L’Équipe Labeaume et le patrimoine à Québec - Une préoccupation réelle, des réalisations concrètes

En politique, il se développe parfois des légendes urbaines alimentées par des rumeurs sans fondement. C’est ce que nous vivons depuis quelque temps à Québec. « L’Équipe Labeaume ne s’intéresse pas au patrimoine de la ville », nous raconte-t-on à gauche et à droite, comme s’il s’agissait d’une vérité indéniable. Pourtant, la réalité est tout autre, et il est grand temps de tuer cette rumeur injuste et injustifiée.


Nos détracteurs, ainsi que certains chroniqueurs qui ne prennent jamais le temps de nous parler, remâchent sans cesse les mêmes histoires et se plaisent à dénoncer les quelques cas de démolition qui ont fait jaser à Québec au cours des dernières années. Mais jamais, au grand jamais, ils ne parlent de ce qui a été sauvé. Jamais ils n’ont l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que l’administration Labeaume a protégé et requalifié de nombreux immeubles patrimoniaux et même des quartiers qui avaient été abandonnés par ses prédécesseurs.


Et la liste est longue… On parle d’au moins 40 millions de dollars en investissements de la Ville. Voici donc quelques exemples de sauvetage du patrimoine signé Équipe Labeaume, afin de remettre les pendules à l’heure et de rétablir les faits.


1. Les Nouvelles Casernes. Ce vestige du régime français datant du XVIIIe siècle et faisant partie du système de fortifications de Québec était à l’abandon depuis quarante ans. Aucune administration municipale n’était parvenue à convaincre le gouvernement de classer et de sauver ce magnifique bâtiment. Nous l’avons fait en juillet 2012. Un geste extrêmement important qui passera assurément à l’histoire, tout comme la sauvegarde des fortifications par Dufferin.


2. Le temple Wesley. Cet édifice, qui a abrité l’Institut canadien et qui est situé en plein coeur de l’arrondissement historique, tombait en ruines depuis le milieu des années 90. Nous avons sauvé le temple et décidé de le transformer en Maison de la littérature, un projet unique au Canada qui prendra son envol en 2014. Coût pour la Ville : 8,3 millions.


3. La Maison Loyola. L’endroit était une véritable verrue dans la rue d’Auteuil depuis le début des années 2000. Nous lui avons redonné son âme et sa noblesse en y relocalisant l’école de la rue de la Maison Dauphine avec l’aide du gouvernement et de mécènes comme Michel Dallaire. Coût pour la Ville : 2,5 millions.


4. Le Couvent de Beauport. Cette perle du patrimoine logée au coeur du Vieux-Beauport était abandonnée et cloisonnée depuis des années. Nous avons acheté le couvent et nous lui redonnerons vie en le reconvertissant en maison des citoyens pour l’arrondissement de Beauport. Coûts pour la Ville : 8 millions.


5. Le monastère des Augustines. Un des secrets les mieux gardés du Vieux-Québec. La Ville a répondu à l’appel de cette communauté religieuse qui a choisi d’en faire un lieu de mémoire habité, un projet qui frappe par sa qualité et son originalité. Coût pour la Ville : 6 millions.


6. L’église Saint-Denys-du-Plateau. Nous avons sauvé de la démolition cette oeuvre de l’architecte reconnu de Jean-Marie Roy et nous la reconvertissons présentement en bibliothèque branchée sur les nouvelles technologies dans le respect de son architecture et de son patrimoine. Coût pour la Ville : 11,5 millions.


7. Le quartier Everell. Personne avant nous ne daignait s’intéresser à ce quartier à haute valeur patrimoniale de Beauport qui regorge d’anciennes résidences de villégiature ayant fait le bonheur à l’époque des biens nantis de Québec. Personne avant nous n’avait tenté de protéger le secteur et tout le monde avant nous avait laissé le quartier se développer dans le chaos.


Je pourrais poursuivre cette énumération encore longtemps. […] Et je ne mentionne pas ici la vingtaine de démolitions qui ont été évitées sur Grande Allée au cours des dernières années grâce à l’intervention de la Commission d’urbanisme, qui a émis des avis défavorables à des promoteurs gourmands.


L’Équipe Labeaume travaille avec détermination et rigueur à la protection du patrimoine qui fait la richesse de Québec, une ville fière d’être inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Avant de crier au loup, s’il vous plaît, parlez-nous. Nous avons de belles et de vraies histoires à vous raconter.

***
 

Julie Lemieux - Conseillère municipale du district de la Chute-Montmorency et Responsable de la culture et du patrimoine au comité exécutif de la Ville de Québec

À voir en vidéo