Merci, Liberté-Québec

Foutre à la porte un gros paquet de fonctionnaires. Passer les programmes sociaux à la hache. Remettre à leur place les «syndicaleux». Voilà quelques-unes des propositions entendues lors du récent colloque du Réseau Liberté-Québec. Ajoutons à cela quelques affirmations comme «la droite est la solution aux scandales politiques», «le débat constitutionnel est une distraction», «les choses dont nous n'avons pas besoin comme l'assurance médicaments», et nous avons une idée générale des «solutions» préconisées par ceux et celles qui aiment se présenter comme de «droite».

Quant à savoir si le fait de mettre à pied des fonctionnaires, de passer les programmes sociaux à la hache et de mettre de côté le débat constitutionnel rendrait les Québécois plus libres, plus riches et plus heureux, aucun des ténors de Liberté-Québec ne s'est aventuré à en faire le début d'une démonstration.

Des problèmes réels

Mais d'abord, rendons à César ce qui lui appartient (un peu). La plupart des situations problématiques recensées par Liberté-Québec ne sont pas inventées: une dette publique qui atteint des proportions dangereuses; un clientélisme honteux (on n'a pas d'argent pour les soins à domicile, mais on va construire un stade pour les millionnaires de la LNH dans un marché trop petit); un refus de remettre en question des «acquis» devenus obstacles aux nécessaires changements; des syndicats qui font régner la terreur (construction), qui empêchent la relève et imposent un seul modèle d'affaires (UPA) et qui, de temps à autre, rendent impossible l'évolution des pratiques de travail; des subventions douteuses; une bureaucratie parfois ahurissante; des ministères qui travaillent en silos... La liste peut s'allonger encore.

Pour mémoire, je rappellerai que la critique de pratiques syndicales brutalement corporatistes n'est pas l'apanage de la droite. En novembre 1981, Le Temps Fou, une revue de gauche où j'écrivais en même temps que Jean-Robert Sansfaçon (oui, c'est l'éditorialiste du Devoir), titrait: «Les syndicats corporatistes: qu'ils crèvent!». Trente ans plus tard, je comprends les membres du Réseau Liberté-Québec d'avoir ras le bol que rien ne bouge.

Si je dis «merci, Liberté-Québec», ce n'est pas pour le bouquet de «solutions» mal ficelées et mal pensées mis en avant lors de leur colloque du 23 et 24 octobre, mais pour leur volonté de nommer des problèmes réels, leur engagement citoyen et la réaction salutaire qu'ils peuvent provoquer chez des gens qui, comme moi, croient que le démantèlement de l'État et le libéralisme à tout crin sont une recette pour plus de problèmes. L'exemple des États-Unis (taux de pauvreté, d'inégalités sociales, de criminalité, d'endettement personnel et collectif, de misère globale, etc.) me semble assez éloquent. D'autres voies et d'autres modèles existent.

Derrière le voile gauche-droite

Il faut beaucoup plus qu'une analyse en 1000 mots pour démêler l'illusoire du réel quand il s'agit de s'attaquer aux défis d'une société. Ce n'est donc pas ici que, par exemple, nous pourrions analyser toutes les conditions, tous les aspects et toutes les conséquences d'une stratégie de hausse des tarifs d'énergie (électricité, gaz, pétrole) destinée à favoriser la diminution de la consommation d'énergie, renouvelable ou non, à diversifier les sources d'énergie (éolien, solaire, biomasse) et à augmenter le bien-être général. Si d'autres en sont capables (voir le dossier sur la Suède de Louis-Gilles Francoeur dans Le Devoir du 23 octobre), c'est donc que c'est faisable.

Mais, avant tout, je crois nécessaire de mettre de côté, au moins un instant, la pensée par «étiquettes» gauche-droite pour dégager ce qui se cache derrière ces mots et voir si les étiquettes désignent toujours ce que l'on pense.

Grosso modo, on peut dire que la droite insiste sur la responsabilité des individus dans leur destin et que la gauche insiste sur le poids de la société dans ce destin. Ce découpage peut aussi se lire comme l'opposition entre l'intérieur (les valeurs morales, la volonté) et l'extérieur (les structures et conditions sociales).

Or, en insistant sur un seul aspect, on obtient fatalement une vision tronquée de la réalité. Un syndicaliste qui se bat au risque de son propre bien-être pour obtenir des conditions de travail élémentaires pour des travailleurs vulnérables a beaucoup plus de grandeur morale qu'un politicien qui ironise sur les fonctionnaires inutiles. Une mère célibataire de 18 ans a probablement besoin d'une garderie à 2 $ plutôt qu'à 7 $ pour voir le bout du tunnel et sortir de la misère pure. Un politicien qui dénonce un syndicat qui étouffe toute contestation pour préserver monopole et privilèges défend davantage le bien commun que le syndicat en question. Un riche entrepreneur ayant bâti sa fortune sur la collusion, la fraude et l'intimidation violente ne peut pas être présenté comme un modèle social.

«Vive la richesse!», dit-on à Liberté-Québec. Bien sûr, mais vive d'abord la justice, la vérité et l'égalité des chances, conditions d'une société riche et prospère. Et les «riches» n'ont pas beaucoup d'exemples à donner de ce côté-là.

D'abord responsables

La moralité et la responsabilité ne se trouvent ni à gauche ni à droite, mais à l'intérieur. En société, une liberté qui ne s'appuie pas sur le sens de responsabilité équivaut à la loi de la jungle, au règne de la force. Si c'est là la «valeur morale» privilégiée par les membres du réseau Liberté-Québec, j'ai bien peur qu'ils trahissent leurs idéaux avant même d'avoir commencé à marcher. Mais cela n'invalide en rien la réalité des problèmes qu'ils indiquent. Et ce n'est pas en criant plus fort à gauche qu'à droite qu'on fera disparaître et les problèmes et la droite.

Si nous sommes «dus» pour un débat d'idées, eh bien, allons-y pour les idées plutôt que pour les étiquettes. Et rappelons-nous que les individus ne sont jamais séparables du milieu dans lequel ils vivent. C'est peut-être un peu plus compliqué, mais pas mal plus proche de la vérité que de crier «liberté» ou «gauche» ou «droite».

12 commentaires
  • Socrate - Inscrit 26 octobre 2010 03 h 55

    liberticides

    La Liberté c'est Moi. Pierre-Karl.

  • meme moi ici - Inscrite 26 octobre 2010 07 h 13

    quel bijou!

    si vous dites merci à liberté québec, moi je dis merci au Devoir pour cette section du journal que l'on appelle; "Libres opinions, idées et lettres"
    on y découvre de vrais petits bijoux, comme votre texte aujourd'hui... des textes de réflexion qui attire maintenant mon attention autant qu'une première page:))

  • alen - Inscrit 26 octobre 2010 07 h 33

    Le laché lousse de la droite!

    Bien dit effectivement, Monsieur Lamontagne. Vous auriez pu ajouter qu'il est temps que nos élites intellectuelles s'attellent auxs études en profondeur dont nous avons besoin, pour un réel débat, au lieu de faire le pied de grüe devant les stations de télé, pour obtenir leur petite minute de gloire. Pour ce que j'ai vu en fin de semaine, eh bien... euh... ça m'a rappelé <le laché des vaches> dans le clos au printemps dans mon enfance sur la ferme. Qui venaient folles comme de la m... après un hiver toujours trop long passé à l'intérieur.

  • Paul Gagnon - Inscrit 26 octobre 2010 09 h 34

    Les intérêts

    On en revient toujours à la même histoire : suivez l’argent, car c’est ainsi que les hommes vivent et leurs idéologies au loin les suivent. ‘Gorge profonde’ était la lucidité même.

    La « dette publique qui atteint des proportions dangereuses », ne semble pas être un vrai problème pour ceux qui désirent accaparer les ressources de l’État : pour les uns il suffit de faire payer les riches et pour les autres de couper dans les services. Pour la ‘gauche’, il faut assurer à sa ‘clientèle’ (syndicats, OSBL en tous genre) le maximum d’avantages, de droits définitivement acquis : salaires, retraites, horaires de travail, etc. Pour la ‘droite’, il s’agit de se partager de beaux contrats bien dodus. Le centre, il se tait contre un garderie de 5$ à 7$, et se lamente en silence.

    C’est un peu la loi de la jungle. L’État qui doit nous en protéger, survit avec de plus en plus de peine, et dans quel état. C’est justement là, à la loi de la jungle, que semble vouloir mous ramener nos libertaires et nos libertariens qui ainsi se rejoignent, paradoxalement, aux extrêmes de la folie idéologique. Les casseurs et Jeff Filion même combat! On peut bien rire un peu. Snif, essuyons cette larme.

    La moralité c’est de ne pas faire à autrui ce qu’on ne veut pas qu’il nous fasse, intérêt bien compris. C’est le point de départ. La solidarité humaine c’est celle qui s’applique à tous les humains, intérêt bien compris. C’est ce qui sépare la civilisation de la barbarie. À suivre.

  • Franfeluche - Abonné 26 octobre 2010 10 h 47

    La solidarité

    Une société dont les individus sont centrés sur la solidarité et les sens des responsabilité envers la collectivité, est celle qui va progresser. Ceci est vrai chez les humains, les animaux et les insectes. Au contraire, l'individualisme conduit à plus ou moins long terme à la déchéance de cette société.