Motion de censure - Lettre à mon député

Monsieur Gilles Lehouillier, député de Lévis (PLQ). Mon nom est Benjamin Boivin, j'ai 14 ans, je vis à Pintendre. Je suis mineur, mais vous êtes mon député. Votre rôle est de me représenter, de faire preuve auprès de moi d'un intérêt et d'une indulgence qui prévaut sur votre allégeance politique, car votre maître, celui qui possède la clé de votre avenir, c'est un peu moi.

Vous êtes le digne héritier des François-Xavier Lemieux, Vincent F. Chagnon et même des Jean Garon qui vous ont précédés. Vous êtes aussi un représentant de la grande et unique famille libérale, héritière comme vous le savez des Patriotes, de Louis-Joseph Papineau, mais aussi des Rouges de Lafontaine, de merveilleux résistants toujours progressistes qui sont restés fidèles à eux-mêmes.

Votre parti a toujours été celui du progrès, celui de l'avenir, celui des Lesage et des Bourassa, qui n'ont jamais cessé de voir plus loin. René Lévesque, un homme admirable, était à la base un libéral. En ce sens, les libéraux et péquistes ne sont pas si lointains, ils se distinguent les uns des autres, mais se ressemblent. Ils ont un gigantesque point de rupture et des dizaines d'autres petites fissures, mais parfois, comme en ce moment, le Parti libéral s'écarte de ses nobles principes politiques et des durs coups s'en suivent.

Votre devoir

C'est ce qui s'est passé en 1936, peu de temps après la démission de Taschereau qui, après un long, trop long règne, avait laissé le Québec dans un état pitoyable. Vous, M. Lehouillier, vous êtes un homme bon. Et les hommes bons, lorsqu'ils voient ainsi s'écarter leurs confrères de la mère patrie, de leurs idéaux, ils ont le devoir imminent de les ramener à bon port.

Il s'agit maintenant d'un moment unique et important, vous avez le devoir, la mission incontestable, de choisir votre camp. Vous devez décider si votre avenir est dédié à la fierté du devoir accompli, au respect de vos valeurs et de celles des Québécois, ou à la damnation politique éternelle, vu votre association à ce gouvernement. L'avenir politique du Parti libéral du Québec est gravement entravé par une poignée d'hommes de mauvaise foi, mais vous, Monsieur le Député, vous pouvez y échapper, vous pouvez être celui qui lèvera la main pour que l'on voie, nous, peuple du Québec, que la lumière subsiste chez vous, les libéraux.

Vous, M. Lehouillier, en accordant votre voix, en vérité celle des Lévisiens, à la motion de censure qui sera votée aujourd'hui, vous ne serez pas perçu comme un traître, non, vous serez perçu comme un héros, comme un de ceux qui, parmi ces 125 hommes et femmes réunis en assemblée, y est pour représenter son peuple. Car Monsieur, votre peuple n'est pas derrière le Parti libéral maintenant, il n'est pas derrière le Parti québécois non plus, il n'est derrière aucune autre partie que la vérité. Il revient à vous de choisir.

Vocation

Mais lorsqu'il vous sera demandé en ce jour, devant cette motion, pensez, M. Lehouillier, pensez à tous ces gens qui ont mis toute leur confiance en vous, en ce parti, et qui sont aujourd'hui si déçus. Pensez M. Lehouillier, pensez à vos ancêtres libéraux, les vrais libéraux, ceux qui avaient foi en la liberté et qui croyaient dur comme fer que l'avenir appartient aux gens honnêtes et respectueux, pensez à votre rôle de député comme à une vocation, pas comme à un emploi, et puis pensez au sens originel de cette vocation. Quelle est donc l'utilité d'une assemblée comme la nôtre lorsqu'elle ne parle pas de la même voix que son peuple? Quel est donc son sens? Êtes-vous prêts à briser la solidarité indéfectible de cette alliance unique entre les hommes libres pour défendre ce principe, dénué même d'un sens, qu'est la solidarité ministérielle?

La réponse, la vraie, la seule et unique qui soit sensée et respectueuse, elle sonne à votre oreille comme un roulement de tambour infini qui ne fera que s'amplifier. Votre seule et unique chance de l'arrêter, Monsieur le Député, c'est d'appuyer la motion de censure contre votre propre gouvernement, mais avec l'appui solide et unanime de votre peuple.

***

Benjamin Boivin - Étudiant au Collège de Lévis
24 commentaires
  • Michel Simard - Inscrit 24 novembre 2010 01 h 09

    Heureusement....

    Qu'il y a des jeunes pour rappeler aux députés libéraux l'importance de leur geste lors du dépôt de la motion de censure.

    Les députés libéraux qui s'écraseront et suivront la ligne de parti dictée par Jean Charest endosseront toute la corruption associée au QLP. Ils seront donc passibles d'être rejetées par la Nation lorsque ce gouvernement sera sanctionné ou démis. Nous suarons alors quelles pommes sont pourries au royaume du Danemark.

  • mamaira@hotmail.com - Abonnée 24 novembre 2010 05 h 40

    Un avenir assuré...

    Bonjour Benjamin,

    Si tu es vraiment l'auteur de cette lettre, tu as un avenir assuré comme journaliste ou écrivain ou que sais-je encore, mais ton talent en écriture est indéniable.

    Si cependant (comme je le crois malheureusement...) tu as pu bénéficier d'une aide appréciable pour écrire ce texte, tu auras contribué, en cachant ce fait, à l'atmosphère délétère qui baigne présentement notre pauvre Québec.

    Je me plais à rêver que cette impression est fausse et que grandit un esprit clair et ouvert qui nous aidera à nous sortir de ce foutu guêpier que ton député risque, j'en ai bien peur, de feindre ignorer par un vote inféodé.

    André Beaudry, St-Denis de Brompton

  • Marco - Inscrit 24 novembre 2010 09 h 33

    Pauline, sors de ce corps!

    Un bel exemple d'une manipulation adulte et partisane qui s'exerce, ni plus ni moins, au dépend d'une belle naïveté d'enfant! À coup sûr, on constate, bien évidemment, le texte qui en résulte!!...Trop orienté beaucoup trop documenté et qui mélange l'intention culpabilisante et les bons sentiments... Comment ne pas soupçonner une quelconque supercherie?!!

    Si on pouvait seulement savoir qui se dissimule véritablement derrière ces idées, nous serions tout aussi stupéfaits que morts de rire! LOL J'en suis convaincu!! Sinon, vite, dirigeons ce jeune sans plus tarder vers le Comité national des jeunes du P.Q.!! On raffole de ce genre de propos empreints de ferveur et d'exaltation morbides!!

    Faut-il prendre les gens pour des imbéciles?!... Franchement!

  • Claude Archambault - Inscrit 24 novembre 2010 09 h 36

    Lettre à mon député


    Monsieur Gilles Lehouillier, député de Lévis (PLQ). Mon nom est Claude Archambault, j'ai plus de 50 ans, je vis à peu importe. Je suis majeur, et vous êtes mon député. Votre rôle est de me représenter, de faire preuve auprès de moi d'un intérêt et d'une indulgence qui prévaut sur votre allégeance politique, car votre maître, celui qui possède la clé de votre avenir, c'est beaucoup moi.
    Je paye des taxes et j'ai voté pour vous et comme la vaste majorité des députés en chambre vous avez été élu parce que vous représentiez une idéologie, un parti, un futur premier ministre. Aujourd'hui les gens vote à 90% pour le parti que le candidat représente, le contraire ne sont que des exceptions pour des candidats exceptionnels.
    Alors M. Gilles Lehouillier, comme député vous représentez tous les gens du conté, mais aussi aujourd'hui ce vote est important et vous devez voter en fonction de ce que les gens ont demandé de vous en vous élisant. Vous avez été élu libéral parce que le conté veu un gouvernement libéral alors supportez ce gouvernement maintenant.

    Et qu'un jeune de 14 ans ( qui me semble avoir reçu beaucoup de coaching pour ce texte) qui n'a jamais payé d'impot, jamais voté et ne votera pas avant encore 2 élections viennent vous dire quoi faire contre la volonté de vos commettants.......... il y a un grand pas.

  • Nancy Sophie Lavoie - Inscrit 24 novembre 2010 09 h 58

    Et oui !!!

    Je me permets de faire un commentaire, bien que je suis convaincue que mon fils, Benjamin, m'en voudra un peu...

    Et oui, sa démarche est bien la sienne. Ses écrits, ses mots, son intention sont totalement de son cru !
    Je n'ai même pas eu le "plaisir" de le lire avant vous, et j'ai dû écouter son entrevue à R-C en reprise, car monsieur St-Ours a fait son entrevue avec mon petit homme sans même que je sois mise au fait.

    Une maman plus ou moins surprise de son fiston...