Pour une poignée de dollars

Imaginons un cadre d’entreprise dont le salaire est de 145 000 $. Imaginons qu’il ait en outre une prime de rendement et quelques revenus de placements, voire des revenus de loyer, pour des gains totaux de 190 000 $. On ne parle pas ici d’un Warren Buffett ou d’un Bill Gates ; juste un citoyen ordinaire faisant partie de ce qu’on appelle la classe moyenne supérieure.


À 190 000 $, il a droit au maximum de REER. Attention : ce n’est pas une exemption d’impôt. C’est un revenu qu’il reporte (il ne le touchera que dans 10, 15 ou 20 ans), ce qui permet de reporter aussi l’impôt. Mais tôt ou tard, il le paiera.


Par contre, avec un bon conseiller financier, notre contribuable peut aussi adopter des stratégies fiscales qui lui permettront de déduire certains investissements dans des secteurs stratégiques, de réclamer divers crédits d’impôt, d’emprunter pour déduire des frais d’intérêt, etc. Bref, avec un peu de planification, il peut facilement réduire ses gains imposables à 150 000 $. À ce niveau, il paiera sans doute 50 000 $ aux deux ordres de gouvernement (fédéral et provincial), ce chiffre comprenant les diverses cotisations aux régimes d’assurance-emploi, de pension et de santé.


Marge de manoeuvre


C’est beaucoup, certes, mais ça lui laisse un revenu réel, après impôts et autres déductions, de 100 000 $. Avec ça, notre contribuable ne fait pas partie des richissimes, mais il peut vivre très confortablement. Comptez (en arrondissant tous les chiffres) ce que sa maison lui coûte (30 000 $ par an, si c’est une grosse maison qu’il n’a pas encore fini de payer), son chalet (12 000 $), son auto (7000 $), la bouffe de sa famille (10 000 $), les vêtements (10 000 $), les sorties (5000 $), les vacances (10 000 $ s’il ne se prive pas), les produits d’hygiène et les dépenses diverses.


Cela lui laisse une bonne marge de manoeuvre, environ 10 000 $ par année qu’il épargnera en prévision des coups durs. Notez que si son épouse travaille aussi et que ces dépenses sont partagées, ou si sa résidence est entièrement payée, c’est facilement 20 000 ou 25 000 $ que notre cadre d’entreprise pourra épargner année après année. À ce rythme, il faudra tout de même 15 bonnes années avant que ses REER et ses épargnes fassent de lui un retraité millionnaire. Je l’ai dit, on ne parle pas ici d’un cas de richesse scandaleuse.


Pour un iPad


Regardons maintenant le triste sort que le PQ lui promet. Désormais, l’impôt sur portion de son revenu imposable qui dépasse 130 000 $ sera haussé de 3 %. Notre homme devra payer en fin de compte 600 $ de plus.


Oui, vous avez bien lu : 600 $ de plus pour financer la santé. Me semble que ce n’est pas cher payé. À peine le prix d’un iPad. Notre personnage type verra sa marge de manoeuvre passer de 10 000 à 9400 $ (ou de 25 000 à 24 400 $ si sa conjointe travaille ou si sa maison est payée). Bien sûr, il peut déménager en Ontario, et payer 2000 $ de plus en frais de transport. Ou aux États-Unis s’il y trouve un emploi équivalent… et si ça ne le dérange pas de payer 6000 $ pour une assurance maladie privée !


Personnellement, je ne crois pas habile de changer les règles d’imposition des gains en capital sans donner aux gens le temps d’ajuster leurs stratégies de retraite. Mais l’ajout de deux niveaux supplémentaires dans nos tables d’impôt me semble une mesure anodine. Et somme toute bien plus juste qu’une taxe santé de 200 $ pour tous. Cessons d’en faire tout un plat.

À voir en vidéo