Le Bloc québécois pour tous

Maria Mourani: «Le Bloc doit devenir l’un des acteurs les plus efficaces pour l’unité du mouvement souverainiste.»
Photo: - Le Devoir Maria Mourani: «Le Bloc doit devenir l’un des acteurs les plus efficaces pour l’unité du mouvement souverainiste.»

J'annonce aujourd'hui ma candidature à la chefferie du Bloc québécois.

J'ai toujours eu une idée de ce que devait être le Bloc québécois. De tout temps, ce parti se devait d'unir les souverainistes du Québec sur la scène politique fédérale et, par sa fidélité et sa probité dans la défense des intérêts du Québec, amener l'adhésion du plus grand nombre de non-souverainistes possible. Cette mission est pour moi claire. Or, force est d'admettre que les résultats des dernières élections fédérales nous indiquent que des changements s'imposent...

Depuis sa fondation, le Bloc aurait pu faire des choix ponctuels plus rassembleurs à l'égard des souverainistes de tous les horizons, notamment auprès des jeunes qui constituent pourtant l'avenir de notre nation et la principale force de tout changement.

Aussi, en me présentant à la course à la chefferie du Bloc, je propose de revoir, avec les membres du parti, l'ensemble de nos pratiques pour faire de celui-ci un véritable parti rassembleur et un modèle d'unité. Le Bloc doit devenir l'un des acteurs les plus efficaces pour l'unité du mouvement souverainiste.

Un parti de militants

Je propose que le Bloc québécois invite activement les souverainistes de tous horizons à militer en son sein. Ce faisant, en toute cohérence, lors d'une élection pour choisir les membres de l'Assemblée nationale du Québec, il adopterait un devoir de réserve. Ainsi, notre parti se limiterait à appeler la population à voter pour les candidats souverainistes de leur choix, dans leur circonscription, respectant ainsi la diversité des points de vue dans notre grand mouvement. Les militants pourraient dorénavant faire leur choix ouvertement sans craindre un quelconque désaveu de la part de leur parti et de son chef. Par cette attitude, le Bloc québécois pourra aspirer rassembler les souverainistes et inspirer, par sa cohérence, la confiance d'un plus grand nombre de Québécois, particulièrement chez les jeunes.

En regard de l'objectif de faire du Québec un pays, la responsabilité du Bloc est, tant et aussi longtemps que nous payons des impôts à Ottawa, de faire en sorte qu'il y ait le plus de députés souverainistes possible au Parlement canadien. Quant aux partis souverainistes oeuvrant sur la scène québécoise, leur responsabilité est de prendre le pouvoir à Québec et de nous conduire à l'indépendance politique. Il appartient à ces partis de réussir à faire l'unité des souverainistes, soit par leur force d'attraction individuelle, soit en faisant preuve d'ouverture pour la formation de coalitions ponctuelles.

Libérer davantage la parole


Le moment venu, un parti politique, quel qu'il soit, doit prendre position sur les questions importantes que se pose la société au gré du temps. Par le passé comme aujourd'hui, avec mon parti, je me suis engagée pour une société plus sécuritaire et plus solidaire pour toutes et tous. À mon avis, il ne peut pas y avoir de sécurité, tant alimentaire que physique, sans une nécessaire solidarité envers les plus vulnérables et des investissements concrets en matière de prévention. Avec mes collègues, j'ai aussi promu l'idée que le développement ne doit pas se faire au détriment de l'avenir des générations futures et sans un juste partage de la richesse. En fait, le Bloc québécois a défendu de nombreuses positions qui s'inscrivent dans une certaine vision de ce que devrait être une société prospère, solidaire et sécuritaire.

Il y a aussi une valeur qui nous est chère, soit celle du droit de pouvoir exprimer son opinion dans le respect. Notre recherche d'unité des souverainistes dans la diversité des opinions politiques devrait nous amener à libérer davantage la parole et nous conduire à être plus à l'écoute des préoccupations et points de vue des membres, et ce, tant à l'égard des enjeux de société qu'en ce qui a trait à la vie démocratique du parti. Pour cet exercice important, nous devrons tenir compte des opportunités formidables que nous offrent les médias sociaux. La discipline de parti devra également être revue pour donner une plus grande liberté aux membres de l'aile parlementaire, mais aussi davantage de responsabilités à l'égard de leurs commettants.

En ce qui a trait au Forum jeunesse, l'idée de libérer davantage la parole devrait se déployer non seulement par l'accès à des moyens accrus, mais aussi à travers une stratégie qui va au-delà des milieux étudiants, en incluant notamment les jeunes travailleurs, entrepreneurs et créateurs. Ce changement devrait permettre la présence de groupes aux horizons politiques différents, mais tous unis autour de l'idée de la nécessité de faire l'indépendance du Québec.

Je sais que le chemin que je propose n'est pas le plus facile, mais c'est le chemin nécessaire. Ces changements sont possibles maintenant. J'invite les souverainistes du Québec à devenir membres du Bloc pour les réaliser. Je demande humblement aux membres du Bloc québécois de m'appuyer. Ensemble, nous pouvons faire advenir un nouveau Bloc toujours fidèle à la défense de nos intérêts nationaux et à la cause de l'indépendance du Québec, mais plus ouvert aux différences.

***

Maria Mourani - Députée du Bloc québécois dans Ahuntsic

À voir en vidéo