Élections fédérales - Ce pays n'est pas le nôtre...

Le conservatisme économique et social qui caractérise le PCC nous fait craindre pour l’avenir de notre nation, écrit un collectif d’artistes québécois. Le Québec que nous aimons ne s’inscrit nullement dans la lignée où le gouvernement Harper veut nous amener.<br />
Photo: Agence Reuters Chris Wattie Le conservatisme économique et social qui caractérise le PCC nous fait craindre pour l’avenir de notre nation, écrit un collectif d’artistes québécois. Le Québec que nous aimons ne s’inscrit nullement dans la lignée où le gouvernement Harper veut nous amener.

Le 2 mai dernier, nous étions nombreux à être rivés devant notre téléviseur en attendant les résultats des élections qui avaient lieu aux quatre coins du Canada. Nous sommes issus du milieu culturel québécois; nul besoin alors de rappeler que les valeurs et visions prônées par le Parti conservateur du Canada (PCC) ne correspondent aucunement à notre conception d'une société ouverte, solidaire et plurielle.

Le conservatisme économique et social qui caractérise le PCC nous fait craindre pour l'avenir de notre nation. Le Québec que nous aimons ne s'inscrit nullement dans la lignée où le gouvernement Harper veut nous amener. Il va sans dire que nous avons été secoués, déçus et choqués de voir le Parti conservateur réussir à obtenir une majorité de députés au Canada malgré une forte résistance, pour ne pas dire un rejet massif de leurs idées au Québec. Plus que jamais, nous avons réalisé la présence marquée de deux solitudes difficilement conciliables. D'un côté, il y a le Québec progressiste, de l'autre, il y a le Canada conservateur.

De quoi être fiers

D'ailleurs, plusieurs dossiers nous ont permis de prendre conscience des différences marquées entre le Québec et le reste du Canada. Par exemple, pour l'actuel gouvernement du Canada, la culture, ce n'est pas important, c'est une dépense inutile. Or, au Québec, nous avons la chance d'avoir un milieu culturel effervescent, bouillonnant de talent. Du Cirque du Soleil à Isabelle Boulay ou Xavier Dolan, en passant par tous les autres artistes et artisans qui nous font honneur, nous avons de quoi être fiers. De plus, un nombre incalculable d'artistes de la relève ont besoin d'un soutien pour réussir à sortir de l'ombre.

Pour monsieur Harper, la culture, c'est du gras à couper dans les finances publiques. Nous croyons plutôt que ce sont les racines mêmes de notre société. Là-dessus, comme dans plusieurs autres dossiers, force est d'admettre que nos conceptions de ce que devrait être notre société sont diamétralement opposées, voire difficilement conciliables. En ce sens, nous croyons qu'il est temps de s'élever et de défendre ce que nous sommes. Nous croyons sincèrement que le Québec est rendu à un moment charnière de son existence et que pour préserver sa langue, sa spécificité, son poids politique et son ouverture, il est temps de se dire oui à nous-mêmes.

Si nous avons pris l'élection d'un gouvernement conservateur majoritaire comme prémisse de départ pour rappeler la nécessaire lutte à mener pour obtenir la liberté de notre nation, nous ne basons pas la totalité de notre argumentaire sur ce facteur. D'emblée, nous sommes habités par une fierté, une combativité, une grande envie de faire respecter ce que nous sommes vraiment comme peuple. Nous ne voulons pas obtenir la souveraineté du Québec en étant contre la nation canadienne. Nous la voulons pour le Québec. Nous sommes deux nations différentes avec deux réalités fort différentes. Il est maintenant temps d'avoir deux pays différents, de commencer à vivre enfin en étant nous-mêmes.

Faire du Québec un pays fort


Notre peuple est audacieux et créatif, il a vu naître les Joseph-Armand Bombardier et Robert Lepage. Malgré ses travers et ses difficultés, nous sommes profondément convaincus qu'il réussirait, en tant que pays, à se démarquer avec brio dans la sphère internationale. Nous avons les moyens financiers et politiques de faire du Québec un pays fort. Il ne reste qu'un petit pas à notre peuple à franchir pour que nous puissions enfin réussir à faire vibrer le reste de la planète au rythme des réussites et innovations du Québec. Il ne nous reste qu'un petit pas pour être maîtres de notre destin, pour nous affirmer haut et fort. Il ne nous reste qu'un petit pas pour être enfin debout et encore plus fiers de notre appartenance. Aujourd'hui, nous invitons les Québécois et Québécoises de toutes les régions et de toutes les nationalités à franchir ce pas à nos côtés.

Par ailleurs, nous, les artistes, avons souvent été accusés de ne pas prendre suffisamment position dans le dossier constitutionnel québécois. Ce temps est révolu. Désormais, nous prendrons la parole partout pour affirmer fièrement notre appui au projet souverainiste. Nous en parlerons, mais surtout, nous agirons. En ce sens, nous invitons aussi tous nos collègues souverainistes issus du milieu culturel à se joindre à la marche pour le pays. Le temps est venu. À partir d'aujourd'hui, nous militerons ouvertement et avec fierté pour faire du Québec un pays libre et souverain.

Ont signé ce texte quelque 200 artistes et artisans issus du milieu culturel québécois:
Michel Côté, Véronique Le Flaguais, Daniel Thomas, Michel Poirier, Mario Saint-Amand, Martine Francke, Maxime Le Flaguais, Charlotte Laurier, Simon Boulerice, Catherine Dorion, Dominique Pétin, Sylvain Archambault, Guy St-Onge, Éric Cabana, Marie-Josée Forget, Sophie Bourgeois, Frédéric Pierre, Marie-Joanne Boucher, Hugolin Chevrette, Marjolaine Lemieux, Antoine Portelance, Martin Thibaudeau, Patricia Tulasne, Marilyn Bastien, Marie-Andrée Corneille, Michelle Parent, Julien Demers-Arseneault, David-Alexandre Després, Carole Chatel, Linda Roy, Louis-David Morasse, Shantal Robert, Line Noël, Marc Donati, Jimmy Larouche, Nathalie Breuer, Carol Jones, Geneviève Smith-Courtois, Jonathan Michaud, Fabien Pelletier, Yves Amyot, Sandrine Allard, Annie Charland, Eva Saïda, Félix Bernier-Guimond, Adèle Saint-Amand, Jérôme Boucher, Véronique Gallant, Alexandre Préfontaine, Joseph Bellerose, Michelle Labonté, Laurent Duceppe, Frédérick Pelletier, Dominique Legendre, Mireille Roy, Rafaël Ouellet, François Cliche, Mylou Savoie, Bernard Wheeley, Martin Lavoie, Eugénie Beaudry, France Pilotte, Richard Le Gendre, Henry Bernadet, Marc Fournier, Éric Piccoli, Joel Gauthier, Denis Chouinard, Alain-Napoléon Moffat, Éric Falardeau, Garry Gagnon, Mélissa Curzi, Luc Morissette, Émile Beaudry, Kevin Houle, Jean-Marc Dalphond, Véronique Clusiau, Dominique Leclerc, Philippe Martin, Valérie Le Maire, Stéphane Franche, Catherine Hamman, Olivier Tétreault, Chantal Jourdan, Matthew-Kevin Williamson, Louis Courchesne, Marlène Gélineau-Payette, Ariane Bélanger, Anne-Marie Labrosse, Maxime Desjardins, Gaby Kassas, Pier-Philippe Chevigny, Dany Boudreault, Blaise Guillotte, Lorraine Beaudry, Marie-Ève Laverdure, Guillaume Lambert, Sophie Dupuis, Ophélie Clermont, Violaine Gauvreau, Robert Lespérance, Serges Péladeau, Alexandra Cyr , Mario Morin, Anne-Marie Archambault, Patrick Brosseau, Mathieu Waddell, Andrée-Anne Garneau, Hélène Bélanger-Martin, Vincent Lacroix, Audrey Talbot, François Trudel, Christine Mercier, Marc-André Fortin, Karim M’Sallem, Martine Laliberté, Monique Richard, Caroline-Isabelle Bédard, André Umbriaco, David Laurin, Jacques Piperni, Anne-Josée Roy, Jean Belzil-Gascon, Éléonore Létourneau, Dominic Lapointe, Julie Ross, François Bonnier, Geneviève Forest, Karo Pinard, Suzane O’Neill, Hubert Lemire, Manon Cousin, Sandrine Mérette, Jonathan Morier, Alain Bourassa, Yan Binsse, Jean-René Moisan, Serge Bonin, Jocelyn Bigras, Noémie Gervais, Alain Auger, Michel Deschenes , Émilie-Lune Sauvé, Jean-Guy Bouchard, Luis Bertrand, Isabelle Sasseville, Jean-Philippe Labelle, Julien Desforges, Karine Saint-Arnaud, Roxanne Miclette, Isabeau Proulx-Lemire, Marc Sauvageau, André Cyr, Claude Hamelin, Marie-Claude Robitaille, François Sasseville, Jo-Annie Archambault, Jacinthe Clermont, Sébastien Corbeil, Carole Therrien, Marc-André Goulet, Jérémie St-Pierre, Jean Boilard, Geneviève Parent, Olivier Sabino, Anne-Maude Fleury, Christian St-Pierre, Joël Côté, Alexandre Chartrand, Elizabeth Paradis, France La Rochelle, Jeanne Leblanc, Monelle Guertin, Maxime Carbonneau, Jolyane Langlois, Christian Perrault, Nana Barbeau-Lavalette, Fabrice Tremblay, Sylvain Bélanger, Alexis Fortier-Gauthier, Amélie Bergeron, Éléonore Létourneau, Maxime Allard, Ève Aubert, Ann Bernard, Sophie Parizeau, Stéphanie Labbé, Édith Labbé, Nicolas Gendron, Julien Mercille, Marie-Pascale Tardif, Patrick Poulin, Alexis Chartrand, Pascal Bascaron, Anie Pellerin, Isabelle Dupont, Éric D’Alo, Lorraine Auger, David Fontaine, Louis Royer, Mathieu Guertin, Marianne Farley, Odelin Salmeron, Louise Proulx, Chantal Dauphinais, Jocelyn Roy, Mathieu Fontaine, Chantal Bessette, Marie-Christine Labelle, Éric Fillion, Mélanie Ladouceur, Sébastien Roberts, Éric Asswad .



***

Collectif d'artistes québécois

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

47 commentaires
  • Andre Vallee - Inscrit 20 mai 2011 03 h 48

    J'aimerais pouvoir signer ce texte

    J'ai 83 ans et ne suis pas un artiste. Mais, j'ai envie d'apprendre à jouer de la guitare pour pouvoir signer ce texte.

  • France Marcotte - Inscrite 20 mai 2011 07 h 16

    Il était temps!

    Dommage que ce ne soit que par la menace de voir fondre leurs subventions que les signataires se prononcent enfin clairement pour le désir de vivre dans un pays libre et souverain.
    Mais mieux vaut tard que jamais.
    Faut que les artistes se politisent comme ils l'ont été pour que le Québec accouche de la Révolution tranquille!
    Leur situation publique privilégiée leur permet d'avoir un réel impact sur la suite des choses et en fait des porte-voix clairement entendus.
    Chaque mot amplifié a son pesant d'or.

  • André Fournier - Inscrit 20 mai 2011 07 h 19

    Pays pas le nôtre!

    C'est une belle lettre, mais, malgré la longue liste de signataires, celle-ci ne reflète pas vraiment ce qu'est NOTRE pays, le Canada. Sans compter le Québec, il ne faut pas oublier que les citoyens des autres provinces ont aussi rejeté le Parti conservateur et ses idées. Mais au Canada, le système électoral permet à un parti d'accéder au pouvoir tout en ayant une minorité absolue de votes. Bon, pour la culture, le Québec ne se distingue pas des autres provinces, car elles aussi valorisent la culture. Le Festival Shaw, un des plus prestigieux festivals culturels au monde, le Festival du cinéma de Toronto, encore là un des plus importants rendez-vous cinématographiques au monde, les petits festivals de théâtre régionaux que l'on retrouve partout dans le pays, nos écrivains francophones et anglophones de renommée internationale, les orchestres symphoniques de diverses communautés, le cinéma canadien, et j'en passe sont tous des témoins de l'importance que tient la culture partout au pays. La langue française présente partout au pays grâce aux efforts de 2,5 millions de francophones hors Québec est aussi une dimension importante de notre pays entier. Oui, les Conservateurs ne valorisent pas ces valeurs, mais de dire que le Québec en souffre isolé des autres provinces est de minimiser radicalement et honteusement les efforts de tous les Canadiens pour s'épanouir et rendre notre pays plus riche. Cette lettre que j'écris ne sera signée que par une seule personne, mais elle décrit une fierté nationale pancanadienne partagée par des milliers sinon des millions de Canadiens anglophones et francophones aussi fiers que vous, et partagée surtout par des millions de Canadiens qui n'ont pas voté pour le Parti actuellement au pouvoir!

  • Jean Lapointe - Abonné 20 mai 2011 07 h 33

    Excellente idée BRAVO


    Et maintenant pourquoi pas:

    - les journalistes pour la souveraineté du Québec?

    - les aînés pour la souveraineté?

    - les jeunes pour la souveraineté?

    - les gais pour la souveraineté?

    - les agriculteurs pour la souveraineté?

    - les enseignants pour la souveraineté?

    - les médecins pour la souveraineté?

    - les sociologues pour la souveraineté?

    et même (rêvons un peu !) les comptables pour la souveraineté?

    etc etc

    Il n'y pas encore très longtemps, il y avait beacucoup de gens je pense qui n'osaient pas reconnaître publiquement qu'ils voulaient la souveraineté pour leur pays. Ils pensaient devoir s'en cacher par peur de représailles ou par peur d'être mal perçus et rejetés par leur entourage.

    Ce temps devrait être révolu et nous devrions tous afficher ovvertement et clairement que nous voulons que notre pays et le peuple dont nous faisons partis soient souverains. et nous devrions voter en conséquence.

    Pourquoi on ferait pas la vague comme lors des dernères élections ?

  • Nestor Turcotte - Inscrit 20 mai 2011 07 h 37

    Question

    Si le Bloc avait pris 60 sièges au Québec, le 2 mai dernier, cette kyrielle d'artistes aurait-elle posé le même geste?

    Pourquoi n'avoir pas pris position avant les élections? Et si tous ces artistes qui se disent en faveur de l'indépendance du Québec, combien d'entre eux sont capables de dire ce que cela implique pour les prochaines années? C'est bien beau signer: mais il faut du réalisme.

    Pauline Marois dit qu'il faudra se serrer la ceinture au moins 5 ans.... Tous ces artistes et les autres qui sont inconnus, sont-ils prêts à s'embarquer dans un régime d'autérité pour gagner la liberté? Les jeunes le sont-ils? On leur demande un petit 100.00 $ de plus pour les frais de scolarité et ils descendent dans la rue.

    Je ne suis pas convaincu que devant les faits, certains ne vont pas reculer.