Rapatriement de la Constitution, 30 ans après - L'hiver de force constitutionnel a assez duré

Pendant que les fédéralistes offriront encore d’autres illusoires promesses de réformes, nous offrirons aux Québécois de clore le débat une fois pour toutes et de sortir de cet hiver de force en redonnant au Québec tous les pouvoirs. Nous proposerons aux Québécois de choisir entre le Canada et le pays du Québec, écrit Pauline Marois.<br />
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Pendant que les fédéralistes offriront encore d’autres illusoires promesses de réformes, nous offrirons aux Québécois de clore le débat une fois pour toutes et de sortir de cet hiver de force en redonnant au Québec tous les pouvoirs. Nous proposerons aux Québécois de choisir entre le Canada et le pays du Québec, écrit Pauline Marois.

Il y a 30 ans aujourd'hui, le Canada adoptait officiellement sa Constitution contre la volonté du Québec. Ce geste très grave a plongé le Québec dans ce que Réjean Ducharme me permettra d'appeler un hiver de force constitutionnel. En plus de l'affront fait à tout un peuple, ce coup d'État qui limite les capacités du Québec a des conséquences négatives très concrètes.

Pourtant, les fédéralistes québécois semblent avoir renoncé à corriger cette anomalie, trahissant leur propre idéal et, du coup, plus de 400 ans d'histoire de la nation québécoise.

En 1963, en pleine Révolution tranquille, lors de son investiture à titre de candidat du Parti libéral du Canada, Jean Chrétien s'engageait solennellement à oeuvrer pour changer la Constitution, pas entre dix provinces, mais entre deux peuples. Dix-sept ans plus tard, Pierre Elliott Trudeau promettait solennellement, lui aussi, devant 10 000 témoins, de renouveler le fédéralisme: «Si la réponse à la question référendaire est non, nous avons tous dit que ce non sera interprété comme un mandat pour changer la Constitution, pour renouveler le fédéralisme. [...] Un non, ça veut dire du changement. Nous mettons notre tête en jeu [...]. Nous mettons nos sièges en jeu pour avoir du changement.»

Et pourtant, moins de deux ans après cette promesse solennelle, la Loi constitutionnelle de 1982 entrait en vigueur à l'encontre de la volonté de l'Assemblée nationale du Québec. Le Canada nous a imposé une Constitution qui a eu pour effet d'enlever au peuple québécois des pouvoirs essentiels en matière de langue et d'éducation, de s'attaquer de plein fouet à la loi 101 et de lui imposer le multiculturalisme à la canadienne. Une réforme aux antipodes des revendications traditionnelles du Québec et de la promesse qu'on lui avait faite. Une trahison, en somme.

Démocratie verrouillée

Les tentatives d'en arriver à un accord honorable permettant au Québec d'effacer les cicatrices de 1982 se sont soldées par des échecs. Le naufrage de l'accord du lac Meech, avec ses cinq petites conditions minimales, ou encore celui de l'accord de Charlottetown, rejeté à la fois au Québec et dans le Canada pour des motifs diamétralement opposés, ne sont maintenant que des souvenirs lointains, vieux d'une vingtaine d'années.

On aurait pu croire que le résultat serré du référendum de 1995 ouvrirait les yeux du Canada et placerait les fédéralistes québécois en position de force pour obtenir des conditions satisfaisantes. Eh bien non. L'État canadien a plutôt cherché à verrouiller la démocratie québécoise avec la loi C-20 et à endoctriner les Québécois avec un déferlement de propagandes mises au jour par le scandale des commandites.

Depuis, les fédéralistes québécois ont baissé pavillon. Certains, comme Benoit Pelletier, espèrent sincèrement qu'un miracle surgira et les autres, cyniques comme Jean Charest, misent sur la lassitude populaire et se contentent de réformettes administratives, de rhétoriques préélectorales ou de motions symboliques sans réelle portée.

Depuis l'élection majoritaire du gouvernement Harper, le Québec n'a plus aucun rapport de force et subit, impuissant, des décisions qui vont à l'encontre de ses intérêts fondamentaux. Nous en sommes réduits à placer notre sort entre les mains de juges nommés par l'État canadien.

«Le fruit n'est pas mûr»

Avec Trudeau, le Québec sera passé de peuple fondateur du Canada à province comme les autres, puis de deuxième classe, l'adhésion du Québec à la Constitution canadienne n'étant même plus considérée comme nécessaire ni même comme une anomalie par les Canadiens. L'Ontario exclu de la Constitution, c'est inimaginable. Dans le cas du Québec, le Canada s'en fout. Et si certains s'imaginent que le NPD y changera quelque chose, qu'ils demandent à Thomas Mulcair s'il a l'intention d'inscrire l'existence de la nation québécoise dans la Constitution canadienne.

C'est le drame des fédéralistes québécois. Plutôt que de dire la vérité, ils proposent des moratoires de dix ans ou évitent soigneusement le sujet. Ils répètent sans relâche que le débat constitutionnel est dépassé, comme si les règles constitutionnelles n'étaient pas au coeur du fonctionnement quotidien de notre société.

Cinquante ans plus tard, que reste-t-il des deux peuples fondateurs, du Maîtres chez nous de Jean Lesage et de l'Égalité ou indépendance de Daniel Johnson? Que reste-t-il de fierté chez les fédéralistes québécois? Jean Charest et son Parti libéral ne réclament plus rien, répétant comme un mantra que «le fruit n'est pas mûr». Le fruit a depuis longtemps pourri dans l'arbre. Et le Parti libéral est passé de la Révolution tranquille à la trahison tranquille de nos aspirations nationales.

Vision d'avenir

À la veille des prochaines élections, les partis fédéralistes ne proposent absolument rien pour sortir le Québec de l'impasse. François Legault se contente d'un moratoire de dix ans, abandonnant d'avance tout rapport de force devant Ottawa. Jean Charest va ressortir sa vieille cassette accusant le Parti québécois de vouloir tenir un référendum sur la souveraineté du Québec, croyant nous mettre sur la défensive et réussir ainsi à esquiver un débat fondamental pour l'avenir du Québec. Le chef libéral se trompe.

Nous sommes aujourd'hui fermement convaincus que le plus grand risque pour le Québec, ce n'est plus la souveraineté, mais bien de demeurer au sein de ce Canada qui ignore de plus en plus notre histoire et notre existence comme peuple. Nous sommes fiers de proposer une vision d'avenir aux Québécois. Oui, nous voulons faire du Québec un pays. Pendant que les fédéralistes offriront encore d'autres illusoires promesses de réformes, nous offrirons aux Québécois de clore le débat une fois pour toutes et de sortir de cet hiver de force en redonnant au Québec tous les pouvoirs. Nous proposerons aux Québécois de choisir entre le Canada et le pays du Québec.

***

Pauline Marois - Chef du Parti québécois
20 commentaires
  • Caroline Moreno - Inscrit 17 avril 2012 05 h 52

    Indépendance sans référendum

    Madame, déclarez l'indépendance et dotez le Québec d'une Constitution.

    • Pierre Schneider - Abonné 17 avril 2012 09 h 02

      Tout à fait d'accord. Le piège référendaire est une stratégie de défaite imposée au PQ par l'agent fédéral Claude Morin. Que Mme Marois ne s'y laisse pas prendre et tous les indépendantistes la soutiendront si elle forme une coalition afin de réaliser l'indépendance.

    • Denyse Richard - Abonnée 17 avril 2012 18 h 43

      Le moment n'est-il pas venu pour madame Marois de s'engager dans une élection référendaire?

      May West

  • France Marcotte - Abonnée 17 avril 2012 08 h 38

    Mimétisme ou vision?

    "Plutôt que de dire la vérité, ils (les fédéralistes québécois) proposent des moratoires de dix ans ou évitent soigneusement le sujet. Ils répètent sans relâche que le débat constitutionnel est dépassé, comme si les règles constitutionnelles n'étaient pas au coeur du fonctionnement quotidien de notre société."

    À courte vue, le quotidien, c'est forcément métro-boulot-dodo pour plusieurs. C'est la philosophie de l'âne, le museau dans son auge. Faut bien gagner sa croûte.

    Que des politiciens s'y limitent, nous imitent, est épouvantable, eux qui sont sensés regarder au loin pour nous pendant qu'on a le nez dans l'auge, quotidien oblige.

    Ce texte de madame Marois apporte une bouffée du large, de ce qu'on se dit qu'on voit de la cabine du capitaine pour aller quelque part, pendant qu'on trime dans la cale du bateau pour qu'il avance.

    Mais bien peu s'y intéresse on dirait si c'est elle qui parle..

  • Guillaume L'altermontréaliste Blouin-Beaudoin - Inscrit 17 avril 2012 08 h 39

    assujettis à un contrat que l'on a pas signé

    Mme Marois, où est-t-il indiqué en droit, selon notre code civil ou même le commonlaw, que nous pouvons être assujettis à un contrat que l'on a pas signé.

    Guillaume Blouin-Beaudoin

  • romane - Inscrit 17 avril 2012 08 h 45

    Clin d'oeil pour clin d'oeil

    ¨Il faut dire la vérité aux Québecois. On ne peut plus gérér le Québec à la hauteur des attentes des Québecois avec seulement 40% de nos revenus. Il faut regarder 100% de nos revenus et ça sa s'appèle la souveraineté du Québec.¨ François Legault 09/30/03 http://tvanouvelles.ca/video/587477374001

  • AlexB - Abonné 17 avril 2012 09 h 04

    En sortir comme nous y sommes entrés

    Le Québec est entré dans le Canada par un vote à l'Assemblée législative, sans référendum. Il pourrait légitimement en sortir de la même façon.

    Dès son élection comme gouvernement, le Parti Québécois n'a qu'à demander au gouvernement fédéral de faire sa meilleure offre au Québec afin qu'il signe la Constitution canadienne. Il est presque assuré que cette offre sera insuffisante, mais les souverainistes pourront dire qu'ils ont pris l'initiative en matière constitutionnelle. Le gouvernement du Québec n'aura ensuite qu'à tenir un vote sur l'indépendance à l'Assemblée nationale.

    • Kimakt - Abonné 17 avril 2012 11 h 33

      Oui!
      "En sortir comme nous y sommes entrés"
      Voilà!

    • FERNAND - Inscrit 17 avril 2012 15 h 12

      Pourquoi un référendum quand il a fallu seulement un vote à l'Assemblée législative du temps?
      Bravo Madame Marois pour votre texte.