Élections 2012: 35 jours après le départ

Nous avons vécu toute la gamme des émotions, durant la soirée électorale, avec la victoire du Parti québécois, la montée du Parti libéral et, surtout, l’attentat meurtrier qui visait la première ministre. D’un côté, la démocratie venait de s’exprimer et, de l’autre, l’extrémisme violent d’un individu tue un travailleur et blesse huit millions de personnes.

Cette élection aura incontestablement été différente de celles auxquelles nous sommes habitués.


Après une campagne électorale intensive, quatre débats houleux et une lutte acharnée entre six partis politiques, nous sommes revenus exactement au même résultat que lors de notre premier sondage de la campagne.


Ce sondage publié dans Le Devoir du 9 août donnait 32 % pour le PQ, 31 % pour le PLQ, 27 % pour la CAQ et 6 % pour QS, soit exactement le résultat final de l’élection.


Que s’est-il vraiment passé au cours de ces 35 jours de campagne ? Pourquoi le PQ n’a-t-il pas atteint sa majorité, pourquoi le PLQ a-t-il eu 4 points de plus que prévu et pourquoi la CAQ a-t-elle stagné à 27 % ?

 

Volatilité du vote


Il y a eu une forte volatilité de l’électorat. À peine 26 % des électeurs avaient déjà fait leur choix avant le début de la campagne. Quelque 35 % des gens nous confient avoir attendu à la dernière semaine, et 10 % ont confirmé leur choix dans l’isoloir. Du jamais vu.


En somme, les Québécois ont hésité longtemps et sont revenus à leur choix initial.

 

Deux campagnes


La première partie de la campagne a été essentiellement un référendum sur Jean Charest. Plus de 70 % des gens exigeaient un changement de gouvernement et la CAQ est devenue rapidement une solution de rechange crédible. À partir du moment où la majorité des gens ont été convaincus de la défaite libérale, la cible de la campagne avait changé.


La seconde partie de la campagne est devenue un référendum sur le référendum. Le PQ est alors devenu la menace.


Un vote contre


Pour bien mesurer les raisons du vote, nous avons réalisé un exit poll à la sortie des bureaux de vote. Les résultats sont très significatifs.


Encore une fois, la majorité des gens ont davantage voté contre les partis que l’inverse. Les péquistes (39 %) ont voté contre le gouvernement libéral. Les libéraux (37 %) ont voté contre le Parti québécois et les caquistes ont voté contre le PQ (32 %) et contre le PLQ (21 %).


À la fin de la campagne, il y avait plus de gens affirmant qu’ils ne voteraient jamais pour le Parti québécois (61 %) que pour le PLQ (53 %).


En somme, à partir du moment où les gens ont été convaincus de l’élection du PQ, ils ont conclu qu’ils ne souhaitaient pas lui donner la majorité. C’est vrai de l’ensemble des Québécois, mais c’est surtout vrai de la communauté anglophone, où 80 % d’entre eux ont voté libéral.

 

Non au référendum


Notre sondage final a parfaitement mesuré les intentions de vote pour 5 des 6 partis, avec un écart de moins de un point, et a sous-évalué le PLQ de quatre points. Dans les années 1970, la prime de l’urne favorisait souvent le Parti libéral, particulièrement lorsque la souveraineté était l’enjeu principal. Ce n’était plus le cas dans les années 2000, où les sondages surestimaient le vote libéral. La possibilité d’un nouveau référendum a rebuté une forte proportion des gens.


Les derniers jours de la campagne ont démontré que pour les Québécois, le meilleur rempart contre la tenue du référendum a toujours été Jean Charest.

***

Sondage et résultats

1er sondage

PQ: 32 %
PLQ: 31 %
CAQ: 27 %
QS: 6 %
ON: 2 %
PV: 2 %
Autres 0 %

Dernier sondage

PQ: 33 %
PLQ: 27 %
CAQ: 28 %
QS: 7 %
ON: 3 %
PV: 1 %
Autres: 1 %

Résultats

PQ: 32 %
PLQ: 31 %
CAQ: 27 %
QS: 6 %
ON: 2 %
PV: 1 %
Autres: 1 %

Moment du choix final

Avant le début de la campagne: 26 %
Au début de la campagne: 17 %
Avant le débat des chefs: 5 %
Après les débats des chefs: 16 %
Dans la dernière semaine: 10 %
Au cours du dernier week-end: 8 %
La journée de l’élection: 7 %
Dans l’isoloir: 10 %

Pourquoi avoir voté libéral ? (Plus d’un choix est possible)

Contre le PQ: 37 %
Unité canadienne: 29 %
Candidat libéral: 25 %
Développer l’économie: 18 %
Droits de scolarité: 18 %
Valeurs libérales: 14 %

À voir en vidéo