Langue - Une incompréhension profonde

Il existe une différence fondamentale entre montée de l’anglais, langue internationale utilisée dans le commerce, et les besoins très réels des communautés anglophones du Québec.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Il existe une différence fondamentale entre montée de l’anglais, langue internationale utilisée dans le commerce, et les besoins très réels des communautés anglophones du Québec.

J'ai été déçu de voir la réaction de plusieurs politiciens provinciaux et fédéraux à l’annonce des subventions appuyant des projets des communautés anglophones du Québec et de relever la prémisse selon laquelle ces groupes sont voués à la promotion de l’anglais aux dépens du français. À mon avis, cette réaction découle d’un malentendu et semble démontrer une incompréhension profonde de la réalité des communautés minoritaires anglophones du Québec.


Il existe une différence fondamentale entre la montée incontestable de l’anglais, langue internationale de communication utilisée par l’industrie, le commerce, les chercheurs et les touristes, et les besoins très réels des gens faisant partie des communautés anglophones du Québec. En effet, il n’est pas rare d’entendre les leaders de ces communautés souligner que l’anglais n’est pas menacé au Québec, mais que les communautés anglophones le sont.


Il y a trente ans, le regretté Gérald Godin avait bien compris cette distinction. Alors qu’il présidait une commission parlementaire de l’Assemblée nationale chargée de faire une revue quinquennale de la Charte de la langue française, il a clairement indiqué que la communauté anglophone, déjà très minoritaire, ne représentait aucune menace pour le français. Selon lui, la pression venait d’ailleurs. Après trois décennies, l’impact de la mondialisation démontre à quel point il avait raison.


Au milieu des années 1960, il était de bon ton au Québec de dire que la communauté anglophone n’avait pas besoin d’une représentation communautaire, car elle pouvait compter sur ses défenseurs, soit la Banque de Montréal, Sun Life, The Montreal Star et d’autres institutions issues du milieu des affaires. Or, la Banque de Montréal est devenue BMO pour mieux faire affaire aux États-Unis, Sun Life a déménagé à Toronto et The Montreal Star s’est éteint en 1979.


Image figée dans le temps


Depuis cette époque, la communauté anglophone s’est transformée et, tout comme le Québec, elle s’est diversifiée. Elle est devenue bilingue à 60 % ; une proportion équivalente à celle des francophones bilingues du Québec. Les jeunes âgés de 18 et 34 ans sont bilingues à 80 %. Par contre, je constate que l’image qu’ont les francophones de leurs concitoyens anglophones est figée dans le temps et que les gains de la communauté anglophone sont trop souvent perçus comme une perte pour le français au Québec.


Près 600 000 anglophones résident sur l’île de Montréal. Le réseau d’institutions mis sur pied il y a plus d’un siècle par la communauté anglophone de la métropole aide ses membres à relever des défis d’actualité. Parmi ceux-ci figure le vieillissement de sa population. Mais les 300 000 anglophones habitant les autres régions du Québec font face à une situation semblable qui, à de nombreux égards, s’apparente à celle des francophones hors Québec.


Par exemple, en Gaspésie, à Québec et Sherbrooke, il est difficile d’avoir accès à des services de santé en anglais, malgré les principes énoncés dans la Charte de la langue française, les garanties législatives du Québec, les efforts déployés par le gouvernement québécois et la bonne volonté des préposés dans les hôpitaux. Et les défis s’étendent bien au-delà des soins de santé.


Cette semaine, les fonds accordés à certains groupes pour le développement de leur communauté ont suscité l’ire de certains. Toutefois, ces groupes oeuvrent presque tous à l’extérieur de la métropole. Le Quebec Community Groups Network a beau avoir son bureau à Montréal, il s’agit d’un réseau d’organisations communautaires réparties à travers le Québec qui inclut notamment des groupes travaillant dans le secteur de la santé.


Quelle menace ce réseau représente-t-il pour le français ? Croit-on vraiment que l’English Language Arts Network, le Youth Employment Services Foundation, le Quebec Community Newspapers Association, le Quebec Drama Federation, la Quebec Farmers’ Association et l’African Canadian Development and Prevention Network sont des organisations antifrancophones qui militent en faveur de la suprématie de l’anglais dans la société québécoise ?


Au contraire, ce sont des organisations qui travaillent pour le bien-être de leur communauté et pour le bien-être du Québec par le fait même. Plusieurs d’entre elles ont réussi à tisser des liens de collaboration et à établir des ponts avec la population francophone et les organismes poursuivant des objectifs communs. Elles méritent respect et appui.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

13 commentaires
  • Roberts Phil - Inscrit 14 juillet 2012 02 h 23

    Bravo M. Fraser

    «Croit-on vraiment que l’English Language Arts Network, le Youth Employment Services Foundation, le Quebec Community Newspapers Association, le Quebec Drama Federation, la Quebec Farmers’ Association et l’African Canadian Development and Prevention Network sont des organisations antifrancophones qui militent en faveur de la suprématie de l’anglais dans la société québécoise?»

    Non, ils ne sont pas des groupes de pression.

    Comme je l'ai dit dans l'autre article: Ces groupes sont loin d'être des opérations d'Howard Galganov.

  • Chris G. Eustace - Abonné 14 juillet 2012 07 h 54

    Une réponse: le PQ aussi méritent le

    14 juillet 2012



    (Je ne suis pas bilingue ou biliterate. Voici une traduction de Google: ...)


    Le commentaire suivant est tiré de l'article original dans Le Devoir le 11 Juillet 2012:

    "Financement de Groupes anglophones à Montréal - NPD, du Bloc et du PQ sont outres"


    " Le PQ en a particulièrement contre le choix du Quebec Community Groups Network (QCGN, qui regroupe la plupart des associations d’anglophones du Québec et obtient 1,56 million), de la Fédération québécoise des associations foyer-école (FQAFE - 90 000 $)...

    Je suis également pas trop heureux avec le FQAFÉ (QFHSA) parce qu'ils prétendaient que le PQ et le CAQ n'a pas répondu à une demande concernant les commissions scolaires.

    Ce n'était pas vrai!

    À mon avis, le problème a été causé parce que le président de la CSLBP - LBPSB est également un directeur exécutif de l'FQAFÉ et un directeur de Québec English School Boards Association - QESBA.

    Il ya un grave conflit d'intérêts. (Suanne Stein Day est le président de la Lester B. Pearson School Board).

    À mon avis, le FQAFÉ - QFHSA doit présenter des excuses au PQ et du CAQ. (QFHSA should apologize)

    Le président de la CSLBP - LBPSB doit faire la bonne chose et de démissionner en tant que président de la CSLBP. (It would be in the best interest for all, Suanne Stein Day step down as chairperson of LBPSB)

    À mon avis, il ya eu un manque de respect affiché vers le Parti Québécois et la Coalition Avenir du Québec.

    M. Fraser devrait se pencher sur cette question. Je suis prêt à envoyer M. Fraser la documentation afin qu'il puisse juger par lui-même.

    Respectueusement/ With respect,

    Chris Eustace

  • Marie-M Vallée - Inscrite 14 juillet 2012 08 h 32

    u sujet de la minorité anglophone du Québec

    Pour mettre fin à ces ambiguïtés qui nous empoisonnent depuis des siècles maintenant, bien vouloir lire ce texte.

    http://notrehistoire.net/textes_histoire_droit/maj

    • Pascal Jacquinot - Inscrit 14 juillet 2012 14 h 18

      Puisque nous parlons de la langue française je vous fait remarquer que dans le mot ambigüité, le tréma qui est placé sur le u (et non sur le i) indique que cette voyelle se prononce ce qui ne serait pas le cas si l'on écrivait "ambiguité".

    • Gaston Carmichael - Inscrit 14 juillet 2012 14 h 43

      Beau texte, bien fignolée. Malheureusement pas datée!

      C'est regrettable que l'on néglige souvent ce petit détail. Pour bien comprendre un texte, il est souvent utile de savoir à quelle période il a été écrit.

    • Sylvain Auclair - Abonné 14 juillet 2012 17 h 55

      Monsieur Jacquinot,
      On peut placer le tréma sur le I, en orthographe dite traditionnelle, comme pour aiguë, contiguë, etc.

  • François Dugal - Inscrit 14 juillet 2012 10 h 06

    «Incompréhension profonde»

    «Incompréhension profonde»; Monsieur Fraser, vous venez de résumer la Canada.

  • Stéphane Martineau - Abonné 14 juillet 2012 10 h 15

    Attention

    Si l'amalgame entre la communauté anglophone et l'anglais langue du commerce et du travail est quelque peu abusive, leur totale dissociation est tout autant excessive.