du NPD (fédéraliste et centralisateur) va se révéler au grand jour lors du vote. Si les députés NPD sont présents en Chambre bien sûr.

  • Victor Beauchesne - Inscrit 28 janvier 2013 08 h 35

    comme en Écosse ?

    Les gouvernements de l'Écosse et de la Grande-Bretagne se sont mis d'accord bien à l'avance sur le libellé de la question référendaire, qui est très simple d'ailleurs. Ils se sont aussi entendus qu'il n'y aurait qu'un seul référendum et que la réponse serait finale.

    Au Québec les souverainistes pensent qu'on peut continuer avec des référendums ad nauseam jusqu'à ce qu'ils obtiennent la réponse qu'ils veulent et toujours sans aucun apport du gouvernement du Canada. Ça s'appelle un poids deux mesures.

  • Jean Lapointe - Abonné 28 janvier 2013 08 h 52

    Il n' y a pas que de la corruption au Québec

    Daniel Turp affirme que «Par sa détermination et sa persévérance, le Québec a contribué à faire émerger un droit des peuples à déterminer librement et démocratiquement leur statut politique.»

    Il y a des Québécois qui semblent en venir à penser que tout le Québec serait corrompu à cause des révélations qui sont faites devant la juge Charbonneau et que nos devrions donc nous en mortifier.

    C' est oublier un peu vite qu'il y a aussi des choses très positives qui ont été faites chez nous, comme par exemple travailler à l'émergence de ce droit pour les peuples à déterminer librement et démocratiquement leur statut politique.

    Pendant que certains d'entre nous ne pensaient qu'à s'enrichir de toutes les façons possibles, d 'autres se sont plutôt battus pour que le Québec devienne un pays libre. Et ils continuent leur combat.

    Je trouve que les médias n'en font pas suffisamment mention.

    On dirait qu'il y a de gens qui aiment bien se complaire dans la médiocrité mais, heureusement ce n'est pas le cas de tout le monde.

    Quand je lis certains journaux j'ai l'impression que ce à quoi s'occupent surtout les journalistes c'est à inciter les gens à la révolte, à inciter les gens à se soulever contre les autorités établies en s'attardant en long et en large à tout ce qui leur apparait comme scandaleux.

    On dirait que les médias ont oublié qu'ils ont un rôle d'éducation à jouer.

    • Michel Bédard - Inscrit 28 janvier 2013 12 h 54

      Le rôle des médias n'est pas d'éduquer, de forger de meilleurs citoyens. Un media est avant tout un produit de consommation (j'ai appris ça dans mes cours en comm.). Jean, les médias n'ont rien oublié...

    • Louka Paradis - Inscrit 28 janvier 2013 18 h 03

      La mission de la télévision et de la radio publique d'État, nommée Société Radio-Canada, est : informer, éduquer et divertir. Avec des cours de communication donnés par des professeurs complètement vendus à la marchandisation tout azimut, pas étonnant que les médias ne cessent de s'enfoncer dans la médiocrité. Les médias ne doivent pas servir uniquement de la malbouffe pour l'esprit et l'âme... que les réseaux sociaux s'emploient ensuite à régurgiter. On voit les résultats tous les jours dans les journaux jaunes.
      Louka Paradis, Gatineau