Le NPD devrait assumer

Au lendemain des élections du 2 mai, le millionnaire-voleur Conrad Black, idéologue de droite de surcroît, racontait dans le Globe and Mail sa grande joie du fait de la victoire du NPD, social-démocrate, au Québec. Pour lord Black en effet, ce triomphe devait être célébré puisque l'anéantissement du Bloc québécois représentait un très dur coup contre le nationalisme québécois.

La réaction de lord Black est assez partagée puisque, traditionnellement, au sein des élites canadiennes, le mouvement souverainiste québécois est un dangereux ennemi, au moins aussi menaçant, dans un sens, que la social-démocratie canadienne. Les dénonciations actuelles de Nycole Turmel, «coupable» d'avoir été membre du Bloc et de Québec solidaire, s'inscrivent dans cette hostilité de ces mêmes élites et de leurs appareils médiatiques comme le Globe and Mail. Les membres de l'opposition «loyale» et officielle de Sa Majesté doivent montrer patte blanche et certains d'entre eux, sous la forte pression médiatique, doivent se refaire un passé.

Fait à noter, la députation du NPD semble vaciller devant ces attaques. Certains «nient» avoir été «réellement» souverainistes. D'autres occultent leurs racines. En réalité, plusieurs députés nouvellement élus du NPD ont été associés à la cause souverainiste, en tant que membres de divers partis indépendantistes d'une part, ou dans le cadre de leur insertion dans le mouvement social (syndicalisme, mouvement populaire ou étudiant, etc.). Cette attitude défensive ou honteuse n'est probablement pas la meilleure façon de considérer la chose, même si la direction du NPD s'active à exiger ces reniements, de peur d'être accusée dans les médias canadiens-anglais d'être un «traître à la nation» (canadienne).

Justice et émancipation


La réalité est pourtant simple au Québec. La cause de la justice sociale a presque toujours été associée à celle de l'émancipation nationale. La majorité des partisans de la gauche a été et reste souverainiste, que ce soit en tant que membres de partis souverainistes, ou en tant que militants de la plupart des divers partis de gauche qui ont peuplé le paysage politique au Québec depuis 50 ans.

Le NPD lui-même a été au Québec à deux reprises «converti» à la cause de l'émancipation nationale, ce qui lui a valu d'être ostracisé par la direction fédéraliste canado-anglaise. Les autres partis de gauche (à part le Parti communiste canadien et divers groupes dits «marxistes-léninistes» dans les années 1970) ont lié la lutte pour la transformation sociale à celle d'une indépendance populaire et progressiste.

Les raisons de cette réalité n'ont rien à voir avec une «déviation» ou une «obsession» nationaliste. L'État canadien, produit des classes dominantes, s'est construit sur l'oppression de la nation québécoise de même que sur celle des nations autochtones. L'exploitation des classes populaires s'est appuyée et déployée sur la domination de ces nations. Jusqu'à l'essor du nationalisme québécois dans les années 1960, les populations québécoises étaient selon l'expression de Pierre Vallières les «nègres blancs des Amériques». Lutter contre cette exploitation ne pouvait que s'imbriquer dans la lutte pour l'émancipation nationale.

Par la suite, le nationalisme québécois a pris son envol à travers une vaste alliance sociale dominée par une élite québécoise «en devenir», mais qui incluait la majorité des classes populaires urbaines et rurales. Pour la majorité de la gauche de l'époque (y compris les militants du NPD au Québec), la création d'un État québécois indépendant allait faciliter un renversement du pouvoir réel au profit des classes populaires. Après son élection en 1976, le PQ a pour un temps concrétisé ses attentes en s'inscrivant dans une optique globalement sociale-démocrate. Le fait que ce projet ait échoué devant la résistance opiniâtre des élites canadiennes et qu'il ait mené au virage à droite du PQ après 1980 n'a pas changé cette situation globalement.

Dans la dernière décennie, le mouvement populaire au Québec a continué ses luttes tant sur le plan national que sur le plan social. [...] De ces batailles très dures resurgissent de nouveaux projets politiques, dont celui de Québec solidaire. L'émancipation nationale fait ainsi partie d'un projet de société, et est explicitement insérée dans un programme de refondation de l'État, de la société et de l'économie. Il est dans ce contexte tout à fait normal et légitime que de nombreux militants de gauche, y compris au sein du NPD, se soient inscrits dans ce projet et aient même considéré complémentaire leur action politique au fédéral et au provincial.

Hostilité au sein du NPD


Outre la haine exprimée par les élites canadiennes, cette «affaire» révèle d'autres fractures importantes. La direction fédérale du NPD, les divers partis provinciaux du NPD, en général les secteurs dominants de ce parti social-démocrate, ont toujours été hostiles au projet national québécois, d'où leurs déboires répétés avec leurs propres partisans au Québec. Cette hostilité reflète une posture capitulationniste devant les élites canadiennes, de même qu'une incompréhension profonde, au sein des formations sociales-démocrates, des luttes populaires au Québec.

Malgré certaines déclarations récentes, le NPD n'a pas franchi la «ligne rouge». Il ne s'est pas prononcé clairement pour le droit à l'autodétermination du peuple québécois. Il n'a pas combattu sérieusement les menaces de l'élite canadienne contre la nation québécoise (comme on l'a vu il y a quelques années lors de l'appui du NPD à la loi dite de la «clarté» pour entraver le processus souverainiste au Québec).

En réalité, cette attitude est porteuse d'ambiguïtés et de faiblesses. Le NPD n'a pas à porter la «bannière» de l'État canadien comme constitué historiquement. Il n'a pas à défendre les intérêts des élites sous prétexte d'un «patriotisme» de pacotille. Il n'a pas à troquer des positions de principe pour un électoralisme de courte vue. Il doit, résolument et systématiquement, se battre pour la justice sociale, ce qui inclut de se battre pour les droits des peuples québécois et autochtones, quitte à travailler fort pour convaincre des électeurs des classes populaires de certaines régions du Canada, qui ont été contaminés par l'hostilité qui frise parfois le racisme contre le Québec.

Nycole Turmel, Alexandre Boulerice et bien d'autres députés du NPD qui proviennent du mouvement social québécois (on ne parle pas évidemment de Thomas Mulcair et d'une minorité fédéraliste «pure et dure») devraient le dire clairement et avec fierté. Lutter pour changer l'État fédéral n'est pas contradictoire avec une insertion dans le mouvement social et national québécois, au contraire. [...]

***

Pierre Beaudet - Professeur au Département de sociologie et d'anthropologie de l'Université d'Ottawa et François Cyr - Chargé de cours au Département de science politique de l'Université du Québec à Montréal
13 commentaires
  • Darwin666 - Abonné 5 août 2011 01 h 46

    La gauche ne doit pas se diviser

    Un des textes les plus forts que j'ai lu depuis longtemps sur le sujet! Un exemple :

    «Il est dans ce contexte tout à fait normal et légitime que de nombreux militants de gauche, y compris au sein du NPD, se soient inscrits dans ce projet et aient même considéré complémentaire leur action politique au fédéral et au provincial. »

    «Le NPD n'a pas à porter la «bannière» de l'État canadien comme constitué historiquement. Il n'a pas à défendre les intérêts des élites sous prétexte d'un «patriotisme» de pacotille.»

    Voilà !

    J'ai vécu la même incompréhension en militant au sein d'un syndicat pancanadien. Mais , au-delà de nos désaccords que je qualifierais de constitutionnels, nous partagions les mêmes objectifs sociaux. Il fallait travailler ensemble et nous l'avons fait sans renier nos convictions. Et, maintenant, ce serait impossible?

  • Michel Simard - Inscrit 5 août 2011 04 h 52

    La chasse aux méchants Québécois

    Dans le Canada-only-for-Canadians actuel, il est maintenant interdit de vouloir faire développer la nation québécoise, il est devenu interdit d'être Québécois. Merci à tous les Elvis Gratton qui ont voté non deux fois à l'avenir de la nation québécoise et à la survie du français en Amérique.

    Ce n'est qu'un début, alors attendez-vous à vous faire piétiner dessus, mes chers nègres blancs d'Amérique. Quand on ne se respecte pas, c'est ce qui arrive.

  • Marcel Bernier - Inscrit 5 août 2011 08 h 41

    Une analyse magistrale...

    Et vlan pour tous crypto-conservateurs de ce monde!

  • Jean Lapointe - Abonné 5 août 2011 08 h 51

    Il y a rien de honteux à se sentir québécois.


    On dirait que pour une certaine gauche il serait honteux de se sentir québécois.

    Donc il ne faudrait pas trop le laisser paraître parce qu' avoir des sentiments ce n'est pas une très bonne chose .

    C'est comme si c'était faire preuve d'une certaine faiblesse, c'est comme si c'était se mettre dans une situation vulnérable.

    Mais quand on y pense bien , ce n'est pas étonnant de leur part parce que ce qu'ils visent avant tout, eux, d'après ma perception des choses, c'est la recherche du pouvoir. Pour eux le calcul politique prime sur tout le reste. Ils sont toujours en guerre en quelque sorte.

    Donc quand on est en guerre, tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins parce que ce qui compte ce n'est pas ce qu'on fait, comme par exemple prendre sa carte de membre d'un parti pour faire plaisir à quelqu'un, mais bien plutôt d'avancer dans le sens des buts lointains visés. C'est une tactique parmi d'autres qui s'insère dans une stratégie plus globale. Et il n' y a pas de place pour les sentiments quand on veut être un bon soldat.

    Est-il nécessaire que j'ajoute que je ne suis pas dutout d'accord avec eux sur ce sujet même si je partage très souvent leur indignation face aux nombreuses injustices dont nous sommes témoins ?

    Sûrement pas mais je le fais quand même pour que ce soit clair.

  • Bernard Dupuis - Abonné 5 août 2011 10 h 00

    Le pouvoir au Canada

    Ce que les nouveaux convertis au parti Layton apprennent maintenant, c'est que pour accéder au pouvoir au Canada, il faut montrer «pattes blanches», c'est-à-dire s'afficher comme de vrais fédéralistes. Non seulement cela, mais ils apprennent aussi que le pouvoir s'exerce déjà par cette distinction entre «vrais Canadiens fédéralistes» et «mauvais Canadiens». N'est-ce pas ce que Stephen Harper et les journaux anglo-canadiens n'ont pas tardé à affirmer tout en sortant l'artillerie lourde. Mme Nycole Turmel (pourtant elle a mis un y à son prénom comme on le fait en anglais) est fortement ébranlée politiquement parce qu'on remet en doute le fait qu'elle soit une «bonne Canadienne» ou ce qui est la même chose «une vraie fédéraliste». Le fait d'être une militante de gauche, tout le monde s'en fiche.

    Ce qu'il y a de bon dans cette triste histoire, c'est que les jeunes députés et militants du parti Layton apprennent ce que c'est que le «pouvoir» au Canada. Si vous n'êtes pas un vrai fédéraliste, vous n'êtes pas un «bon Canadien» et on vous enlève le droit d'exister politiquement. Cela n'a rien à voir avec des histoires de gauche ou de droite.

    Bernard Dupuis, Berthierville