Flottille de la liberté - Pourquoi nous voguerons vers Gaza

Un des six bateaux de la flottille de la paix était abordé par les forces israéliennes, en mai dernier.<br />
Photo: Agence Reuters Uriel Sinai Un des six bateaux de la flottille de la paix était abordé par les forces israéliennes, en mai dernier.

Depuis maintenant cinq ans, Israël impose un blocus illégal sur la bande de Gaza, une région déjà isolée des autres territoires de la Palestine transformée par l'occupation et la colonisation israéliennes en îlots séparés les uns des autres et sans contiguïté territoriale. Ce blocus se traduit par une impossibilité pour la presque totalité des 1,6 million de Palestiniens et Palestiniennes habitant la bande de Gaza de sortir des murs de cette région, par l'interdiction de pêcher au-delà de 3 milles marins, par des attentats ciblés, par des punitions collectives comme les destructions de maisons et le vol de terres et, évidemment, par une insuffisance de biens essentiels: matériel médical, produits alimentaires, matériaux de construction, fournitures scolaires, etc.

Ce blocus se traduit également par un harcèlement de la part des soldats israéliens envers les Palestiniens, par des lois discriminatoires, par des arrestations et des détentions préventives. Gaza est littéralement une prison à ciel ouvert où le peuple qui y habite est totalement dépendant du bon vouloir de l'État d'Israël et des soldats israéliens.

Cette situation se perpétue en flagrante violation du droit international et des droits de la personne les plus fondamentaux qui interdisent entre autres choses les punitions collectives. Elle persiste «en dépit de la Résolution 1860 du Conseil de Sécurité de l'ONU et des injonctions de la communauté internationale» comme l'a rappelé récemment la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme. Cette résolution, votée en janvier 2009, exige que l'approvisionnement et la distribution de l'aide humanitaire à la population de Gaza se fassent sans entrave.

Action pacifique et humanitaire

Le geste que nous faisons est une action directe non violente, une action civile, pacifique, non partisane visant justement à livrer de l'aide humanitaire à d'autres civils palestiniens. Nous sommes conscientes des risques de cette mission. Rappelons que, l'an dernier, les soldats israéliens ont illégalement abordé la flottille, tué neuf humanitaires et blessé une quarantaine d'autres.

Il importe de rappeler ici que cette action pacifique et humanitaire met d'abord en avant des valeurs humanistes de justice et de paix. Elle est inclusive, a pour beauté la diversité des personnes à bord et l'engagement des participants en faveur de la non-violence, de la paix et des droits de la personne. Nous ne sommes pas des super héroïnes, mais de simples citoyennes qui ont choisi d'agir en faveur d'un monde meilleur, d'un monde plus juste.

Conscience collective

Il est honteux qu'une mission humanitaire soit qualifiée de provocation de la part du gouvernement canadien. Tout ce que nous voulons provoquer, c'est la conscience collective et dénoncer l'illégal et immoral blocus israélien sur Gaza. Par cette mission, nous cherchons à créer un mouvement de solidarité international envers le peuple palestinien, mais également envers l'ensemble des peuples opprimés. Le gouvernement canadien et l'ensemble de la communauté internationale doivent cesser d'avaliser aveuglément les politiques israéliennes et agir afin de faire respecter les droits des Palestiniens.

Nous sommes convaincues que l'attachement des Canadiens et des Québécois aux valeurs de justice et de paix de même que la force du mouvement de solidarité des citoyens et citoyennes de ce monde auront raison des mesures injustes qui ont cours au quotidien dans cette région du monde. Si nous reconnaissons la légitimité des peuples arabes de lutter pour la liberté, nous devons en faire autant pour le peuple palestinien. Nous rêvons d'une Palestine libre, maître de ses choix et nous agissons aujourd'hui et continuerons d'agir demain pour qu'il en soit ainsi.

***

Marie-Ève Rancourt - Déléguée de la Ligue des droits et libertés et Manon Massé - Déléguée de Québec solidaire
17 commentaires
  • michel lebel - Inscrit 28 juin 2011 06 h 28

    La question

    La question: cette action(la flotille) est-il le moyen privilégié pour amener la justice et la paix en cette terre du Moyen-Orient? Je n'en suis pas convaincu. Fin.

    Michel Lebel

  • PierreII - Inscrit 28 juin 2011 06 h 35

    Flottille de la liberté - Pourquoi nous voguerons vers Gaza

    Bravo à votre action et votre courage.C'est honteux de voir ce gouvernement Israel-Harper cautionner sans condition toutes les atrocités infligées au peuple Palestinien.
    Nous ne sommes plus au Canada mais dans une succursale d'Israel et leur représentant en chef,Stéphen Harper, a comme mandat d'endosser chaleureusement les pires crimes qu'Israel fait subir aux palestiniens et aux citoyens du monde tentant de les aider.Lorsque je lisais la première ligne d'un article sur le site de la SRC ''Israël autorise l'ONU à importer les matériaux nécessaires ...''...je me demandais qui dirigeait le monde maintenant?
    Israel autorise l'ONU!!!...http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International
    J'aimerais avoir l'opinion du SCRS sur l'ingérence flagrante qu'exerce Israel sur le Canada au point ou celui-ci a perdu toute indépendance politique.
    ''Des politiciens canadiens seraient sous l'influence de puissances étrangères.''....
    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2010
    La liberté est universelle et votre action destinée à aider les Palestiniens s'applique aussi à tous car si personne ne fait rien,demain sera notre tour.
    La dictature est un ogre sans fond.

  • Jean Martinez - Inscrit 28 juin 2011 08 h 34

    Le narcissisme des Causes

    La gauche est à la mode, et pour cette raison, elle affiche avec ostentation son engagement pour ce qu'elle estime être une cause avec un grand "C". Il y a certainement du narcissisme dans ce phénomène et un peu d'ignorance aussi.

    Mêlez-vous donc de vos affaires et travaillez à liberté de votre propre nation: le Québec! C'est ici que vous serez pleinement justifiées de travailler à la libération politique d'un peuple, votre peuple.

    Ah non, mais j'avais oublié: le nationalisme québécois, ce n'est plus à la mode...

  • celljack - Inscrit 28 juin 2011 08 h 39

    Bonne chance!

    Votre geste est symbolique. La justice et la liberté méritent d'être défendus pacifiquement partout.

    Merci au nom de tous les citoyens conscientisés, à ceux qui ont compris que les frontières étaient juste des lignes imaginaires tracées sur une carte, que tous les humains ont des droits égaux.

  • Nimporte quoi - Inscrit 28 juin 2011 09 h 23

    @Michel Lebel

    Sensibilisation mon cher, sensibilisation!

    Tous les états ont les mains liées par un nombre considérable d'intérêts. Géopolitique, sécurité nationale, ressources naturelles, commerce, grenouillage, etc.

    La situation géopolitique de Tel-Aviv jusqu'à Da Nang (Vietnam) est des plus complexe. Les états joue un double jeu voir un triple jeu. Et on y place même nos despotes pour préserver nos intérêts. Le Canada est très loin de pouvoir aider ces gens, ces peuples, cette histoire. En attendant, il nous reste la solidarité, les symboles aussi insignifiant à vos yeux.

    Et Don Quichotte n'est pas toujours vivant?

    Et sinon, qu'avez-vous à proposer M Lebel? Le statu quo? Pendant que perdure plus que jamais la colonisation massive des territoires occupés et de Jérusalem.