Semaine de la dignité des personnes assistées sociales - L'aide sociale n'a rien d'un choix

Il n'y a pas une journée dans l'année où les personnes assistées sociales ne se font pas écraser, humilier, diminuer, dégrader, déshumaniser ou traiter de profiteuses. Nous sommes victimes de mépris, d'injustice, d'isolement et d'indifférence de la part d'un système violent sur les plans économique, physique et psychologique. Nous nous sentons traitées comme des déchets de la société et non comme des personnes humaines.

Plusieurs personnes préfèrent fermer les yeux sur la réalité que nous vivons. Il est plus facile de nous écraser davantage que de nous tendre la main et d'écouter notre histoire. Avez-vous déjà pris le temps de demander à une personne pourquoi elle doit subsister avec l'aide sociale et ce qu'elle peut vivre quotidiennement?

Savez-vous que plusieurs d'entre nous doivent essayer de survivre avec 599 $ par mois? Savez-vous que des femmes assistées sociales se font offrir par leur propriétaire de lui donner des services sexuels en échange d'une diminution de loyer? Savez-vous que tomber amoureux lorsqu'on est à l'aide sociale signifie s'appauvrir? En effet, lorsqu'un couple de personnes assistées sociales demeure ensemble depuis un an, le gouvernement leur donne un seul chèque de 919 $ par mois pour deux personnes. Cela veut concrètement dire qu'un couple s'appauvrit de 279 $ par mois.

Est-ce trop difficile d'entendre que dans une société dite civilisée, des personnes assistées sociales se font dire par certains agents d'aide sociale: «T'es belle! Qu'est-ce que tu fais ici? Trouve-toi un homme, ça va améliorer ta situation.» «Fais pas ta demande d'aide sociale, car de toute façon tu risques de retourner chez ton mari violent.» «Nous ne pouvons t'offrir ce programme de formation, car tu n'es pas assez intelligent pour le suivre.»

Déterminés à nous en sortir

Toutefois, même si nous vivons chaque jour le mépris et que nous sommes pauvres dans une société riche, nous avons notre dignité, notre fierté, notre débrouillardise, notre créativité, notre courage et notre volonté de sortir de la pauvreté. Nos luttes quotidiennes pour la survie et nos gestes pour joindre les deux bouts montrent notre détermination à nous en sortir. Nous voulons vivre et contribuer à la société par notre engagement social.

Jusqu'au 8 mai, nous serons dans la rue pendant la Semaine de la dignité des personnes assistées sociales pour exiger du gouvernement un réel droit à l'aide sociale où nous aurions un revenu suffisant pour nous nourrir, nous loger et exister. Nous souhaitons que le gouvernement abolisse les catégories à l'aide sociale qui divisent les personnes assistées sociales selon leurs «aptitudes à travailler» sans reconnaître l'ensemble des facteurs qui font en sorte que des gens peuvent être exclus du marché du travail. Pour couvrir nos besoins essentiels, n'avons-nous pas tous et toutes besoin du même montant?

D'autres demandes


Pour les besoins spéciaux, comme ceux liés à la maladie, nous demandons au gouvernement d'accorder des montants supplémentaires. Ces catégories permettent au gouvernement de perpétuer le mythe voulant que les personnes assistées sociales dites aptes au travail soient des paresseuses. Un rapport interne du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale signalait, en novembre 2006, que seulement 8,5 % des adultes considérés comme «aptes au travail» par l'aide sociale pourraient se trouver un emploi sur le marché du travail.

Nous demandons aussi au gouvernement de cesser le détournement des pensions alimentaires pour les enfants des personnes assistées sociales et étudiants. Finalement, nous demandons au gouvernement de garantir à chaque personne un plein chèque, même si elles sont en couple.

***

Véronique Martineau - Front commun des personnes assistées sociales du Québec

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 6 mai 2011 17 h 22

    Des mesures de justice sociale, tout simplement...

    Madame Martineau,

    Votre missive va tout naturellement dans le droit fil de la justice sociale auquelle nous aspirons. Le temps est venu de considérer chaque citoyen et chaque citoyenne dans la dignité.

  • France Marcotte - Inscrite 6 mai 2011 19 h 05

    Je vous ai lue

    "Nous souhaitons que le gouvernement abolisse les catégories à l'aide sociale qui divisent les personnes assistées sociales selon leurs «aptitudes à travailler» sans reconnaître l'ensemble des facteurs qui font en sorte que des gens peuvent être exclus du marché du travail."
    "...seulement 8,5 % des adultes considérés comme «aptes au travail» par l'aide sociale pourraient se trouver un emploi sur le marché du travail."
    Donc, on s'amuse à jouer au chat et à la souris avec des gens qui sont sans moyens, frappés d'incapacité et souvent incapables d'élever la voix. Ce qu'on n'entend pas ne fait pas mal?
    Et on imagine un peu dans quel cercle vicieux d'estime de soi flouée et d'échecs répétés sont enfermées plusieurs de ces personnes.
    La valeur d'une société ne se mesure-t-elle pas à la manière dont elle traite ses plus démunis?
    Si ça peut vous encourager un peu madame, ceux qui vous regardent de haut ne méritent pas votre attention.

  • Michelle Bergeron - Inscrit 6 mai 2011 20 h 20

    Cessons les subventions des OSBL....

    et donnons aux assités sociaux l'argent afin d'amélioré la qualité de vie, c'est une question de dignité humaine. Même chose avec les gratuités donnons à ces gens l'argent plutôt que de devoir exposer partout son statut "assisté social" une question de dignité humaine. La multiplication des palliers entre le gouvernement et la population que des quêteux plutôt que des gens dans le besoin que l'on aide en toute dignité.