Le choix d'un développement durable et responsable

Le gouvernement du Québec a annoncé son plan d'action afin d'assurer le développement de l'industrie des gaz de schiste sur le territoire québécois. La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) est heureuse que le gouvernement ait choisi cette voie qui permet au Québec d'avancer. Tel que l'a souligné le ministre Pierre Arcand, «c'est la responsabilité du gouvernement d'encadrer le secteur gazier pour qu'il se développe selon les plus hauts standards de qualité, dans le respect des populations et en assurant la protection de l'environnement». Nous sommes d'accord avec cette approche.

En bref, la FCCQ se réjouit de la double décision du gouvernement: celle de manifester son intention d'exploiter ces gisements de richesse et d'emplois et celle d'encadrer ce nouveau secteur de règles qui apportent des réponses satisfaisantes aux questions légitimes que soulèvent les citoyens de bonne foi. Voilà ce que c'est que de faire du développement économique durable et responsable.

Encadrement nécessaire

Pour la FCCQ, l'encadrement que le gouvernement doit mettre en place afin d'assurer une exploitation responsable des gaz de schiste et des nouvelles ressources naturelles devra minimalement consister à:

- élaborer et à appliquer des normes environnementales rigoureuses qui assurent une protection adéquate des ressources renouvelables, notamment des nappes phréatiques;

- édicter des règles relatives aux redevances et aux retombées économiques afin que la société québécoise tire profit de ces ressources naturelles;

- mettre en place des mécanismes adéquats d'information et de consultation de la population, en particulier dans les régions visées par les éventuels projets d'exploitation de ces ressources.

La future loi

Le gouvernement a annoncé que la rédaction de la future loi sur les hydrocarbures se ferait de concert avec les municipalités, les citoyens, l'industrie, le milieu agricole et les groupes environnementaux. Tous les intervenants touchés par cette nouvelle loi auront donc le loisir d'exprimer leurs préoccupations. La FCCQ presse le gouvernement d'élaborer rapidement le projet de loi sur les hydrocarbures, au terme des consultations envisagées.

Il est essentiel que les investisseurs connaissent clairement les conditions qui leur sont posées pour exploiter le gaz de schiste et d'autres ressources naturelles. Les investisseurs doivent également savoir que ces règles sont claires et qu'elles ne sont pas sujettes à des changements fréquents ou à des interprétations arbitraires.

En attendant l'adoption de la nouvelle loi, il est important que les entreprises qui sont déjà actives dans l'exploration se conforment aux orientations et aux guides que doit élaborer le gouvernement, notamment à l'égard de l'information à transmettre aux municipalités et aux citoyens des localités où ont lieu ces activités d'exploration.

Les craintes de la population

Le gaz de schiste représente, potentiellement, une ressource qui pourrait accroître la richesse de la société québécoise. Mais cette ressource n'est pas connue, et il n'est pas étonnant que la population s'interroge ou exprime des craintes à l'égard de leur exploitation. Le gouvernement s'est engagé à rendre toute l'information disponible et nul doute qu'il le fera. L'industrie et les groupes environnementaux n'y manqueront pas non plus. S'il y a quelque chose à craindre, me semble-t-il, c'est peut-être la surdose, beaucoup plus que la pénurie. Il appartiendra aux citoyens de faire la part des choses.

Le rejet de toute forme de moratoire envoie un signal clair à l'industrie. Il ne reste au gouvernement qu'à suivre son plan d'action et, si le BAPE donne le feu vert à l'exploitation des gaz de schiste, à se tenir debout devant les groupes qui s'opposent à l'avancement du Québec.



À voir en vidéo