Motion contre le port du kirpan à l'Assemblée nationale - Totale hypocrisie politique

Interdire le kirpan à l’Assemblée nationale au nom de la neutralité de l’État sous le regard bienveillant du Jésus crucifié qui surplombe le Salon bleu est un cas flagrant de «deux poids, deux mesures»<br />
Photo: Agence Reuters Chris Wattie Interdire le kirpan à l’Assemblée nationale au nom de la neutralité de l’État sous le regard bienveillant du Jésus crucifié qui surplombe le Salon bleu est un cas flagrant de «deux poids, deux mesures»

Le Parti québécois a traditionnellement été un parti social-démocrate de centre gauche. Un parti censé défendre les plus faibles contre les plus forts. Alors quand le PQ se prend pour l'ADQ et joue la carte du populisme pour favoriser ses intérêts politiques sur le dos des minorités et de leurs libertés religieuses, on soupçonne qu'il y a «anguille sous roche».

Quand la députée péquiste Louise Beaudoin invoque la neutralité de l'État pour interdire le kirpan à l'Assemblée nationale sous le regard bienveillant du Jésus crucifié qui surplombe le Salon bleu, devant un cas si flagrant de «deux poids, deux mesures» comment ne pas conclure à la vile stratégie partisane plutôt qu'au grand débat de principes? Quand on nous dit que le kirpan est interdit à l'ONU, alors que son port est permis dans nos écoles, devons-nous croire que notre société accorde soudainement plus d'importance à la sécurité de ses politiciens qu'à celle de ses enfants? Les incohérences et l'absence de logique sont si flagrantes dans toute cette affaire qu'il est difficile de présumer de la bonne foi de ses protagonistes.

Cela déplaît peut-être à Mme Beaudoin et à ceux qui partagent son opinion, mais le Québec n'est pas la France. La laïcité stricte des institutions, un principe importé de France, n'a absolument rien à voir avec l'expérience historique du Québec en terre d'Amérique. Comment faire appel à ce principe dans une enceinte où on ne le respecte même pas? Les députés français accepteraient-ils de débattre dans l'hémicycle sous le regard du «petit Jésus»?

Souverainisme et droit des minorités

Le Québec est une société tolérante et pluraliste où on ne retrouve pas de mouvement xénophobe comme en Europe ou aux États-Unis. Aucune autre société en Amérique ou en Europe n'a réussi à avoir un débat aussi ouvert et démocratique que celui qui a eu lieu au Québec il y a deux ans avec la commission Bouchard-Taylor. Ce type d'enjeux, complexes sur le plan éthique et politique, auraient déchiré la plupart des autres sociétés, qui préfèrent plutôt balayer le problème sous le tapis, comme le Canada le fait en feignant que tout va bien dans le monde merveilleux du multiculturalisme. Au Québec, le débat sur les accommodements raisonnables a bien sûr été difficile et des choses laides ont été dites. Mais ceci n'a pas divisé notre société contre elle-même, ce qui est en soi une preuve de son ouverture et de sa maturité démocratique.

Le Québec est une société plus sensible que les autres aux droits des minorités. En fait, le Québec est probablement un chef de file mondial dans le domaine des accommodements raisonnables. Pourquoi? Parce qu'au Québec, environ la moitié de nos concitoyens rêvent d'un jour créer un pays indépendant. Depuis René Lévesque, une partie de l'élite éclairée du mouvement souverainiste a compris qu'en matière de droits des minorités, le Québec devait «laver plus blanc que blanc». Dans cette optique, et pour justifier l'indépendance nationale et l'éclatement du Canada, le Québec doit s'astreindre à des exigences supérieures dans la façon dont il traite ses minorités.

Le rôle de la politique internationale

La souveraineté des États est un principe fondamental des relations internationales. Les États qui forment la communauté internationale n'acceptent pas facilement que la souveraineté d'un des leurs soit attaquée de l'extérieur par un autre État ou brisée de l'intérieur par des mouvements indépendantistes. Dans ce dernier cas, la communauté internationale tend à appliquer un principe de proportionnalité: plus le groupe qui revendique son indépendance nationale a été victime de violence et d'abus de la part de l'État dont il veut se séparer, plus la communauté internationale est susceptible de lui apporter rapidement son soutien et sa reconnaissance. Mais la règle inverse est aussi valide: plus l'État dont un groupe cherche à faire sécession est pacifique, démocratique et développé sur le plan économique et social, plus les exigences pour la reconnaissance internationale sont élevées.

C'est sur la base de ce principe de politique internationale que les souverainistes éclairés et cosmopolites ont généralement eu tendance à imposer à leur mouvement et à leur projet d'indépendance des objectifs plus ambitieux que la moyenne en ce qui a trait aux droits des minorités. C'est pour cette raison que Lévesque a souvent combattu, contre sa propre famille politique, les démons du nationalisme ethnique. Ceux-ci sont certes plus mobilisateurs d'un point de vue stratégique, mais ils sont aussi plus abjects d'un point de vue moral.

C'est aussi pourquoi certains fédéralistes, dont je suis, ont toujours vu le mouvement souverainiste comme une force positive dans le développement du Québec. La présence au sein de notre société d'un projet de souveraineté devant se justifier dans le cadre d'une démocratie avancée comme le Canada a eu plusieurs effets bénéfiques pour le Québec, mais aussi pour le Canada. Le Canada ne serait pas devenu l'État-providence qu'il est sans le besoin constant de renforcer sa légitimité par rapport aux pressions venues du Québec.

Le multiculturalisme québécois

Tout ceci implique un fait historique peu discuté mais incontournable: au Québec c'est le mouvement souverainiste qui est en partie la «cause» d'une forme de politique multiculturelle axée sur la reconnaissance des identités minoritaires et les accommodements nécessaires à leur inclusion dans l'espace public. Autrement dit, le multiculturalisme au Québec n'est pas que l'importation d'un «virus» en provenance d'un corps étranger qui serait celui du Canada «anglais». La société québécoise, et certainement sa métropole, étaient sociologiquement multiculturelles bien avant les politiques de Trudeau. Ce n'est pas une invention imposée par les fédéralistes pour damer le pion aux souverainistes.

D'ailleurs, le clivage entre fédéralistes et souverainistes est très peu utile pour éclairer de façon intelligente le débat sur l'intégration des minorités au Québec. Il masque plus qu'il ne révèle. Le clivage qui compte est d'abord celui entre la gauche et la droite. La députée Beaudoin peut bien justifier son geste en évoquant les récentes sorties d'Angela Merkel et de David Cameron. On lui rappellera qu'il s'agit de deux chefs de droite qui cherchent à cajoler les mouvements anti-immigrants au sein de leur formation politique. Drôle d'association lorsqu'on estime être de gauche!

En fin de compte, l'Assemblée nationale a préféré voter pour un principe abstrait, celui d'une laïcité stricte qu'elle ne respecte même pas, et au nom duquel elle ferme ses portes à des citoyens qui ne demandent qu'à être inclus dans les débats démocratiques de leur société. Au Québec, c'est la majorité francophone qui dispose du pouvoir dans les institutions politiques. C'est donc à elle qu'incombe la responsabilité de faire de la place à ceux et celles qui n'ont pas cet avantage.


LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

23 commentaires
  • legada - Abonné 11 février 2011 04 h 22

    Le kirpan, symbole d'une limite

    Pourquoi y a-t-il tant d'opposition au Kirpan?

    Parce que le Kirpan représente une limite entre ce que l'on peut accepter et refuser. Les gens qui ont essayé d'entrer dans l'enceinte de l'Assemblée Nationale le savait.

    Si on prend un crucifix en acier et qu'on en transforme une partie en lame, on obtient un symbole religieux qui est une arme. Ma limite d'acceptation et de beaucoup de gens de l'autre est là.

    Le Kirpan est un symbole religieux et une arme. La valeur d'un symbole ne dépend pas de sa dimension et du matériel dans lequel il est fait. Mais pour une arme la dimension et le matériel ont une importance. Il est difficile de blesser quelqu'un avec un canif de 2 cm en plastique mais avec un Kirpan grandeur nature en acier, c'est possible. Avant d'être un symbole religieux, le Kirpan était une arme. Vouloir en faire abstraction est malhonnête et hypocrite.

    Dans notre société, on porte un poignard à la ceinture lorsqu'on va la à chasse ou lorsqu'on se promène dans le bois pas lorsqu'on va à l'Assemblée Nationale ou à l'école. Ce n'est pas acceptable et une minorité qui veut absolument nous faire accepter le port du Kirpan en tout lieu nous manque de respect et ne comprend pas notre culture.

    Ce n'est pas uniquement à la majorité de faire des efforts pour accepter la minorité.

    Daniel Legault

  • Marc L - Abonné 11 février 2011 05 h 28

    Le Québec, père du multiculturalisme ?

    Je suis d'accord avec vous M. St-Martin, le Québec est une société ouverte qui veut donner la chance aux nouveaux arrivants de s'intégrer pleinement dans la société. Face à des gens qui veulent participer au développement de notre société de demain, nous savons être d'une grande ouverture, toutefois notre ouverture est conditionnelle à ce qui celui qui vient ici soit lui-aussi ouvert et disposé à vivre dans le même Québec que nous. Dans le cas qui nous occupe, le groupe minoritaire ne semble pas disposé à faire son bout de chemin pour se rapprocher de nous, au contraire, il veut reproduire sa société, ici, sans tenir compte que nous aussi avons développé une société basée sur des principes qui peuvent être un peu différent des siens. Un des principes mis en cause est celui de l'égalité et le deuxième est celui de l'opposition au port d'arme. Dans notre société, nous estimons que tous devraient jouir des mêmes droits et nous ne refusons que les individus portent des armes. Malgré le symbolisme religieux qui y est attaché, le kirpan est une arme. Les Sikhs revendiquent pour eux le droit de porter une arme en tout temps dans un lieu ou les armes sont interdites; cette revendication est clairement une demande de privilège. Comme je le mentionnais plus tôt, les Québécois sont pour l'égalité de tous, égalité des sexes et égalité des individus entre eux et ils ne sont pas d'accords à ce que certains revendiquent des droits différents sous prétexte de religion. Si les droits "religieux" revendiqués bafouent l'égalité de tous, alors l'égalité doit primer.

    Lorsque vous ramenez la motion contre le port du kirpan à une question de droite et de gauche, vous changez la nature du problème, en ajoutant des paramètres d'une pertinence douteuse.

  • Fabien Nadeau - Abonné 11 février 2011 07 h 06

    Attention, là...

    Il faut bien être prof de sciences politiques pour ne pas voir l'évidence: le kirpan est une arme, décorative, peut-être, mais une arme quand même. La croix n'en est pas une.

    La présence de la croix rappelle notre histoire influencée par l'illusion de la religion, comme les statues du Parthénon rappellent la mythologie ancienne.

    Ceci dit, si on veut absolument mettre un kirpan au mur de l'Assemblée nationale, bien fixé au mur, pourquoi pas. Mais accroché à la ceinture d'un visiteur, c'est non.

  • Frédéric Jeanbart - Abonné 11 février 2011 07 h 11

    Contradictions

    Cet article est un amalgame de tout et rien, parlant de clivage gauche-droite mais s'en servant aussi pour argumenter (une contradiction en soit)... Le PQ, de "gauche"? Allo, le PQ n'est certainement pas "à gauche", il est plutôt au centre si ce n'est pas centre-droit! Mais l'auteur semble le vouloir à gauche... Hé bien qu'il fasse son propre parti de gauche si le réel positionnement du PQ ne lui plaît pas!

    D'autre part, l'auteur parle du principe de proportionnalité, disant que la communauté internationale est ouverte à l'indépendance d'un peuple selon le niveau de violence et d'abus qu'il puisse subir.... C'est FAUX. De un, l'ONU enchasse dans ses fondements le principe de liberté d'autodétermination, qui est d'autant plus vrai quand on est en présence d'un peuple disctinct du pouvoir en place (ce qu'est le Québec). D'autre part, si le Québec atteint sa souveraineté, l'auteur semble faire croire que ce serait refusé par la communauté internationale... C'est aussi faux, d'autant plus si cela se fait démocratiquement... Notons que l'auteur ne parle pas du tout de démocratie...

    Bref, cet auteur devrait enlever son chapeau de professeur en politique, car il est clair qu'ici il émet une opinion qui reflète son propre positionnement - et avec si peu de rigueur et d'objectivité!

  • pellesi - Abonné 11 février 2011 07 h 36

    Le kirpan est une arme

    Vous, les juges et M. Julius Grey peuvent se tromper. Par principe de précaution entre un symbole religieux et une arme ce n’est pourtant pas compliqué à choisir. L'échec du multiculturalisme n'est plus à démontrer. Le Kirpan accepté à l'école était symbolique, petit et scellé dans un étui. Rien en rapport aux couteaux de chasse fièrement exhibés par les militants sikhs. Je ne crois pas avoir le droit de porter une machette sur la rue Ste-Catherine comme à Port-au-Prince. À quand les Arawaks avec une sarbacane et des flèches au curare dans le parlement canadien?