Fédéralisme - Un appel au dépassement de soi pour le Québec

Selon Benoît Pelletier, le Québec d’aujourd’hui est assez fort pour s’inventer un modèle socioéconomique vraiment adapté à la réalité contemporaine.
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Selon Benoît Pelletier, le Québec d’aujourd’hui est assez fort pour s’inventer un modèle socioéconomique vraiment adapté à la réalité contemporaine.

Mon parcours est celui d'un véritable fédéraliste qui a vu dans la politique québécoise la meilleure arène pour faire progresser ses idées. En cours de route, j'ai eu la chance de contribuer, par des réalisations pérennes, à l'avancement de la société québécoise. J'ai aussi constaté que les Québécois ont perdu beaucoup d'intérêt pour le débat portant sur l'avenir politique et constitutionnel du Québec, c'est-à-dire pour le dossier national.

Bien que déplorable, cette lassitude est normale, à mon avis. Elle témoigne d'une désillusion par rapport aux choix réels qui s'offrent aux Québécois quant à leur avenir. D'un côté, il y a le projet d'en arriver à la souveraineté, laquelle serait possiblement accompagnée de lourdes conséquences sur les plans social et économique. De l'autre, il y a celui de demeurer dans une union canadienne que certains ont tendance à mépriser trop facilement, alors que d'aucuns l'idéalisent. Une seule chose est sûre d'après moi: il n'y a rien entre l'indépendance du Québec et le fédéralisme canadien. L'autonomisme dont se targue l'Action démocratique du Québec n'est pas un statut politique en lui-même. Il n'est qu'une variation sur le thème souverainiste ou fédéraliste, selon la perspective.

Pendant les nombreuses années qui ont marqué mon engagement politique, j'ai vu croître, sous diverses formes, le désabusement des Québécois quant au dossier national. J'ai l'impression qu'ils éprouvent une grande fatigue par rapport à ce débat. Ce ras-le-bol a souvent freiné mon élan. Il m'a privé d'un appui populaire soutenu lorsque j'ai formulé, à Ottawa, des revendications en leur nom. En d'autres termes, j'ai eu à subir la «résignation tranquille» de mes concitoyens au regard du débat national. Elle a brisé le ressort dont j'avais besoin pour défendre encore plus efficacement les intérêts du Québec. [...]


Pragmatique

Depuis mes débuts en politique, mon approche est éminemment pragmatique. De fait, je suis beaucoup moins idéaliste, naïf, débranché de la réalité que certains commentateurs de la scène publique le laissent croire. Je suis plutôt du style réaliste, terre-à-terre, ce qui a de moins bons côtés comme celui de me priver de cette douce folie qui berce l'imagination de certains créateurs. Bien que pragmatique, je sais fort bien qu'il faut, en politique, être porteur d'un certain rêve. Le politicien doit conduire la société dont il fait partie vers de nouveaux horizons et ne pas être constamment à sa remorque. Il doit contribuer à l'accomplissement du destin de sa société et ne pas devenir le fossoyeur des aspirations de ses concitoyens. [...]

Du reste, la Charte canadienne des droits et libertés pose elle-même tout un défi au fédéralisme canadien, ne serait-ce qu'en transformant le paradigme traditionnel fédéral-provinces en un paradigme citoyens-État. L'effet de la Charte sur la redéfinition contemporaine du Canada est tel que des auteurs n'hésitent pas à l'opposer au fédéralisme. À mon avis, il vaudrait mieux chercher à concilier la Charte de 1982 avec le principe fédératif au lieu de s'en servir pour fragiliser les pouvoirs provinciaux ou d'en venir à priver le Québec des moyens, de nature législative ou autre, dont il a besoin pour assurer la survie de la langue française en Amérique du Nord.


Renouveler le modèle québécois

Enfin libéré des lourdeurs administratives, de façons de faire dépassées, d'une réglementation envahissante et d'une organisation sociale obsolète, le Québec pourra recommencer à vibrer, à devenir encore plus créatif et plus innovateur. Ainsi, au lieu du Vive le Québec libre! qui anime encore certains Québécois — dont je ne suis pas —, un véritable cri de ralliement, unificateur s'élèvera cette fois: Libre, le Québec vibre! J'exagère, bien sûr, mais il n'empêche que je m'enthousiasme à cette pensée. [...]

Je ne partage certainement pas le point de vue de ceux qui font du modèle québécois une question identitaire et qui lui accordent une valeur sacro-sainte. J'estime au contraire que le Québec d'aujourd'hui est assez fort pour s'inventer un modèle socioéconomique vraiment adapté à la réalité contemporaine. [...] Pour redresser le Québec, il nous faudra faire des choix, des efforts et des sacrifices et ne pas hésiter à ramer un peu à contre-courant. Laissons respirer les contribuables. Repensons les interventions de l'État et assouplissons la réglementation qui étouffe l'esprit d'entreprise. En somme, changeons la mentalité profonde qui imprègne le système public québécois. N'oublions surtout pas que le Québec fait partie intégrante de l'Amérique du Nord. [...]


Pour une constitution québécoise

Je n'ai jamais aimé les étiquettes, celles de nationaliste ou autres. Néanmoins, je reconnais d'emblée que le Québec est une nation de par son histoire, sa langue, sa culture, son territoire et ses institutions. Une nation, c'est une collectivité qui se caractérise par un haut degré de solidarité et de cohésion entre ses membres. Cette solidarité et cette cohésion reposent à la fois sur l'idée que les membres d'une nation se font d'eux-mêmes et, à l'inverse, sur ce que les autres collectivités pensent d'eux. Pour cette raison, j'estime que le Québec doit rechercher dans l'espace canadien la reconnaissance de sa spécificité, fondée sur son caractère national, puisqu'elle est un fait. [...]

Je crois en la promotion de la différence de la société québécoise dans l'ensemble canadien et, par conséquent, en celle des minorités qui vivent au Québec. Mais, pour assurer une certaine cohérence, encore faut-il qu'un large consensus s'établisse sur des valeurs communes à tous les Québécois, peu importe leur langue ou leur origine, et qu'un cadre de référence soit offert aux nouveaux arrivants. D'aucuns croient par ailleurs que ces valeurs et ce cadre devraient être inscrits dans une constitution proprement québécoise.

Dans le présent essai, je me prononce ouvertement en faveur de l'adoption d'une telle constitution. [...] Une éventuelle constitution québécoise serait subordonnée à la Constitution canadienne, en particulier aux règles ayant une valeur supralégislative, c'est-à-dire qui ne peuvent être modifiées qu'avec l'accord des deux ordres de gouvernement. [...] Dans la mesure où rien, dans la constitution québécoise, ne contreviendrait au cadre constitutionnel canadien, l'Assemblée nationale du Québec pourrait l'adopter unilatéralement, sans demander quoi que ce soit au gouvernement canadien et aux autres provinces. C'est là la beauté de la chose. [...]


Protections spéciales

Un peu partout sur la planète, les fédéralistes sont porteurs d'idées nouvelles, modernes et progressistes qui favorisent la recherche de solutions innovantes à des problématiques sociales, économiques et culturelles complexes. Ils concourent ainsi à l'avancement du débat politique plutôt qu'au statu quo. Au Canada cependant, les fédéralistes manquent trop souvent d'imagination. J'en veux pour preuve l'inaptitude de la fédération canadienne à tenir compte jusqu'à présent de l'identité du Québec et à répondre aux besoins particuliers de celui-ci. Il faut se rendre à l'évidence: le Canada n'est jamais vraiment parvenu à intégrer le particularisme québécois de façon positive ni à obtenir l'adhésion du gouvernement du Québec à la Loi constitutionnelle de 1982. Il en découle que c'est un pays en déficit. Je parle ici d'un déficit d'appartenance, d'un déficit d'allégeance. [...]

En fait, le principe de l'égalité des provinces escamote le rôle particulier que doit jouer le Québec en Amérique du Nord, celui d'y assurer la survie du fait français. Ce rôle, aucune autre province canadienne n'est appelée à l'assumer. Voilà pourquoi il faut accorder au Québec des protections et des pouvoirs spéciaux. [...]

Du reste, le régime instauré par la Charte réduit à une vision symétrique et faussement égalitaire les rapports entre francophones et anglophones au pays. De manière globale, il assimile la situation de la majorité francophone du Québec à celle de la majorité anglophone du reste du Canada, et la situation de la minorité anglophone du Québec à celle des minorités francophones des autres provinces et territoires. [...]

De toute manière, le Canada n'a pas le choix. Il doit concilier l'unité avec la diversité. L'échec de notre projet fédératif serait de mauvais augure, car, dans le monde, le Canada sert de modèle à nombre de sociétés aux prises, elles aussi, avec le dur apprentissage de la cohabitation des peuples, des langues et des cultures. Et je répète que le régime fédératif canadien se doit d'embrasser le dessein national du Québec et de l'inclure dans la définition du Canada en tant que pays, plutôt que de chercher à le combattre et à l'annihiler. C'est, à mon avis, une question de maturité politique. [...]

J'admets d'emblée que la refondation de la nation québécoise est une tâche ardue à accomplir. [...] Manquerions-nous d'audace, de courage? Aurions-nous peur de prendre des responsabilités? Je ne le crois pas, même si je dois admettre qu'il nous arrive parfois, en tant que peuple, de nous conduire à l'intérieur du Canada comme une minorité hésitante et craintive. [...]

Le statut minoritaire des francophones québécois dans le contexte canadien et nord-américain constitue sans doute un handicap a priori. Mais, heureusement, les handicaps ou les obstacles se transforment parfois en leviers. Ainsi, avoir un statut minoritaire peut être perçu comme un appel au dépassement de soi, comme une invitation à la société québécoise de réaliser pleinement son potentiel.

***

Nous publions des extraits de l'essai publié par M. Benoit Pelletier, Une certaine idée du Québec. Parcours d'un fédéraliste. De la réflexion à l'action (Presses de l'Université Laval, septembre 2010).

À voir en vidéo