La réplique › santé - La maladie mentale qui fait peur

Mesdames et messieurs les représentants de personnes souffrant d'une maladie mentale et de leurs proches, comment se fait-il qu'au Québec, alors que l'on parle de lutte contre les préjugés et la stigmatisation dans les colloques où nombre de représentants de vos organismes demandent aux médias de faire attention à la manière de véhiculer les informations concernant la maladie mentale, comment se fait-il donc que je tombe sur une affiche publicitaire inacceptable dans un CLSC, réalisée et distribuée sous les consignes de la FFAPAMM, sans qu'aucune association représentant les usagers souffrant de maladie mentale et sans que le réseau de la santé et des services sociaux ne s'y opposent?

Il n'y a pas à dire, l'affiche en question ayant pour slogan «Sa maladie mentale va me rendre fou» n'a rien d'une oeuvre pour lutter contre les préjugés, pour réduire la peur en ce qui concerne la maladie mentale, pour réduire la stigmatisation. Bien au contraire, le slogan a été utilisé pour pimenter une publicité, en prenant une facette d'une situation pour l'exploiter, voire l'amplifier, afin de la rendre spectaculaire (slogan-choc), afin de quoi... venir en aide aux proches? Et on croit que cela va les aider dans leur relation avec leur enfant malade au détriment de ce dernier? On trouve cela génial?

Une affiche cruelle

Que se passe-t-il dans notre belle nation? Chose certaine, il y a des fonctionnaires et des employés qui sont trop confortables ou qui dorment. Il y a des associations qui représentent les usagers, subventionnées par le ministère de la Santé et des Services sociaux, qui manquent de vigilance et qui ne font pas leur boulot.

Et vous, organismes qui représentent les proches, je considère que vous dépendez trop de la FFAPAMM puisque vous en êtes rendus à vous laisser imposer la diffusion d'une telle affiche! Vous jouez à l'oeuf et la poule: qu'est-ce qui est à l'origine de la folie (de la maladie mentale), est-ce à présent le malade lui-même?

Comment se fait-il que ce soit moi, un utilisateur de services en santé mentale, qui dois m'afficher devant les médias, pour dire: «C'est assez! Enlevez-moi cette affiche de ma vue et enlevez-la de vos sites Internet! C'est cruel!»

Imaginez un instant...

Comment se fait-il qu'une ressource en santé mentale, composée de gestionnaires et surtout, de psychologues, ait pu réaliser une affiche ayant pour thème «Sa maladie mentale va me rendre fou!»? Imaginez le jeune suicidaire qui voit ses parents répondre à cette annonce pour aller chercher du soutien! Il est fort probable que cet enfant va passer à l'acte avant que ses parents craquent ou reviennent d'une visite dans votre organisme! Il doit se sentir vraiment coupable de risquer de vous rendre fou! La personne aux prises avec sa maladie mentale a assez de sa souffrance.

Doit-on toujours s'engager personnellement pour assurer une vigilance, même si, et surtout lorsque plus rien ne va plus dans notre vie? Et quand on s'engage, devons-nous faire profil bas pour ne pas nuire aux bonnes «affaires» avec les soi-disant «partenaires» du réseau qui travaillent en silo?

Je suis vraiment indigné de voir que, malgré les années, malgré les colloques, malgré les ouvrages sur la stigmatisation, on en est toujours rendu à la case départ: la maladie mentale, ça fait peur!

***

Robert Labrosse - Mont-Saint-Hilaire

À voir en vidéo