Tensions linguistiques - Lettre d’une anglophone à son Québec

Les relations entre anglophones et francophones représentent un enjeu important dans l’évolution de la société québécoise.
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Les relations entre anglophones et francophones représentent un enjeu important dans l’évolution de la société québécoise.

L'anglophone en moi a été révoltée d’entendre les mots que Richard Henry Bain aurait criés avant d’ouvrir le feu la semaine passée au Métropolis, car les relations entre anglophones et francophones au Canada représentent un enjeu très important pour moi.

Toute la semaine suivant la mort de Denis Blanchette, j’ai attendu qu’une voix anglophone modérée avance qu’il est temps pour tout le monde au Québec, surtout les anglophones et les francophones, de cesser d’alimenter cette mentalité du « nous et vous » qui crée des conditions précédentes un tel événement tragique. Je n’ai pas encore entendu cette voix.


J’ai déménagé au Québec, car j’ai appris que les valeurs de solidarité, d’engagement communautaire et d’inclusion sont plus fortes ici qu’ailleurs au Canada. De plus, je suis souverainiste, car je crois que le Québec est capable d’avoir une société plus juste et équitable si on lui donne une plus grande autonomie politique, et je crois que la souveraineté est une façon d’y arriver. J’ai appris le français ici et je suis fière de le parler avec ses mots, ses expressions, son accent. Si demain le Québec devait quitter le Canada, je ne penserais même pas à quitter le Québec.

 

Tensions enracinées


Néanmoins, tout cela ne suffit pas. Vivre ici, c’est pour moi l’obligation de contribuer de manière constructive aux dialogues sur les droits linguistiques des minorités, la souveraineté, et les tensions profondément enracinées entre les anglophones et les francophones et entre le Québec et le Canada.


Cela devient difficile si je me définis comme anglophone et Canadienne d’abord et avant tout, au lieu de me voir d’abord comme citoyenne de la communauté où j’habite. Au cours de la semaine dernière, j’ai appris que si je veux contribuer à adoucir les rapports de tension et les malentendus entre les anglophones et les autres, je dois me définir comme Québécoise d’abord et avant tout, bien que ma perspective soit colorée par mes origines linguistiques et ethnoculturelles. Comme ça, je peux arrêter de me demander ce qui nous arrivera à « nous, les anglophones » au Québec et commencer plutôt à me demander ce que je peux faire, comme Québécoise, pour contribuer à l’évolution de cette société.


Nous existons, nous les anglophones qui reconnaissons notre statut de groupe minoritaire privilégié au Québec, un statut qui nous donne une très grande responsabilité dans l’établissement d’un dialogue respectueux et inclusif avec la majorité. Nous existons, nous les anglophones qui choisissons de mettre l’accent sur la construction d’une meilleure société québécoise pour tous. De mon côté, j’essaierai plus fort d’aborder mes relations avec les francophones du Québec avec humilité et compréhension. Après tout, le Québec m’a appris récemment que quand nous agissons ensemble, en solidarité, nous arrivons souvent à faire de beaux changements pour tout le monde, et chez nous.

À voir en vidéo