Défections politiques - Lettre à celui qui n'est plus mon député

«La démocratie, c'est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.»
— Abraham Lincoln

Monsieur Daniel Ratthé,

On a fait grand cas de la défection de François Rebello, et très peu de la vôtre. Pourtant, vous l'avez devancé en choisissant, exactement comme lui, de quitter le PQ pour la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, un passage que je déplore vivement.

Citoyenne informée et intéressée par la vie publique, je crois plus que tout en la démocratie. Je crois profondément que le peuple a droit de parole et de regard sur tout ce qui le concerne. En ce sens, je trouve que le vote est fondamental et que chacun se doit de participer au processus qui permettra d'élire l'homme ou la femme qui le représentera à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des communes. De la même façon, je suis d'avis que le député élu doit rendre des comptes aux citoyens qu'il représente, et ce, dans le plus grand respect et dans la plus grande transparence.

M. Ratthé, les événements récents sur la scène politique me démontrent que vous avez échoué dans la digne tâche qui vous a été confiée, soit celle de représenter à l'Assemblée nationale les citoyens de la circonscription de Blainville. Lorsque vous avez été élu en 2008, on vous a choisi non seulement en tant que personne, mais aussi en tant que membre d'une formation politique, le Parti québécois. Je peux comprendre qu'à un moment donné dans sa carrière, un député réalise qu'il n'est plus à sa place dans les rangs de la formation politique à laquelle il appartient. Il est donc justifié, à ce moment, que le député se retire du caucus de ladite formation politique pour siéger comme député indépendant, s'il le fait pour mieux représenter les besoins, les aspirations et les intérêts des citoyens qu'il représente.

Considérant les événements des derniers mois qui ont ébranlé le Parti québécois, je peux accepter le fait que vous désiriez vous retirer de cette formation politique. Or, là où je vois un problème, M. Ratthé, c'est que vous le faites pour passer à une autre formation politique, la Coalition avenir Québec (CAQ), plutôt que pour siéger comme député indépendant. Qui plus est, vous le faites sans même consulter par voie électorale les citoyens de votre circonscription. C'est, selon moi, un affront direct aux institutions démocratiques qui sont chères à tous les citoyens de la circonscription de Blainville, ainsi qu'un profond manque de respect envers les hommes et les femmes que vous représentez.

Comment voulez-vous, M. Ratthé, que la population ne soit pas cynique envers la politique quand vous lui démontrez de façon très claire que vous n'êtes pas au service de ses intérêts et besoins, mais au service des vôtres? Comment voulez-vous, M. Ratthé, que la population ne se sente pas flouée et désabusée quand, sans même la consulter, vous sautez d'une formation politique à une autre?

Par le geste que vous posez, vous contribuez à augmenter l'apathie et le cynisme de la population, à ternir l'image de la politique et à démontrer que, pour vous, les intérêts personnels priment la démocratie.

M. Ratthé, c'est au nom de la dignité de la tâche de député qui vous a été confiée, de la santé de nos institutions démocratiques et du respect des quelque 60 000 citoyens que vous représentez que je vous demande de démissionner et de déclencher des élections partielles avant de vous joindre à toute autre formation politique.

***

Stéphanie Turcot - Citoyenne de Blainville

À voir en vidéo