Changement d'orientation à l'Office québécois de la langue française - Au-delà des mots, les termes

Les signataires de cette lettre ont tous été, à un moment ou l'autre de leur carrière, terminologues à l'Office québécois de la langue française. Ils ont pris l'initiative d'attirer l'attention de la nouvelle présidente-directrice générale, Mme Louise Marchand, sur ce qu'ils considèrent comme un changement d'orientation regrettable dans les travaux terminologiques de l'Office.

Dans l'orientation actuelle du travail terminologique, on constate qu'il y a maintenant deux tendances à l'Office. On aurait tort d'y voir une nouvelle version de la querelle des Anciens et des Modernes et encore plus de considérer qu'il s'agit d'une opposition entre puristes et laxistes. Il s'agit plutôt de la différence de perspective qu'il y a entre terminologie et lexicographie. La démarche terminologique est différente de la démarche lexicographique. Alors que la seconde est essentiellement descriptive, vouée à l'enregistrement objectif des usages sans les juger, la première a pour objectif de déterminer quelle est la meilleure dénomination pour un objet ou un concept. C'est ainsi que se définit le dictionnaire terminologique.

L'Office ne peut se limiter à observer et à enregistrer l'usage, ou les usages en concurrence, comme l'exigerait la démarche lexicographique, car il a le mandat de déterminer quel usage il faut préconiser. Or, il parvient de moins en moins à le faire.

Vie courante

Le changement d'orientation qui nous préoccupe se manifeste principalement dans la terminologie relative à la vie courante (alimentation, bâtiment, vêtement, etc.) et peu dans les terminologies très techniques ou scientifiques. Prenons l'exemple d'un terme de la vie de tous les jours: boisson gazeuse. Pour ce terme en apparence simple, le Grand dictionnaire terminologique nous offre deux fiches. La seconde fiche, qui accepte le mot liqueur comme «quasi-synonyme» de boisson gazeuse «en situation de discours usuel», contredit la première qui spécifie: «Le terme liqueur désigne en français une boisson alcoolisée non gazeuse et ne peut de ce fait être utilisé au sens de "boisson non alcoolisée qui contient du gaz carbonique".» La note de la deuxième fiche, celle qui admet que le mot liqueur convient «en situation de discours usuel», est rédigée d'un point de vue qui est celui du lexicographe. Or, le Grand dictionnaire terminologique n'a pas pour vocation de décrire la langue courante.

Pour illustrer cette orientation descriptive, citons également à titre d'exemples la fiche «changement d'huile» au sens de «vidange», la fiche «curriculum» au sens de «cursus», la fiche «cuisinière» (domaine de l'équipement ménager) où le nom «poêle» est admis comme quasi-synonyme, la fiche «plateau de service» où le nom «cabaret» est accepté comme quasi-synonyme, la fiche «salle de bains» où le nom «chambre de bain» est donné comme synonyme.

Faire face à l'envahissement de l'anglais

L'Office ne devrait pas perdre de vue que son travail terminologique s'effectue essentiellement dans un contexte bilingue. Il est par conséquent important que les terminologues acquièrent de très bons réflexes de traducteurs, qu'ils connaissent les techniques de passage de l'anglais au français et qu'ils soient attentifs aux pièges de traduction. Bref, l'Office doit revenir à sa mission: faire face à l'envahissement de l'anglais en privilégiant, entre autres, les termes français corrects existants au lieu de termes empruntés récemment à l'anglais, de termes hybrides ou de traductions littérales même si, dans le dernier cas, ces mots sont attestés au Québec depuis longtemps. Car, dans les langues de spécialité, ce qui est québécois, ce ne sont souvent que des traductions littérales, des termes plus près d'un folklore désuet que de la modernité.

L'Office s'est doté, il y a plusieurs années, de principes directeurs pour orienter ses travaux terminologiques. Il nous semble urgent qu'il y revienne. Nous croyons en effet que l'application rigoureuse des règles est la garantie de la qualité du travail terminologique.

En terminant, il est important de mentionner que nous ne voudrions pas laisser croire que notre opinion des travaux terminologiques de l'Office est uniquement négative. Au contraire. Le travail de l'Office est très utile dans de nombreux domaines, par exemple dans la terminologie de l'informatique, où plusieurs de nos néologismes commencent à s'implanter, y compris dans d'autres pays francophones. Et nous nous en voudrions de ne pas mentionner le vocabulaire des conventions collectives, publié en mars 2007 et qui est un modèle du genre.