«L’homme de quelques idées claires»

Jacques Parizeau, ancien premier ministre du Québec
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Jacques Parizeau, ancien premier ministre du Québec

Lévesque a été finalement l’homme de quelques idées très claires. […] La première, c’est que le Québécois n’est pas né pour un petit pain et qu’il peut réaliser de grandes choses. Ça, il l’a répété des centaines de fois, ç’a été dans un certain sens sa marque de commerce. Compte tenu de l’époque, c’était une sorte de marque, de foi dans la capacité du Québécois, qui traînait des complexes d’infériorité depuis bien longtemps. […]

La deuxième idée est que le seul levier dont le Québécois dispose, c’est son État. Ça, après toutes les années d’Union nationale qu’on avait connues, c’était absolument révolutionnaire. […]

La troisième idée, c’est que le fédéralisme canadien, qu’on l’aménage de n’importe quelle façon, est un frein à la progression du Québécois. Ça va mener à la souveraineté, cette troisième idée là. En fait, la combinaison des trois mène à l’idée de la souveraineté-association. […]


Toutes ces idées claires que je vous présente l’une après l’autre ont amené des réalisations. […] Grâce à Lévesque. D’abord pendant la Révolution tranquille. Ensuite, après 1976, avec l’extraordinaire cabinet qu’il avait réussi à constituer. Tous les instruments ont été mis en place. Chacune des idées que je vous ai amenées là, elles ont évolué. […]. Et quand vous regardez chacune de ces idées-là, elles font qu’à mon sens, Lévesque est la figure politique dominante au Québec de la deuxième partie du XXe siècle, bien plus que Trudeau. […]


La mort de Lévesque n’a pas accéléré mon accession à la tête du Parti québécois. […] C’est une coïncidence, c’est tout. C’est [la doctrine de] l’affirmation nationale de Johnson qui a […] créé sa propre réaction. […] C’est là que non seulement Gérald Godin mais quelques députés dans l’opposition ont commencé à réagir assez fortement à l’égard de Johnson. […] Ce sont des événements qui sont coïncidents, peut-être, mais qui sont parallèles, qui ne se croisent pas.


Jacques Parizeau, ancien premier ministre du Québec

Propos recueillis par Antoine Robitaille


À voir en vidéo