Lettre à la minorité révoltée - Connaissez-vous la majorité silencieuse?

Manifestants à Montréal, à la fin mai.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Manifestants à Montréal, à la fin mai.

Contrairement à ce que semblent croire les détracteurs du gouvernement libéral, la majorité silencieuse est, pour la plupart des gens, extrêmement politisée et consciente des enjeux actuels. Ce sont des gens de tous les jours, ces gens qui ont élu le Parti libéral en lui donnant une majorité, et qui plus est sont satisfaits du leadership de Jean Charest.


Sans risquer de lancer une comparaison irrespectueuse (comme ces « étudiants » qui ont osé comparer le combat des rebelles syriens au nôtre), je dirais que la situation actuelle ressemble à l’état de la religion islamiste à travers le monde ; bien que 99 % des musulmans soient pacifiques et ne désirent que la paix, le pourcentage restant, composé lui-même d’une minorité d’extrémistes violents, suffit à donner au reste du monde une image négative de tout ce qui touche de près ou de loin à l’islam. De même, jour après jour, l’on clame toutes sortes d’absurdités et d’insultes, aussi grossières qu’inappropriées envers M. Charest et ses libéraux. Comme le déplorerait John Stuart Mill, nous sommes en train d’assister à une minorité « tyrannisant » une majorité.

 

Pas tous les Québécois…


Ce ne sont pas tous les Québécois qui croient aux absurdes allégations de corruption rapportées dans le rapport Duchesneau, rapport créé par un policier à la retraite dont la subjectivité est matière à discussion. C’est la pression d’une minorité, criant au scandale sans même s’informer sérieusement, qui a poussé le gouvernement à investir des millions dans une commission d’enquête inutile… et qui par la suite se plaint de manque de fonds pour d’autres domaines tels que la santé.


De plus, si cette minorité s’était évertuée à suivre l’évolution de la commission Charbonneau, elle se serait rendu compte que l’affaire a été grandement amplifiée par une clique d’animateurs de radio et de « journalistes » plus préoccupés d’augmenter leur cote d’écoute et leur lectorat que d’offrir de l’information valable. Les maigres cas de corruption, grâce à la complicité de médias subjectifs et non professionnels, sont passés des faits divers à un enjeu politique superficiel et sans aucun fondement. De plus, il me semble contraire à l’éthique d’accuser le gouvernement actuel d’être corrompu alors que ladite commission n’a pas encore rendu ses travaux et ses conclusions.


Ce ne sont pas tous les Québécois qui s’opposent au Plan Nord et à sa gestion, un des plus grands projets de développement durable au monde, dont les retombées économiques se chiffreront en milliards de dollars, tourné en ridicule par quelques pseudo-experts et une minorité de journalistes et d’étudiants mal informés. Dans l’Histoire, tous les dirigeants ayant eu de l’ambition et de grands projets pour leur communauté se sont fait attaquer par ceux qui n’avaient pas l’intelligence de les comprendre, ou par pure jalousie devant la capacité d’autrui à accomplir ce qu’ils n’auraient jamais pu même concevoir.


Ce ne sont pas tous les Québécois qui portent le carré rouge. Faut-il le rappeler, les étudiants en grève ne représentent qu’une minorité dans la catégorie « étudiante », qui elle-même représente une minorité dans la population… Pourtant, ce sont leurs clameurs et leurs arguments illogiques que l’on entend partout. Ces mêmes étudiants qui disent se battre pour la « démocratie », alors que, paradoxalement, ils encouragent l’anarchie.


Le gouvernement actuel a été élu de façon démocratique, et une fois en place, il doit se faire respecter. Il est donc de son devoir d’ignorer le chantage provenant de n’importe quelle classe sociale, étudiants comme banquiers. Dans cette optique, le gouvernement Charest a agi de façon exemplaire, allant même jusqu’à s’abaisser et à accorder une place aux « dirigeants » des associations étudiantes, ces « dirigeants » qui, du haut de leur diplôme d’études collégiales, croient être en mesure de juger et de comprendre toute la portée des enjeux politiques défendus par les libéraux.


Ces mêmes associations jugent le gouvernement actuel antidémocratique. Quand on dit que le ridicule ne tue pas…

 

De l’opportunisme


La majorité des Québécois est révoltée par l’opportunisme flagrant de Léo Bureau-Blouin et de Pauline Marois. Ces mêmes Québécois trouvent risible l’opposition à la loi 78, jugée « liberticide », alors que c’est l’arrogance même et le refus de négocier des manifestants qui a acculé les libéraux à voter cette loi, dans le but de défendre la majorité qui veut continuer à étudier. Ce sont ces Québécois qui étudient en sciences politiques et travaillent réellement pour l’avenir de notre future nation. C’est cette majorité qui travaille durant les vacances pour payer leurs études, et qui se fait déranger les soirs d’été par le tapage de casseroles d’enfants gâtés qui sont en vacances depuis six mois déjà… Il est grand temps que cela cesse.


Il est toujours plus facile de crier que de réfléchir. De blâmer plutôt que de comprendre. D’accuser au lieu de s’informer. De tout mettre sur le dos du méchant gouvernement.


Et pour ces velléitaires bruyants qui peuplent nos rues, je tiens à leur rappeler que nous sommes, que vous l’acceptiez ou non, en démocratie. En démocratie, le gouvernement et les partis politiques d’un État reflètent la population qui la compose. Si vous trouvez que notre gouvernement est pathétique, corrompu et menteur, eh bien… je vous laisse finir le raisonnement.

***
 

Pascal-Olivier Prémont - Étudiant en sciences humaines – Enjeux et politiques

83 commentaires
  • Guillaume Labelle - Inscrit 8 août 2012 01 h 30

    et pourquoi cette ''majorité'' est-elle silencieuse?

    Serait-ce qu'elle est avant tout apathique?

    • Chantal Mino - Inscrite 8 août 2012 08 h 41

      En accord avec vos propos M. Labelle, je rajouterai ...

      Qu'attend cette présumée majorité silencieuse, nommée également par Jean Charest, qui en soit représente moins de 30% des Québécoi(se)s qui ont élu le PLQ, pour aller manifester ? Peut-on enfin la voir ou la lire cette présumée majorité silencieuse ésotérique ? Serait-ce qu'elle n'en a pas besoin, ou qu'elle veut rester cachée, ayant déjà de très bons contacts et de l'$$$$$$$ pour acheter ce qu'elle veut, y compris certains de leurs larbins de nos institutions publiques et médiatiques à leurs services ? ... Gratte-moi le dos et je gratterai le tien quand tu en aura besoin ...

      Ha ! L'$$$$$$$ ! Certain(e)s pensent vraiment qu'ils peuvent tout acheter sur cette terre, étant la présumée crème intelligente et privilégiée de notre société Québécoise. Pourtant ... juste de la crème (notre gouvernance) en totalitaire, ça tombe sur le coeur assez rapidement ... ça prend un bon gâteau consistant (le peuple) pour que ce soit vraiment bon comme dessert démocratique, vous ne croyez pas M. Pascal-Olivier Prémont ?

      Je serai curieuse de savoir ce que vous faites dans la vie M. Prémont et qui sont vos contacts et vos amis ...

      Ha ! La Toute-puissance ... Ha ! La percetion de chacun ...

      Savoir communiquer, c'est de savoir joindre notre perception à celle de notre entourage, de notre communauté afin de nous ouvrir le monde à plus de liberté et de connaisance, et non pas se laisser influencer, intimider et écraser afin d'imposer cette perception partisane au profit du 1% en modifiant la réalité et les apparences, je suis gênée pour les gens qui usent de dernier.

    • Michel Richard - Inscrit 8 août 2012 11 h 09

      Ben non.

      Il existe une large portion de la population pour qui l'important c'est l'éducation des enfants (devoirs, sports et autres activités), l'entretien de la maison ou de l'appartement, l'épicerie, la popote, le lavage . . . et le boulot. Etc . . .
      Ce sont des gens qui paient leurs impôts et leurs taxes, qui participent peut-être à la vie de quartier et qui n'ont rien à cirer d'aller manifester contre une Loi ou un gouvernement.
      Beaucoup de ces gens vont voter assidûment.
      Et ce n'est pas parce qu'elle fait ces choix qu'elle mérite votre fiel.

    • Pascal-Olivier Prémont - Inscrit 10 août 2012 21 h 49

      Merci Mr. Richard.

  • Kim Cornelissen - Inscrite 8 août 2012 01 h 54

    La majorité silencieuse, ça n'existe pas!

    C'est comme le "sexe" des anges, la majorité silencieuse, ça n'existe pas, c'est un concept... On ne peut surtout pas parler pour celles et ceux qui ne s'expriment pas; la diversité de points de vue est bien trop grande pour que l'on puisse présumer de ce qu'une majorité de gens peuvent penser... Or ce texte présume que si l'on ne s'est pas exprimé en faveur du soutien étudiant ou contre le Plan Nord, c'est parce qu'on est forcément contre. Et qu'en plus, on serait mal informés - du moins les étudiants. Or, tout comme pour le gaz de schiste, la dernière chose que l'on puisse dire de bien des gens qui s'oppose à la hausse des frais étudiants, au gaz de schiste ou au Plan Nord, c'est qu'il sont mal informés... Peut-être que le rédacteur de ce billet devrait s'interroger sur ses propres connaissances avant de s'aventurer à écrire sur l'ignorance des autres et de présumer de leur opinion...

  • François Ricard - Inscrit 8 août 2012 05 h 32

    C'est le système lui-même qui est remis en cause

    Près de la moitié des électeurs ne s'est pas prévalu de son droit au dernier élection.
    De ceux qui ont voté, moins de 40% a voté pour le PLQ. Ce qui fait que le PLQ représente 24% de la population. Et il est majorirtaire.
    Le parlementarisme à la britannique, par son exigence de respecter la ligne de parti, est une dictature déguisée. Le premier ministre est, pour la durée de son mandat, le seul maître à bord. Un véritable monarque.
    De plus, le financement des partis politiques permet aux plus riches de notre société d'être les véritables propriétaires de certains de nos partis. D'où la transformation de notre démocratie en ploutocratie.
    D'autant plus, qu'une démocratie, pour avoir une vie vigoureuse, se nourrit d'information complète et impartiale. La concentration de la presse nous donne une information biaisée et tronquée.
    La population en a marre de ce système dominé par des oligarques et a soif de véritables changements.
    Mais aucun des partis aujourd'hui dominants, PLQ, PQ, CAQ, n'a l'intention de répondre à ce besoin pressant ressenti dans cette majorité silencieuse.
    Et pour moi, les 22 mars, 22 mai, c'était la majorité silencieuse qui était dans la rue. Cette majorité qui croit encore en la solidarité et la démocratie. Et pas seulement aux droits individuels comme beaucoup de nos dirigeants.

  • Yves Côté - Abonné 8 août 2012 05 h 38

    !

    Monsieur Prémont, nous ne vivons pas je pense la même réalité.
    Si elle n'en est pas commandée par un de ceux-là, votre étonnante lettre ultra-réactionnaire tombera certainement sur le bureau de quelqu'un qui vous en sera des plus reconnaissants.
    Je suis prêt à parier que votre courage à vanter les mérites de l'applat-ventrisme pour le peuple et la clairvoyance de celles et ceux qui tiennent pour vertueux l'obéissance servile vous sera rentable.
    Tout restant bien sûr à savoir quand et comment il vous sera retourné par eux l'ascenseur pour que vous présentiez votre élégante cadidature à un poste électif ...
    Ceci-dit, que diriez-vous un jour de nous parler de ce qu'il faut faire, ou pas faire, pour libérer le Québec de la corruption qui touche ses plus hautes strates ministérielles de décision ?
    Que vous développiez ce sujet en tant que penseur conservateur m'intéresserait au plus haut degré. En particulier, j'aimerais connaître les solutions concrètes que vous saurez y présenter.

    Bonne chance dans votre future carrière politique Monsieur Prémont et merci de m'avoir lu.

    PS : la prochaine fois, pensez à être un peu plus construit dans vos propos. Parce qu'autrement, il pourrait me prendre l'idée de démonter chacune des contre-vérités que vous assénez avec un sans-gêne déconcertant...

    • Pascal-Olivier Prémont - Inscrit 10 août 2012 21 h 52

      Comprenez, Mr Côté, que pour être publié mon texte devait se plier à un maximum de caractères, ce qui m'a obligé à condenser. J'aimerais bien vous dire quoi faire pour aider le Québec à se sotir de la corruption mais, voyez-vous, il n'y en a pas...

  • Philippe Gaboury - Inscrit 8 août 2012 06 h 34

    La minorité silencieuse?

    Ça part bien mal une lettre d'opinion quand on prétend que la majorité silencieuse est satisfaite du travail du gouvernement Charest alors que le taux d'insatisfaction exprimée dans sondage après sondage navigue autour de 70%.

    La majorité silencieuse n'existe pas. Elle n'exprime pas ses idées en bloc. La majorité silencieuse, ce n'est qu'un concept vague qui cherche maladroitement à regrouper la multitude d'opinions inexprimées.

    Notons aussi qu'historiquement, ce sont les perdants dans une cause qui se sont targués d'être supportés par la majorité silencieuse.

    • Michel Cantin - Abonné 8 août 2012 14 h 52

      Excellente réplique.