Musée national des beaux-arts du Québec - Il faut sauver le monastère!

Il y a quelques jours, le facteur déposait dans nos boîtes un dépliant publicitaire produit par le Musée national des beaux-arts du Québec. Papier de qualité et photographies en couleurs, le grand luxe. Nous en ignorons le coût. Nous ne le saurons jamais, car c'est en «petit comité» calfeutré que ce dépliant, tout comme le projet d'agrandissement, a été décidé. La population, pourtant fort intéressée, n'a pas été appelée à débattre de l'agrandissement.

Les demandes de consultations publiques déposées auprès des diverses autorités ont été purement et simplement rejetées. Ce projet de 90 millions de dollars passera-t-il sans discussion publique au-dessus de la tête des contribuables, propriétaires des lieux? L'information sans réelle consultation est une farce. De plus, c'est un déni de démocratie.

Erreur


Nous croyons l'agrandissement nécessaire, mais nous croyons aussi que le projet proposé en lieu et place du monastère est une erreur. Le monastère est un bâtiment solide et intéressant. Il peut poursuivre sa route au profit des générations futures et il peut être recyclé pour des usages contemporains et contribuer ainsi à l'essor économique de la ville dans le respect des principes du développement durable.

Le projet actuel du Musée, en annonçant la destruction du monastère des Dominicains, en est tout le contraire. La sagesse aurait commandé que soit proposé un site plus respectueux des richesses historiques de la ville et que soit reconstruite la toiture originale si spectaculaire, sur le monastère, provoquant de ce fait une renaissance de l'esthétique de l'ensemble conventuel et, partant, de la Grande Allée.

En annonçant la démolition du monastère, les autorités donnent un fort mauvais signal. Alors que la mission du Musée est de sauvegarder les collections d'oeuvres et d'artefacts qui sont représentatives de la production des générations successives de Québécois, voilà qu'avec une arrogance béotienne il anéantit totalement un patrimoine religieux conventuel irremplaçable.

Gardien du patrimoine

Or, le Musée national des beaux-arts doit être le gardien de notre patrimoine culturel. Le projet d'agrandissement s'attaque à un ensemble architectural homogène, exemple rare et le plus achevé à Québec de style néo-gothique. Le presbytère, l'église et le monastère forment une unité spatiale bien définie ceinturant un jardin cloîtré, sur le modèle des ensembles monastiques du Moyen Âge.

En démolir une partie, c'est confirmer la perte de sens de l'ensemble, la perte d'un lieu de mémoire. Aujourd'hui, l'intérêt d'un édifice ou d'un site, qu'il soit glorieux ou modeste, s'apprécie autant, sinon davantage, à l'aune de l'importance symbolique et affective que lui accorde la communauté qui le revendique qu'à celle de la valeur savante que lui attribuent les spécialistes de l'art. C'est le cas du monastère des Dominicains.

Madame la Ministre de la Culture, vous êtes l'ultime responsable, aussi bien à l'Assemblée nationale que devant les Québécois, du Musée et du patrimoine. À ce titre, nous vous demandons une fois de plus que le projet d'agrandissement du Musée fasse l'objet d'une étude d'impact sur la sauvegarde de la valeur historique, culturelle, sociale et économique de l'ensemble monastique autant que sur l'esprit de la Grande Allée et que des audiences publiques soient tenues avant que ne soit commis l'irréparable. C'est une demande citoyenne.

***

Ont signé ce texte: Marcel Junius, Marcel Masse, Michel Bonnette, Jean Cimon, Jacques Lemieux, André Marceau, Claude Paulette.
5 commentaires
  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 28 avril 2010 06 h 47

    SVP pas à Québec

    Turcot, CHUM, Métro, Casino. Montréal est la ville de l'immobilisme. Plus possible de ne rien faire.
    Heureusement, Québec bouge. Le nouveau musée va marquer le paysage urbain de Québec. Alors, svp, ne montréalisez pas Québec pour un vieux monastère de nonnes.

    Québec

  • Monique Desy Proulx - Inscrite 28 avril 2010 11 h 02

    Nécessaire, cet agrandissement?

    Le monastère des dominicains n'est pas un «vieux monastère de nonnes», comme le dit M. Rodrigue Tremblay... et même s'il l'était, ça ne serait pas une raison pour le démolir! Mais surtout, ce que je me demande, c'est en quoi le Musée a tant besoin d'être agrandi? Les petits musées du Québec étouffent faute de moyens financiers, le Musée Marc-Aurèle Fortin a dû fermer ses portes, les oeuvres se retrouvant au Musée des beaux-arts de Montréal, que Fortin ne portait pas dans son cœur, on a foutu dans un parking asphalté le Musée du Bas-Saint-Laurent à Rivière-du-Loup, loin du fleuve, etc., etc. Alors pourquoi ne pas soutenir les activités muséales un peu partout et laisser le Musée du Québec à sa taille actuelle? Est-ce qu'il déborde tant que ça de clientèle? Je ne le crois pas...

  • Stéphane Laporte - Abonné 28 avril 2010 13 h 26

    Misère...

    Je me demande où étaient les signataires de cet article depuis 3 ans. J'ai personnellement milité pour garder le monastère depuis que l'on connaît les projets de démolition depuis plusieurs années. Presque personne ne s’y est intéressé. Maintenant, il est trop tard!
    Pour ce qui est de la réaction de Monsieur R.Tremblay , ça n'a évidemment rien à voir, tout le monde veut qu'on agrandisse le musée, ce n'est pas la question. Mais je suis aussi d'accord avec lui, le nouveau musée va marquer le paysage urbain de ce quartier, de façon catastrophique.....

  • Yves Cazelais - Inscrit 28 avril 2010 14 h 55

    Ça suffit

    Je crois que ça va suffire et dès maintenant. C'est fini avant de partir. On n'est pas pour commencer à faire à Québec ce qui empêche tellement de communautés de se développer et d'aller de l'avant. Ce type d'intervention est le fait de petits groupes de chialeux perpétuels qui ne demandent rien d'autre que la paralysie de tout ce qui projette une ville vers le futur. Si ce n'est pas l'environnement, c'est ce prétexte de sauver quelques clous d'un passé qui n'a plus de valeur, et ce, aux yeux des experts dont c'est la profession de porter des jugements de cette sorte. S'il y a une ville qui ne peut être targuée de ne pas conserver son patrimoine architectural, c'est bien Québec. C'est pour ça qu'elle est la plus belle ville en Amérique. Le futur bâtiment du musée sera une autre manifestation du goût des gens de Québec, dont peu d'autres peuvent se vanter de posséder. Et j'abonde dans ce qu'écrit Rodrigue Tremblay : pas de ça à Québec. Notre maire y verra de toute manière. La mollesse, on laisse ça aux autres maires Tremblay de ce monde.

  • Mathias Brandl - Abonné 28 avril 2010 23 h 47

    notre Musée a opté pour l'absurde

    Le mandat premier d'un musée, où qu'il soit, est sans contredit de promouvoir un patrimoine culturel. À Québec, le projet d'agrandissement du MNBA aura un effet indéniablement contraire : le saccage d'un lieu patrimonial urbain. Quelle absurde ambivalence, que l'on sait fondée sur un simple opportunisme d'ordre financier....

    À tous ceux et celles qui douteraient encore du caractère patrimonial du monastère condamné par le projet, je dis : allez donc visiter le site. Sa perte éventuelle représentera inévitablement une brèche de plus dans le tissu unique et grandiose de l'architecture bordant la Grande-Allée à Québec. Tout cela par la faute d'un musée.... c,est-à-dire d'une institution publique... Quelle monumentale trahison !

    Les promoteurs d'un tel sacrilège ne peuvent être des politiciens respectables, ou d'authentiques architectes, encore moins des connaisseurs du patrimoine. Plutôt des petits politiciens petits, sans culture, certainement passablement complexés, car visiblement en mal de projets ''sensasionnalistes'' pour cette vieille ville de Québec, qui ne demande au fond qu'une chose : qu'on arrête de violer le peu d'authenticité historique qui lui reste, cette authenticité propre à lui assurer le respect des autres humains, qui affluent souvent en véritable pélérinage, parfois de l'autre bout de la planète, pour la vénérer, à son grand bénéfice...

    Quand arrêterons-nous donc à Québec de se tirer dans le pied en multipliant les stupides ''monuments'', merde ??