Environnement - La nécessaire refonte du Plan Nord

La refonte doit véritablement être le fruit d’un processus participatif, transparent et démocratique, avec l’ensemble des populations touchées, autochtones et non autochtones.
Photo: Agence Reuters Chris Wattie La refonte doit véritablement être le fruit d’un processus participatif, transparent et démocratique, avec l’ensemble des populations touchées, autochtones et non autochtones.

L'empressement et l’insouciance du gouvernement de Jean Charest dans sa quête quasi maladive d’une croissance du PIB du Québec basée sur l’exploitation minière du Nord risquent de lui jouer un mauvais tour. La description du Plan Nord comme « le plus grand projet de développement durable jamais entrepris au Québec » est une moquerie du concept et doit être refondée. L’extraction de ressources non renouvelables par l’exploitation minière est tout sauf durable.

En 2008-2009, j’ai participé à l’enquête du vérificateur général du Québec sur la gestion du secteur minier par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec (MRNF). Publié en avril 2009, le rapport concluait sur de sérieuses « préoccupations » quant à la capacité réelle de ce ministère de remplir sa mission de conservation et d’exploitation des ressources minières du Québec selon les principes de la Loi sur le développement durable du Québec.


Or, au même moment, Jean Charest faisait fi de cette réalité en affirmant candidement, lors de ces nombreux discours, que le Plan Nord serait « le plus grand projet de développement durable jamais entrepris au Québec ».

 

Développement durable


La Loi sur le développement durable du Québec (LDD) est pourtant un « cadre de gestion » pour la mise en oeuvre du développement par l’administration publique, complétant les deux autres cadres de ce type dans le corpus législatif du Québec, soit la Loi sur l’administration publique (LAP) et la Loi sur l’administration financière (LAF). Le cadre de gestion annoncé par la LDD de 2006 doit normalement favoriser la réussite du développement, que l’on veut « durable » dans le sens noble du terme. Normalement, il doit également servir de cadre au contenu de ces deux autres lois, à caractère plus administratif.


En théorie, le gouvernement du Québec a donc en main tous les outils administratifs nécessaires pour forger un Plan Nord qui réponde véritablement de l’intérêt collectif des générations actuelles et futures. Il nous apparaît urgent que le gouvernement actuel (sinon le futur gouvernement élu du Québec) se saisisse de ces outils législatifs pour refondre et réorienter le Plan Nord.


Et contrairement à l’élaboration du plan actuel, cette refonte doit véritablement être le fruit d’un processus participatif, transparent et démocratique, avec l’ensemble des populations touchées, autochtones et non autochtones.


Par ailleurs, une telle refonte doit s’attaquer de front à des questions de fond, trop souvent évacuées dans ce genre d’exercice. Par exemple : comment justifier l’exploitation de davantage de ressources naturelles pour alimenter des marchés de surconsommation comme le nôtre, ou encore ceux émergents, alors que l’un des principaux défis actuels de l’humanité est précisément de réduire notre empreinte écologique globale ?


L’empreinte écologique du Québec est de « trois » ; autrement dit, si toute l’humanité vivait, exploitait et consommait des ressources comme le fait le Québec, il faudrait trois planètes pour la soutenir. C’est le calcul et la conclusion à laquelle j’en étais arrivé en 2008 à titre de commissaire au développement durable du Québec.


Bien entendu, le Québec n’est pas seul dans cette situation. Le Canada, les États-Unis, l’Australie et, dans une moindre mesure, l’Europe sont dans le même bateau (représentant environ 800 millions de personnes ensemble).


La Chine, par son empreinte écologique, se classait jusqu’à récemment à peu près exactement au niveau de la capacité de support de la planète. Mais tout indique que cette situation va changer rapidement avec l’effort du pays pour suivre le modèle des pays riches et atteindre notre « niveau de richesse ». Avec une empreinte écologique mondiale déjà en dépassement, on ne peut que rester songeur devant la contribution à venir de 1,4 milliard de Chinois aux crises planétaires en cours, sans mentionner celle des quelque 1,2 milliard d’Indiens qui ont les mêmes visées.

 

Sans boussole


Clairement, notre modèle de civilisation n’est pas « durable », et il y a fort à parier que les pays émergents ne réussiront pas leur lancée en matière de développement en suivant notre modèle ; en tout cas, pas sans que d’autres nations et populations en souffrent, que ce soit sur le plan écologique ou socio-économique.


Nous sommes donc confrontés, comme société faisant partie de l’humanité, à un devoir de réflexion et d’action pour changer les choses ; pour changer la façon de concevoir et de faire le développement. Le Québec dispose d’atouts et d’outils exceptionnels pour procéder à cette réflexion, et peut-être même de montrer la voie au reste du monde.


Malheureusement, le Plan Nord tel que proposé actuellement ne va pas du tout en ce sens. On a l’impression de naviguer à vue, sans boussole. Il est peut-être temps de retrouver le nord en revoyant complètement le plan.

***
 

Harvey Mead - Ancien commissaire au développement durable du Québec, l’auteur a participé au forum « Ne perdons pas le Nord »

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Pierre Bertrand - Abonné 9 mai 2012 06 h 38

    Un peu technocratique comme analyse !

    Nous aurions souhaité des pistes concrètes de solutions et de propositions et non seulement une critique somme toute assez technocratique de la part d'un mandarin qui a passé une bonne partie de sa vie professionelle dans le giron du pouvoir politique québécois. Mais bon !

    • Solange Bolduc - Inscrite 9 mai 2012 12 h 05

      Vaut mieux cette alerte, à mon humble avis, que de laisser le gouvernement dilapider nos richesses au profit des entreprises gourmandes. Déjà d'exposer le problème nous conduira à trouver des solutions plus justes et équitables pour les populations québécoise et autochone. Car il ne faut pas les ignorer ces derniers. Ils sont et font partie intégrante de notre histoire! Sans eux, nous ne sommes qu'une moitié de Québécois. Il faut les respecter, les admirer pour ce qu'ils sont, et nous ont donnés culturellement, etc.

      Dans le Plan Nord de Charest, l'économie l'emporte sur le bien commun ou ces populations; en matière d'éducation, il en va de même.

      Comme l'auteur M. Mead, le propose, il faut absolument refonder le Plan Nord dans une perspective différente que celle que propose Charest. Et il faudrait faire de même pour l'Éducation.

      Un moratoire s'impose donc dans les deux cas: Assez cette navigation à vue de nez qui n'a comme seule principe: faire faire de l'argent aux entreprises impliquées, sans viser principalement le bien commun, et surtout avec le plus grand souci de préserver la perennité de son IMAGE de premier ministre, surfaite !

      Aussi pernicieux comme plan que l'idée que ce gouvernement se fait de l'Éducation!

  • Gilbert Troutet - Abonné 10 mai 2012 00 h 36

    Excellent texte

    Je partage entièrement le point de vue de Harvey Mead, qui est bien placé pour mettre en garde les Québécois contre cette frénésie du gouvernement Charest à vouloir vendre tout ce qui est encore vendable au Québec. On a même l'impression que le gouvernement, Hydro Québec, les firmes-conseil, les chambres de commerce, tout ce beau monde y va à toute vapeur sachant que les beaux jours ne dureront peut-être pas. Comment faire pour les mettre hors d'état de nuire?