J'aime moins la télévision qu'avant

«J’aime moins la télévision qu’avant. Parce qu’elle ne nous invente plus, elle nous évente.» Sur la photo, VLB en 2008.<br />
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir «J’aime moins la télévision qu’avant. Parce qu’elle ne nous invente plus, elle nous évente.» Sur la photo, VLB en 2008.

J'aime moins la télévision qu'avant. Je trouve qu'elle ressemble à ce qui est survenu à la Ligue nationale de hockey quand celle-ci s'est lancée dans une expansion déraisonnée, avec le résultat qu'on connaît: un sport qui n'en est plus un parce qu'il est animé par un trop grand nombre de joueurs sans véritable talent qui se servent de leur bâton de hockey comme d'une arme et de leurs corps comme d'un char d'assaut. Une violence toute américaine dont l'accomplissement parfait est celui de tous ces sports dits extrêmes où l'on voit des hommes et des femmes encagés, se frappant de coups de poing et de coups de pied, au grand plaisir d'une foule devenant hystérique quand le sang jaillit.

J'aime moins la télévision qu'avant. Depuis la multiplication des chaînes et sa concentration entre les mains de quelques propriétaires, on ne peut plus parler vraiment de qualité: le petit écran est devenu un gigantesque fourre-tout dont la médiocrité saute aux yeux dès qu'on a le courage de passer une journée devant son téléviseur. C'est que la télévision ne pense plus guère, elle se contente de plus en plus de réfléchir comme un miroir ce qu'elle croit que la société est devenue: un ramassis de faits divers que rien ne relie entre eux, sinon la bonne conscience de ses animateurs qui croient qu'en agissant ainsi, ils vous apportent la démocratisation de la télévision. Tout le monde y a désormais droit de parole, et davantage ceux qui sont tordus que les gens de santé, davantage ceux qui sont malades, paumés, imbéciles, détraqués ou devenus légumes que les citoyennes et les citoyens débordant d'un trop-plein de vie.

J'aime moins la télévision qu'avant. Je trouve qu'elle est devenue bien tonitruante: même ceux qui animent les bulletins de nouvelles ne cessent pas de me crier par la tête. Et que dire de tous ces animateurs de foules qui croient qu'un quiz et qu'un show dit de variétés ne peuvent pas exister sans qu'on ait toujours les baguettes en l'air et la voix à l'avenant!

Monde des chroniqueurs


J'aime moins la télévision qu'avant. Et moins aussi les chroniqueurs qui ont pour métier de me parler d'elle. Ils n'en ont plus que pour le vedettariat: un pet de René Angélil, la désintoxication d'Éric Lapointe, le divorce des uns et le rabibochage des autres, Danny Turcotte qui joue le fif auprès d'André Boisclair et Guy A. Lepage qui fait une montée de lait, c'est maintenant ce qu'on appelle de la nouvelle, et le bon peuple doit en savoir le long et le large. C'est que le monde des vedettes et celui des chroniqueurs forment une société fermée, qui ne s'adresse plus vraiment au monde, mais à elle seule.

J'aime moins la télévision qu'avant. Parce que les émissions dites sérieuses sont devenues les laissées-pour-compte du petit écran. On n'en parle pour ainsi dire jamais. Par exemple, La Semaine verte célèbre cette année la quarantième année de son existence et ses concepteurs ont produit quatre merveilleuses émissions qui nous montrent non seulement son évolution, mais aussi celui de toute la société québécoise. Aucun de nos chroniqueurs n'en a dit un mot. Il en va de même pour Découverte, Planète science, Super science et la plupart des grands reportages que diffuse la chaîne RDI. Qui sait ce que sont Les Agents du changement, une formidable série sur l'écologie, le développement durable et cette transvaluation de toutes les valeurs qui fut si chère à Friedrich Nietzsche?

J'aime moins la télévision qu'avant. Ses archives sont pleines de trésors, qu'on aurait grand intérêt et grand plaisir à revoir. Mais ça demanderait du travail, donc de l'argent à investir, et nos grands diffuseurs ne veulent ni de l'un ni de l'autre. Pour la centième fois, on a droit à Scoubidou, à Ma sorcière bien-aimée, à C.S.I. Miami, à La Petite Maison dans la prairie, à Beverly Hills 90210 ou à FBI: flic et escroc. On peut désormais passer toute sa journée devant son téléviseur à ne voir que ce qu'il y a eu de moins bon à la télévision américaine des années 1960 à 1980.

J'aime moins la télévision qu'avant. On y parle de moins en moins bien notre langue, on l'écrit comme si elle ne nous appartenait déjà plus. Sur ces fils de presse qui défilent au bas de nos petits écrans durant les bulletins de nouvelles, on y fait une faute tous les cinq mots, et personne ne semble s'en préoccuper étant donné que ça ne cesse pas de passer et de repasser inlassablement.

Au-delà de toute indignité


J'aime moins la télévision qu'avant. Depuis qu'elle n'est plus nationaliste, mon être identitaire s'y perd. Dans certains bulletins de nouvelles de la télévision de Radio-Canada, pas moins du tiers de ce qui s'y dit l'est souvent en anglais, puisqu'on n'y traduit plus rien. On peut bien élire dans le comté francophone de Berthier-Maskinongé une unilingue anglophone et l'y accueillir à bras ouverts: n'est-elle pas le nouveau rêve qui nous habite depuis que nous ne sommes plus nationalistes parce que nous avons mis au vestiaire notre être identitaire?

J'aime moins la télévision qu'avant. Tandis que le rêve américain s'effondre, nous importons des États-Unis de plus en plus d'émissions et de films dont on ne prend même plus la peine de traduire les génériques ni les titres (par exemple, The Price Is Right). Avez-vous regardé une seule fois Qui perd gagne, cette émission sur des obèses étatsuniens qui sont récompensés quand ils maigrissent et punis quand ils ne maigrissent pas? C'est au-delà de toute indignité!

J'aime moins la télévision qu'avant. Les publicités, notamment sur la bière, me rendent honteux. Non seulement on y représente toujours la femme comme un objet à consommer au même titre que le houblon, mais la firme Sleeman, sous le prétexte de nous raconter les commencements de la brasserie, nous amène dans le Chicago d'Al Capone, mitraillettes et tueries à la clé. Ce n'était pas bien, nous dit le commentateur de la chose, mais quelle bonne bière cela nous a donnée! Mais il y a pire. De plus en plus, notre société se sert des enfants pour mieux vendre ses produits. Je pense notamment à cette publicité qui nous montre un tout jeune garçon qui nous vante la voiture qu'il vient d'acheter et qu'il considère comme sa maison, y jouant, toutes portières accessibles, sans qu'on exerce la moindre surveillance auprès de lui.

J'aime moins la télévision qu'avant. On y privilégie les films américains et les films québécois qui leur ressemblent. Sauf exceptions (celle d'André Forcier notamment), je ne trouve maintenant qu'une différence entre le cinéma américain et le nôtre: alors que le drapeau américain flotte partout et souvent dans tout film hollywoodien, on ne voit jamais le fleurdelisé dans notre cinéma. Rien d'autre qu'un hasard?

J'aime moins la télévision qu'avant. Parce qu'elle ne nous invente plus, elle nous évente. Parce qu'elle ne nous invente plus, elle nous éventre. De quoi comprendre que mon nationalisme et mon être identitaire en saignent comme cochon qu'on égorge.

***

Victor-Lévy Beaulieu, écrivain et Grand Prix de l'Académie du cinéma et de la télévision 2011

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

31 commentaires
  • camelot - Inscrit 20 septembre 2011 00 h 57

    Moi non plus.

    Ce qui fut R.C. est mort. Je rencontre de grands acteurs du R. C. d'avant. Ils me disent : Pourquoi n'écrivez-vous pas ces commentaires ?

    Je le fais.

    Depuis longtemps. On ignore.

    C'est ça qui décourage.

  • Louis Belliard - Inscrit 20 septembre 2011 02 h 30

    La TV

    C'est bien vrai.
    Les rares fois où je la regarde, c'est pour me souvenir pourquoi je ne la regarde plus : elle nous agresse continuellement avec de la publicité tapageuse.

    Même la moitié des émissions se composent de promotion d'un artiste, d'un écrivain, de matériaux de constructions pour rénover votre maison, de rien du tout, pourvu qu'on nous occupe entre les publicités.

    Quant aux nouvelles, il n'y en plus : il n'y a plus de journalistes !

    On passe la soirée à nous annoncer ce qu'on va nous annoncer aux nouvelles : qui commencent par de la publicité, s'entrecoupent de publicité, finissent par de la publicité et ne se limitent plus qu'aux grands titres, lesquels ont été annoncés toute la soirée... à de rares exception près.

    Qu'importe, il y a un marché pour cette télévision-là.
    J'ai même tenté de couper le son des commerciaux (assommants) pour me buter aux enfants qui voulaient justement les écouter : c'est pour voir les commerciaux qu'il regardent les émissions !

    Finalement, il ont bien raison, la réalisation de bien des commerciaux excède en qualité la plupart des émissions elles-mêmes.

    Radio-Canada a réussi à se débarrasser de Jacques Languirand. C'était la seule émission de réflexion en existence ! On peut s'abrutir avec le Sportnographe à la place. Je présume qu'il y a une clientèle pour cela aussi, probablement les trois personnages dont il a parlé.

    Vous n'êtes pas obligés de regarder leur télévision. La télévision ne vous doit rien. Elle s'occupe du plus grand nombre parce que c'est ce qui procure le plus de fonds. Les universités ont le même problème : la quantité, pas la qualité.

    La télévision, c'est comme l'eau de mer : il faut en avaler une grande bouchée, en expulser toute l'eau (à travers les baleines) pour n'en garder que quelques menues créatures. Selon Cousteau, la quantité et la qualité de la vie des mers a bien diminué au cours de notre génération.

    Inutile

  • Marcel Bernier - Inscrit 20 septembre 2011 03 h 00

    Il n'est jamais trop tard pour se désaliéner...

    Remarquez, monsieur, que je n’écoute plus la télévision depuis fort longtemps et je m’en porte que mieux. Quant à vos téléséries, je n’ai jamais pu les blairer, c’est vous dire. On peut bien vous reconnaître un talent pour l’écriture, pour l’édition, mais en ce qui concerne vos convictions identitaires, elles sont teintées de la même aliénation dont nous sommes porteurs depuis la Conquête. Réfléchissez deux minutes : la Société Radio-Canada est l’organisme de l’État canadien dont le mandat principal est de faire la propagande d’un Canada uni «coast to coast». Tous ceux et toutes celles qui œuvrent dans cette boîte concourent à cet objectif, que ce soit Maisonneuve, Homier-Roy, Nadeau ou Beaulieu.

  • Denis Paquette - Abonné 20 septembre 2011 06 h 20

    C'est notre condamnation et peut etre ce qui a de sublime en nous, dommage que nous puissions le communiquer a nos animaux

    Monsieur Beaulieu n'est-ce pas normale car elle ne vous appartient plus et pas, car elle appartient maintenant a une autre génération qui en ferons autres choses ou tout simplement l'annulerons.
    Il est toujours un peu triste de découvrir que nous ne sommes que des éphémeres surtout quand nous avons été un auteur important, Qu'il est difficile d'accepter d'etre poussieres et de retourner poussieres, d'accepter que c'est notre origine et notre destination, Sur ce M. Beaulieu je vous souhaite paix et sérénité, que de beaux moments je devrais peut etre dire des instants, que vous m'avez fait connaitre. Merci

  • michel lebel - Inscrit 20 septembre 2011 06 h 47

    La solution...

    La télévision évolue comme la société...: consumérisme, pauvreté de pensée, pauvreté culturelle, etc. La solution la plus simple: fermer le téléviseur. Vous pouvez rêver à une autre solution, mais elle n'est pas pour demain!