Libre opinion - Persévérance scolaire: un appel aux employeurs

À titre de présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), ma première préoccupation est la réussite des élèves, et c'est pourquoi ma priorité demeure la persévérance scolaire.

En cette rentrée scolaire, je lance donc un appel tout particulier aux employeurs. Alors que plusieurs élèves ont goûté aux avantages immédiats procurés par un emploi d'été, certains pourraient avoir le désir de prolonger l'expérience au détriment de la poursuite de leurs études. De leur côté, les employeurs qui font face à une pénurie de main-d'oeuvre et qui ont apprécié le travail effectué par les élèves pourraient être tentés de vouloir les garder à leur emploi, ou encore de leur offrir davantage d'heures de travail que ce qui est raisonnable pour un jeune poursuivant des études à temps plein en vue de l'obtention d'un diplôme. Il faut résister à ces tentations et penser aux conséquences à long terme du décrochage scolaire.

Plusieurs chambres de commerce et associations d'employeurs ont déjà répondu à l'appel de la commission scolaire de leur région ou ont même lancé leur propre initiative pour favoriser la persévérance scolaire. La tenue d'assises régionales sur la persévérance scolaire en 2008-2009 a, entre autres, permis de constater que plusieurs commissions scolaires font preuve de leadership et d'innovation dans leur milieu. Je salue également l'initiative de la Fédération des chambres de commerce du Québec, qui a invité les entreprises à s'engager pour la réussite des jeunes en limitant leur nombre d'heures de travail.

La Fédération estime toutefois qu'il n'y a pas qu'une formule gagnante en matière de persévérance scolaire et elle ne favorise pas la voie de la législation pour atteindre cet objectif, mais plutôt celle de la sensibilisation et du gros bon sens. Nous croyons que c'est un domaine où il y a place pour la créativité et la spécificité régionale. Mon souhait pour cette rentrée scolaire serait donc que, partout au Québec, il y ait un pacte social par lequel les employeurs s'engagent concrètement à favoriser la persévérance scolaire par tous les moyens à leur disposition. Il se fait déjà plein de belles choses, il ne faut pas hésiter à s'en inspirer. Et vous pourrez compter sur les élus scolaires pour mobiliser tous ceux qui peuvent contribuer à soutenir les jeunes vers la réussite scolaire.

La persévérance scolaire est devenue un enjeu majeur au Québec. Outre les assises régionales de la FCSQ, il y a eu le rapport du groupe Ménard, auquel nous avons participé, et le plan d'action du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport pour la réussite scolaire. Il y a aussi eu unanimité des participants à la rencontre économique de Lévis pour affirmer que l'éducation doit être la priorité absolue au Québec afin d'assurer notre développement économique et social.

Il faut profiter de cette mobilisation pour réaliser des actions concrètes en faveur de la persévérance scolaire et cela passe aussi par la valorisation de l'éducation, particulièrement de l'école publique. La persévérance scolaire n'est pas l'apanage du milieu de l'éducation, c'est l'affaire de tous.

C'est la responsabilité des parents, qui doivent s'intéresser à ce que leur enfant apprend et réalise à l'école, c'est la responsabilité des employeurs, qui doivent limiter le nombre d'heures de travail qu'ils demandent aux élèves pour leur permettre de consacrer suffisamment de temps à leurs études, c'est la responsabilité de la société, particulièrement des médias, qui doivent avoir un souci d'équité dans leur traitement de l'information et souligner aussi les bons coups de nos écoles qui sont nombreux, et, bien sûr, c'est la responsabilité du gouvernement, qui doit valoriser notre système scolaire public et le financer adéquatement.

Car comment demander à nos jeunes de persévérer à l'école si on projette constamment une image négative de l'école publique, d'un côté, et qu'on valorise la consommation, de l'autre? Il faut être vigilant et surtout conscient de notre responsabilité à cet égard. C'est pourquoi je lance un appel à la collaboration de tous pour faire de cette année scolaire 2010-2011 une année de mobilisation de tous les acteurs de la société québécoise pour la persévérance scolaire.

Bonne rentrée scolaire à toutes et à tous!

***

Josée Bouchard - Présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec