Islam - Lettre à un musulman

Photo: Illustration: Christian Tiffet - Le Devoir

Cher Salah,

Dans un courriel récent, tu m'as écrit que l'islam est une religion de paix et d'amour et qu'elle pratique la tolérance. Cette affirmation m'a étonné, à vrai dire, et c'est pourquoi j'ai pensé recueillir ton avis sur la question en espérant que tu puisses m'éclairer. Alors qu'on apprend tout juste que les bureaux de Charlie Hebdo ont peut-être été incendiés par des extrémistes musulmans pour avoir osé mélanger l'humour et Mahomet, je suis interloqué. J'ai besoin de réponses.

Tu es un croyant pratiquant et engagé. Je ne doute pas de la sincérité de tes convictions religieuses. Toutes les religions prêchent l'amour du prochain, la non-violence et la tolérance, ce qui leur confère une auréole de respectabilité. Mais les actes suivent-ils les paroles? Que répondrais-tu au comédien, auteur et activiste Bill Crosby qui a écrit:

«J'ai 76 ans et je suis fatigué de me faire dire que l'islam est une "religion de paix", quand chaque jour je lis que des musulmans tuent leurs soeurs, leurs femmes ou leurs filles "pour sauver l'honneur de la famille", qu'ils déclenchent de violentes émeutes lorsqu'ils s'estiment victimes de la moindre offense, que des musulmans assassinent des chrétiens et des Juifs parce qu'ils ne sont pas "croyants", qu'ils brûlent des écoles de filles; que de jeunes musulmanes victimes de viols sont mises à mort pour "adultère"; que des musulmans mutilent les organes génitaux de fillettes et lapident leurs femmes sous n'importe quel prétexte, tout cela au nom d'Allah, parce que le Coran et la charia le leur permettent.»

Il poursuit: «Je suis fatigué de me faire dire qu'au nom de la "tolérance des autres cultures" nous devons laisser l'Arabie saoudite et d'autres pays arabes utiliser les pétrodollars pour financer des mosquées et des madrasas où l'on prêche la haine en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni, en Amérique et au Canada, alors que personne de ces derniers pays n'est autorisé à financer une église ou une synagogue en Arabie saoudite ou dans tout autre pays arabe...»

Bill Crosby a oublié de mentionner que dans les pays musulmans (et ailleurs aussi), on persécute les homosexuels. L'Iran ne s'en prive pas et les exécute même en public. La Bible et la Torah considèrent aussi l'homosexualité comme une «abomination» passible de la mort (Lévitique 20, 13). Que répondrais-tu à Bill Crosby? Qu'est-ce au juste que la tolérance pour un musulman?

Qui sont les vrais musulmans?

Comment croire que l'islam est une religion de paix et de tolérance quand un ayatollah [Khomeiny] peut lancer une fatwa contre un écrivain [Salman Rushdie] et réclamer sa mort? Rushdie vit toujours, mais son traducteur japonais [Hitoshi Igarashi] a été assassiné de 12 coups de couteau en 1991. Le traducteur a payé un prix plus lourd que l'auteur qu'il a traduit, même si ce dernier a dû vivre plusieurs années dans la clandestinité. À mes yeux, la vraie victime de l'inique fatwa, c'est le traducteur japonais.

Intolérance et souffrance sont intimement liées. J'éprouve beaucoup de mal à accepter que des personnes souffrent et meurent à cause de prescriptions religieuses fondées sur d'hypothétiques volontés d'un Dieu dont personne ne peut prouver l'existence. J'en ressens un profond malaise. Plus encore lorsque des enfants innocents y laissent leur vie, comme il semble que ce soit le cas — le procès le dira — des trois filles Shafia noyées froidement par leur propre père, un musulman fondamentaliste.

Les vrais musulmans sont-ils ceux qui exécutent à la lettre les préceptes du Prophète? Ceux qui posent des bombes? Pourquoi leur faut-il recourir si souvent à la violence et à la contrainte pour faire appliquer des injonctions d'un autre âge? Pourquoi la science a-t-elle fait des bonds de géant et certaines religions sont-elles figées dans le temps? Combien de musulmans dits «modérés» dénoncent haut et fort les violences des islamistes, leurs coreligionnaires? Leur silence ne fait-il pas d'eux leurs complices?

Foi en l'homme

Je suis incroyant, tu le sais. Aux yeux des musulmans, je suis un «infidèle» que ton prophète t'enjoint de combattre. Déjà là, n'y a-t-il pas une forme d'intolérance? Mais je tiens à te rassurer, mon cher Salah. Bien qu'incroyant, j'ai foi en l'homme, en sa générosité, en son intelligence, en sa noblesse et sa grandeur, en sa capacité d'entraide et de compassion. Je sais aussi que tu es capable de tolérance si tu le veux.

Je te pose ces questions sur la tolérance, car j'attache beaucoup de prix aux valeurs humanistes, à la dignité humaine, à la liberté de religion et d'expression, à l'égalité des hommes et des femmes, à la primauté des lois civiles sur les préceptes religieux. Je m'interroge cependant sur le sens que l'islam donne au mot «tolérance» et à la «non-violence». J'aimerais bien connaître ton point de vue sur le sujet. Écris-moi, j'attends ta réponse avec impatience.

***

Jean Delisle, Gatineau

***

«Toutes les religions prêchent l'amour du prochain, la non-violence et la tolérance. Mais les actes suivent-ils les paroles?»

À voir en vidéo