Un cancer, le capitalisme?

À la une d'une récente édition du Devoir, à l'occasion du 1er mai, fête des Travailleurs, on pouvait lire: «Le capitalisme, "cancer" incurable?» Pourtant, contrairement au cancer, c'est l'homme qui est à l'origine du capitalisme. Nous avons donc le pouvoir de changer les choses.

Mais avant de modifier ou de réparer des doctrines économiques, il importe de changer l'homme. Et c'est là le grand défi, puisque jamais le génie humain n'a réussi à créer, malgré des guerres, les révolutions à répétition et de multiples projets de société, les uns plus imaginatifs que les autres, une société où tous les êtres humains pourraient y vivre, comme le souhaitait Aristote, une vie pleine, c'est-à-dire une société où chacun aurait une place et un rôle à jouer, ce qui contribuerait à satisfaire l'ensemble de ses besoins fondamentaux.

Pourtant, l'être humain est fondamentalement un être social qui a besoin des autres pour assurer son développement et son avenir. D'ailleurs, lorsqu'il raisonne un projet du «vivre ensemble» avec les gens de son milieu, comme les dirigeants de 45 pays l'ont fait à la suite de la Grande Guerre meurtrière des années 1940, il n'hésite pas, dans des constitutions ou des déclarations solennelles des droits de l'homme, à affirmer l'importance de «la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables» et de faire en sorte que, par l'enseignement et l'éducation, soit reconnu que «tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité» (Déclaration universelle des droits de l'homme, article 1).

Autrement dit, comme l'écrit Jacques B. Gélinas (revue Possibles, Reconstruire l'économie sur le coopérativisme, volume 32, automne 2008), l'histoire de l'organisation des sociétés humaines est marquée soit par un courant primaire où prévalent la domination, le travail des plus faibles et le pillage des biens produits par d'autres collectivités, soit par un courant civilisateur où tend à s'affirmer un esprit de coopération et d'équité qui émane des aspirations humaines les plus profondes de liberté, d'égalité et de solidarité.

Perte de repères

C'est bien connu: depuis les années 1970, le capitalisme a repris du galon. C'est en plagiant quelques auteurs réputés que se résument les changements: «C'est l'engrenage des accélérations conjugué à l'économie sans partage de l'économie et à l'irresponsabilité des dirigeants qui explique ce basculement du monde»? (Michel Beaud, Le Basculement du monde, La Découverte, 2000) Le libéralisme a subi en 2008 ce que des observateurs qualifient «d'un infarctus libéral» (Manière de voir, Le Monde diplomatique, janvier 2009).

La population perd ses repères; elle est devenue impuissante devant la vague des changements. Elle subit des crises récurrentes (sept crises de 1973 à 2008) sur lesquelles les individus n'ont aucun contrôle. Ils n'ont qu'à en subir les effets négatifs. Les valeurs changent: c'est désormais le chacun pour soi. L'important, c'est le profit, le rendement sur le capital — plus important que la création d'emplois. Pour créer de meilleurs rendements, on n'hésite pas à abolir des postes. C'est la lutte pour la vie.

Et la population en vient à croire que tel est le monde aujourd'hui, qu'elle n'y peut rien — et subit les contrecoups du renouveau du courant primaire: la domination du capital, l'exploitation des uns par les autres, les lois du marché responsables de bien des excès (par exemple, les excès dans les rémunérations sont dus, dit-on, aux marchés!). Même les États sont soumis aux diktats des marchés! Les gens, entraînés par les grands vents du courant primaire, en viennent à croire qu'ils vivent d'abord et avant tout dans des économies et non dans des sociétés. Qu'ils sont au service de l'économie, du capital.

La collectivité

Pourtant, ce ne sont pas les structures et les lois qui font un pays, une collectivité. Ce sont les collectivités qui font ce que sont les collectivités. Ce sont les gens qui savent ce qui leur convient — et c'est pourquoi il faut des structures sur lesquelles ils ont prise. Au niveau de l'État s'impose une démocratie vraie, réelle, participative, décentralisée, de proximité. Là où les gens peuvent agir. Au niveau des entreprises, il faut, dans les sociétés par actions, une plus grande participation actionnariale. Il faut humaniser le capitalisme. Et il faut davantage d'entreprises sous contrôle démocratique (coopératives, mutuelles, entreprises de l'économie sociale) afin de redonner aux individus, devenus de simples consommateurs ou bénéficiaires de l'État, leur statut de citoyen et même en faire des entrepreneurs collectifs.

Ce qui corrompt le capitalisme, c'est le courant individualiste. Un «cancer» que porte la cupidité humaine et le peu de souci du mieux-être des autres. C'est pourquoi il ne faut pas enseigner les vertus du courant primaire — même pas dans nos universités. Il faut une véritable et permanente éducation citoyenne. L'éducation à la maîtrise d'un mieux vivre ensemble où le capital est au service des personnes et non l'inverse!

***

Claude Béland - Président du Mouvement Desjardins (1987-2000) et président du Mouvement Démocratie et Citoyenneté du Québec

Pierre Genest - Président du conseil d'administration de SSQ Groupe financier

Hélène Simard - Présidente-directrice générale du Conseil québécois de la coopération et de la mutualité

À voir en vidéo