Conflit étudiant - Une bonne entente pour nos universités

Le gouvernement du Québec et les associations étudiantes ont convenu d’une entente de principe qui assure l’avenir de nos universités dans l’intérêt de tous les Québécois.

La volonté du gouvernement a toujours été, d’une part, d’assurer un financement adéquat aux universités et, d’autre part, d’améliorer l’accessibilité aux études postsecondaires. Ces deux objectifs sont atteints.


L’entente prévoit la création d’un conseil provisoire des universités qui sera chargé de faire des recommandations pour favoriser l’utilisation des meilleures pratiques de gestion par les universités. Ce conseil, composé de recteurs, de représentants étudiants, de représentants du milieu syndical, du milieu des affaires, des cégeps et du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, devra évaluer, à la lumière des meilleures pratiques, l’utilisation optimale des ressources financières des universités. Le cas échéant, les économies de gestion seront appliquées en réduction des frais institutionnels obligatoires. Le conseil provisoire sera rendu permanent par loi.


En contrepartie, les quatre associations étudiantes - la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) et l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) - s’engagent à transmettre l’entente à leurs membres.

 

La hausse est maintenue


Par conséquent, la hausse des droits de scolarité, étalée sur une période de sept ans, est maintenue, tout comme la bonification du régime québécois des prêts et bourses.


En fin de compte, cette entente est avantageuse pour tous.


Pour les étudiants, l’entente assure un enseignement de grande qualité. Elle améliore également l’accessibilité aux études. Selon le fiscaliste Luc Godbout, de l’Université de Sherbrooke, la situation financière d’un étudiant de 1er cycle sera améliorée de 3581 $ par année dans le cas d’un revenu parental annuel de 45 000 $. Ce calcul tient compte de la hausse des droits de scolarité, de la bonification du régime des prêts et bourses et de l’impact des crédits d’impôt.


De plus, en étant représentés au Conseil provisoire des universités, les étudiants participeront à l’évaluation optimale des ressources financières des universités. Ils pourront ainsi s’assurer de la bonne gestion de nos établissements.

 

Prospérité économique


Pour les universités, l’entente permet de compter sur un financement adéquat et prévisible. Elles pourront ainsi investir dans l’enseignement et la recherche, afin d’atteindre les plus hauts standards.


L’entente, enfin, est avantageuse pour l’ensemble de la population du Québec. Pour assurer notre prospérité économique, il est essentiel que nos universités figurent au rang des meilleurs établissements.


Je tiens à remercier sincèrement les représentants de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), de la Fédération des cégeps, de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) qui se sont joints aux quatre associations étudiantes pour permettre la conclusion d’une entente.


Mes collègues Michelle Courchesne, présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale, et Alain Paquet, ministre délégué aux Finances, ont joué un rôle de premier plan dans les discussions en vue de conclure une entente de principe.


Toutes les parties concernées ont mené un dialogue constructif et respectueux dans le but d’en arriver à une entente satisfaisante pour tous, et je les en remercie.

***
 

Line Beauchamp - Ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

21 commentaires
  • Yves Claudé - Inscrit 9 mai 2012 02 h 14

    Exercice de communication inutile et non convainquant !

    Alors qu’elle paraît se désintéresser depuis trois mois de la situation concrète des établissements collégiaux et universitaires, situation qualifiée pourtant de “critique”, d’“intenable”, etc., depuis déjà plusieurs semaines, la ministre de l’éducation se livre à un exercice de communication parfaitement inutile et non convainquant.

    Il est même légitime de se demander, si au delà de cet exercice de pure forme, Madame Beauchamp est le moindrement convaincue du bien-fondé de son argumentation, alors que l’“entente” est massivement rejetée par les assemblées étudiantes, qu’elle est fortement questionnée par les institutions universitaires, et que la ministre en a elle-même affaibli la portée, dans des interventions que des esprits charitables ont qualifiées de “maladroites”.

    Madame Beauchamp, êtes-vous toujours la ministre de l’éducation du Québec ? Votre réponse à cette question est des plus importante pour les centaines de milliers d’étudiants, et pour les milliers de professionnels du monde scolaire, dont l’inquiétude est des plus profonde, et qui ont l’impression d’avoir été abandonnés par un gouvernement trop occupé à stigmatiser la jeunesse, et à la livrer à une répression policière intolérable, une répression dont vous êtes, en tant que membre de ce gouvernement, moralement coresponsable.

    Yves Claudé

    • Solange Bolduc - Inscrite 9 mai 2012 10 h 37

      Comme Ministre du sport et du loisir, je recommande à Line Beauchamp, beaucoup de sport et plein de loisirs (intellectuels, aussi) pour allèger son esprit,devenu trop lourd, et le nôtre, par ricochet, pour aller voir ailleurs ce qui s'y passe,

      et surtout un retour sur les bancs d'école, pour réapprendre les rudiments d'une bonne éducation, à condition que celle-ci ne soit pas trop minée par le pouvoir en place.

      Je crois que nos étudiants les plus doués ont beaucoup à lui apprendre, et ce ne sont pas nécessairement ceux qui acceptent l'augmentation des frais de scolarité (?): sous toutes réserves!

    • Yves Claudé - Inscrit 9 mai 2012 15 h 22

      Texte de la ministre dans la section “Idées”: erreur d’aiguillage ?

      Il est étonnant, voir distrayant …, de constater que le pénible exercice de rédaction de la ministre de l’éducation se trouve dans la section du Devoir intitulée “Idées”, d’ailleurs du pluriel ! S’agirait-il d’une erreur d’aiguillage ?

      En effet, en lisant et relisant ce texte, hormis des formules relevant d’inefficaces effets de propagande, je ne trouve pas la moindre “idée” qui permettrait de résoudre une crise étudiante, qui, il faut le rappeler, dure depuis trois mois.

      La publication du texte de Mme Beauchamp dans la section “Idées”, résulte-t-elle d’une erreur d’aiguillage ? À moins que ce ne soient mes facultés intellectuelles qui déclinent ?

      Yves Claudé

  • Robert Delamare - Inscrit 9 mai 2012 04 h 19

    Langue de bois

    Notre chère bénéficiaire des largesses de MM. Arcuri et Zambito, visés par des enquêtes anti-corruption, réussit à être aussi ennuyeuse à l'écrit qu'à l'oral en répétant à l'infini les mêmes discours creux. Toujours en retard, toujours trop tard, toujours trop peu.

    Elle ne nous dit toujours pas pour quelles raisons l'université devrait être un bien individuel financé par l'endettement personnelvau service des entreprises, et non pas le bien collectif de tous financé par tous parce qu'accessible à tous et bénéficiant à tous, alors même que le plan Nord et tant d'autres contrats publics et crédits d'impôts ne bénéficient qu'aux 1 %.

    Bref, les questions essentielles sont dramatiquement absentes, alors même que la supercherie de cette proposition, ses impasses, sa médiocrité, ne sont plus à démontrer. Pathétique fin de règne.

    Robert Delamare.

    • Solange Bolduc - Inscrite 9 mai 2012 10 h 24

      COMME JE SUIS EN ACCORD AVEC VOUS!

  • François Ricard - Inscrit 9 mai 2012 05 h 31

    Un marché de dupe

    Depuis des années, une question, à date sans réponse, se pose au gouvernement et à toute la population: de quel genre d'université voulons-nous?
    Nos universités remplissent-elles la mission qui est sensée être la leur?
    Quelle est la mission première de l’université? l’enseignement? la recherche? la recherche appliquée?
    Nos universités sont-elles bien gérées?
    Voulons-nous la gratuité scolaire?
    Devons-nous nous donner la gratuité scolaire?
    Que coûterait la gratuité scolaire? Comment la financerions-nous?
    Madama la ministre, préoccupée possiblement par des enjeux électoralistes, vous n'avez cure de fouiller ce dossier en profondeur. Vous préférez agir en politicienne pluis préoccupée de son bien propre et de celui de son parti que du bien public.
    Et vous n'êtes mpas la seule dans ce parti PLQ qui ne parle que d'une voix, celle de Charest.

  • Georges Washington - Inscrit 9 mai 2012 06 h 55

    Non et non

    Combien de fois faut-il le répéter. Le maintien d'une hausse n'est pas acceptable. Reconfigurez autant que vous voudrez vos paroles, la réponse est NON.

    Le capitalisme n'est acceptable que dans la mesure où l'égalité des chances existe. Et l'égalité des chances ça se mesure en tout premier lieu par l'accès à l'éducation supérieure. Vous avez beau aller lancer une poignée de dollars pour acheter les plus pauvres en leur faisant miroiter maintenant quelques milliers de dollars de plus, nous savons que lorsque vous allez reconfigurer la cagnotte des prêts et bourses pour restreindre de nouveau les prêts et bourses, il ne se trouvera plus qu'une petite poignée d'étudiants lésés que vous pourrez ignorer comme vous avez l'habitude de le faire.

    De plus, votre façon de voir les choses démontre, encore une fois, que vous ne comprenez rien à rien. Il n'y a pas que les étudiants pauvres qui voient leur accès à l'éducation mis en péril par une hausse des frais de scolarité. C'est le cas de TOUS les étudiants, riches ou pauvres. Pourquoi? Parce que cette hausse sauvage de 75% complètement décalée par rapport à l'indexation du coût de la vie ne peut être compensée par un travail honnête. Au salaire minimum, cela représente un mois de travail SUPPLÉMENTAIRE sans encourir de dépenses pendant ce mois-là. Il n'existe aucun moyen d'ajouter un 13e mois à l'année. En conséquence, ce sont donc les parents qui doivent écopper de la facture. Et que se passera-t-il quand des parents au-dessus de votre limite pour les prêts et bourses refuseront de payer les études de leurs enfants? Est-ce que ces étudiants-là doivent être à la merci de leurs parents même une fois devenus adultes? Déjà le rapport Parent avait identifié ce problème d'accès à l'éducation.

    Désolé Mme Beauchamp, aussi pantoite puissiez-vous être, il ne vous reste qu'une solution: Un moratoire, dégagez, déclenchez des élections et nous rediscuterons avec un gouv

  • Pierre Leyraud - Inscrit 9 mai 2012 07 h 33

    Demain on rase gratis !!

    Ce texte de Line Beauchamp est très clair et c'est d'ailleurs sa seule qualité. Il n'y a pas de zones grises. Dans le futur conseil provisoire les étudiants, même avec les syndicats , seront minoritaires. Advenant des recommandations( faut-il qu'il y ait déjà un accord à leur sujet) ces recommandations pourraient LE CAS ÉCHÉANT conduire à des réductions des FIO !! C'est vraiment dans le style "Demain on rase gratis !!". Je comprends que des étudiants et étudiantes peu habitués à des négociations marathon et sans doute croyant à la bonne foi de la partie adverse ont pu signer l'entente de principe proposée mais je m'explique mal comment des représentants syndicaux ne les ont pas plus mis en garde contre une entente qui leur garantit aucun gain !! Quoi qu'en dise monsieur Roy de la CSN je vois mal comment "les futures mécaniques " de l'entente ( sa mise en pratique si je comprends bien) pourraient aller à l'encontre les fondements même de cette entente !! Je suis à la CSN et je n'ose pas croire que cela résulte du fait que les syndicats auraient leur propre agenda ?
    Bravo à nos étudiants et étudiantes !!