Le Canada est-il un pays xénophobe?

Les Canadiens sont-ils xénophobes, au sens où l'entend le Conseil de l'Europe — une «hostilité systématique ou irrationnelle à l'égard d'une ou plusieurs personnes, essentiellement motivée par leur nationalité, culture, genre, religion, idéologie ou origine géographique»? La question mériterait sans doute d'être posée quand on voit la une du Maclean's, qui montre un Bonhomme carnaval avec une valise qui déborde d'argent, avec le titre, en parlant du Québec: «La province la plus corrompue du Canada.»

Cette attaque est malheureusement représentative d'un sentiment trop largement répandu au Canada, où beaucoup considèrent le Québec comme un endroit raciste, corrompu et quémandeur. Au Canada, il semble que le seul groupe envers lequel il soit permis d'agir ainsi, le seul groupe qu'il soit permis d'insulter, ce sont les Québécois.

Nous avons vu cette attitude à l'oeuvre quand une chroniqueure du Globe and Mail a accusé le Québec de racisme et a imputé la tuerie de Dawson à notre défense du français. Une telle attaque, aussi mesquine, envers n'importe quel autre groupe aurait fait l'objet d'une condamnation sans équivoque dans les médias canadiens. Mais pratiquement personne n'a protesté au Canada anglais contre cette chronique ignoble, car s'attaquer ainsi au Québec, c'est permis.

Un coup de poing

Tous les jours à la Chambre des communes, des députés du Canada anglais, qui ne parlent souvent pas un seul mot de français, qui ne connaissent rien au Québec, multiplient les insinuations, laissant entendre que nous serions moins honnêtes et que, de toute façon, chacune des demandes du Québec se résume à du quémandage.

En s'attaquant au Québec avec sa une coup-de-poing, en généralisant les agissements de quelques-uns à tous les Québécois, le Maclean's ternit injustement l'image du Québec, de la ville de Québec et des Québécois eux-mêmes. En fait, le magazine ne fait que renforcer les préjugés tenaces du Canada envers le Québec.

Pourtant, n'est-ce pas en Colombie-Britannique que plusieurs premiers ministres ont fait l'objet d'enquêtes policières sur la corruption? Le scandale des commandites, à ce qu'il nous semble, était bel et bien téléguidé à partir d'Ottawa. De même, Option Canada, un autre scandale, était lui aussi téléguidé d'Ottawa. Combien de ministres du gouvernement Mulroney ont démissionné à la suite d'un scandale ou d'allégations de corruption?

Généraliser


Le premier scandale politique au Canada, ce fut celui impliquant Johnny Macdonald lui-même, le premier premier ministre de l'histoire canadienne, qui figure sur les billets de 10 dollars. Il fut contraint de démissionner à la suite du scandale du Pacifique. Doit-on pour autant généraliser et affirmer que le Canada est un pays corrompu, qui célèbre la gloire de politiciens corrompus sur ses billets de banque? Bien sûr que non, ce serait malhonnête.

En ce moment, et il n'est pas inutile de le rappeler, les scandales dont on parle tournaient autour du Parti libéral du Canada, dans le cas des commandites, et du Parti libéral du Québec, dans le cas de la construction. Si ces scandales ont éclaté, c'est parce que les journalistes québécois, comme l'immense majorité de la population, n'acceptent pas de telles pratiques.

Les Québécois sont très majoritairement en faveur d'une enquête publique sur ces pratiques, ils veulent que le ménage soit fait, mais ils se heurtent au refus du gouvernement libéral. Doit-on jeter l'opprobre sur l'ensemble des Québécois du fait des agissements d'une clique politique? Puisque ces scandales sont l'affaire des partis fédéralistes, devraient-on généraliser et insinuer que tous les fédéralistes sont corrompus? Bien sûr que non. Il existe des milliers de Québécois fédéralistes qui sont parfaitement honnêtes.

Alors, si le Maclean's fait sa une en représentant le Québec en entier comme un endroit corrompu, devrions-nous en déduire que le Canada en entier est xénophobe quand il s'agit du Québec et seulement quand il s'agit du Québec? Il est vrai que ce sentiment est trop répandu au Canada, mais jamais au point de le généraliser à toute une population.

***

Gilles Duceppe - Chef du Bloc québécois
27 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 25 septembre 2010 04 h 01

    On respire par le nez...

    Il ne faudrait quand même pas tomber dans la paranoÏa! Où est votre sens de l'humour M. Duceppe!

  • Roger Sylvain - Inscrit 25 septembre 2010 06 h 30

    XÉNOPHOBIE

    Monsieur Duceppe,votre description de la xénophobie:une hostilité systématique et irrationnelle à l'égard d'une ou plusieurs personnes essentiellement motivé par la nationalité,culture,genre,religion ou origine géographique m'a tout de suite fait penser à la façon dont certains Québécois francophones réagissent face aux Anglophones et Allophones du Québec et du Canada. Cette peur irrationnelle de la langue anglaise mine toute chance de relation cordiale entre les parties.
    J'admets volontier que le reste du Canada a une méconnaissance du Québec mais l'inverse est aussi vrai alors à quand un vrai dialogue et une ouverture de part et d'autre?
    Alors qui sera l'adulte et fera les premiers pas vers la réconciliation?
    Roger Sylvain

  • Caroline Moreno - Inscrit 25 septembre 2010 07 h 16

    Le Bloc : un gouvernement en exil

    Cessez de larmoyer. Rentrez au Québec et déclarez l'indépendance.

  • André Fournier - Inscrit 25 septembre 2010 07 h 43

    Canada xénophobe... plutôt Québec

    Pauvre Duceppe. Oui, le scandale des commandites provenait d'Ottawa... géré par des Québécois! Quant à la première phrase où on retrouve ces mots percutants "hostilité systématique ou irrationnelle à l'égard d'une ou plusieurs personnes, essentiellement motivée par leur nationalité, culture, genre, religion, idéologie ou origine géographique", c'est certainement le cas des Québécois qui n'acceptent pas les étrangers (les "étranges") qui ne sont pas nés au Québec, sauf évidemment celles et ceux qui arrivent ici en proclamant la souveraineté! Francophone hors-Québec... Pas vrai! On parle le français en Ontario, au Manitoba ou en Colombie? Et oui, la souveraineté de M. Duceppe produirait un génocide culturel des francophones hors-Québec. Mais ça, il n'en parle que très peu en disant qu'un Québec souverain serait dans une meilleure position pour défendre les droits des francophones hors-Québec... HA! Et comment? En s'ingérant dans les affaires d'un autre pays souverain? Oui M. Duceppe, les Canadiens et même beaucoup de Québécois "considèrent le Québec comme un endroit raciste, corrompu et quémandeur." En commençant par vous et votre parti! Le Macleans de cette semaine "had it right the first time!"

  • François Dugal - Inscrit 25 septembre 2010 08 h 53

    «Love - hate»

    Une relation amour-haine (love-hate relationship), voilà ce qui décrit la relation Canada-Québec. Ainsi, nous sommes des corrompus, la honte de la famille canadienne.
    Mais quand on veut partir, arrive le «love-in».
    Faites-vous une idée, «my friends»