Église catholique - Si les autorités vaticanes me demandaient conseil

Si les autorités vaticanes me demandaient conseil pour résoudre la situation actuelle — ce qu'elles ne feront pas —, je leur proposerais les dix étapes suivantes vers la justice et la guérison:

- Les mots sont importants, mais c'est à ses actions qu'on jugera l'Église. Toute personne qui était au courant de la situation et n'a rien fait — ou qui était au courant et a dissimulé les faits — ne devrait plus occuper de position d'autorité ecclésiale. Une reddition de comptes de chaque évêque et administrateur en cause serait parlante.

- Cessez de vous attendre à quelque sympathie de vos ouailles; vous n'en méritez aucune.

- Abandonnez votre attitude défensive et cessez de vous plaindre que la couverture médiatique constitue un «prétexte pour s'en prendre à l'Église». C'est vous qui avez créé ce problème en ne réagissant pas aux témoignages sur les agressions subies et en tentant de les dissimuler au lieu d'en prendre acte.

- Arrêtez d'exprimer de la sympathie pour les évêques qui ont dissimulé des agressions commises contre des enfants dans le but de protéger la réputation de l'Église. Ces hommes ont sacrifié des milliers de jeunes et déclenché un échec de l'institution qui menace aujourd'hui l'avenir de l'Église.

- Avouez vos torts, reconnaissez les défaillances du système et dites-nous ce que vous faites pour le réparer. Rappelez-vous que le repentir, selon Ézéchiel, signifie «se faire un coeur nouveau et un esprit nouveau».

- N'utilisez jamais en référence à quelque aspect de la situation actuelle le passage de l'Évangile sur une femme accusée d'adultère dont Jésus a dit: Que celui qui n'a jamais péché lui lance la première pierre. Voyez plutôt les paroles de Luc 17,1-2: «Il est impossible qu'il n'arrive des scandales, mais malheur à celui par qui ils arrivent. Il vaudrait mieux pour lui qu'on lui mît au cou une meule de moulin, et qu'on le jetât dans la mer, que s'il scandalisait un de ces petits.» Jésus prenait au sérieux le principe de reddition de comptes; vous devriez faire de même.

- Si vous êtes sérieux, mettez sur pied une commission pour enquêter réellement sur ce problème et recommander des changements d'ordre structurel, car ce problème est d'ordre structurel. Assurez-vous d'y inclure des non-évêques et des non-catholiques ayant une expertise réelle de ces enjeux.

- Arrêtez de prétendre «protéger» l'institution ecclésiale en esquivant les victimes et les survivantes et survivants de ces agressions. Votre tout premier mandat est pastoral, et ce sont là vos ouailles. Tout ce que ces personnes exigent est la justice et la guérison, et elles sont en droit de s'attendre à l'une et l'autre de leur Église. En fait, ce sont vos réactions défensives dictées par des avocats qui ont profondément ébranlé l'institution ecclésiale. Vous avez compromis l'intégrité de l'Église et amené plusieurs personnes à remettre en question leur foi.

- Rappelez-vous que ces personnes n'attendent pas de nous la perfection, mais la fidélité à nos principes.

«Relevez donc vos mains languissantes et dirigez vos pas dans la voie droite, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse.» (Hébreux 12,12.) Alors donnez-moi donc un coup de fil, Benoît XVI, pour parler de tout cela.

***

Marie M. Fortune - Théologienne, révérende et fondatrice du Faith Trust Institute de Seattle, l'auteure a signé plusieurs ouvrages sur la violence domestique, sexuelle et ecclésiale, dont Sexual Abuse in the Catholic Church et Is Nothing Sacred?.

***

Ce texte fut d'abord publié dans sa version originale au http://www.faithtrustinstitute.org/blog/marie-fortune/72.
122 commentaires
  • Michel Gaudette - Inscrit 17 avril 2010 08 h 55

    Des tests psychométriques pour tous les candidats à la prêtrise...

    Moi, j,exigerais le passage de tests psychométriques pour tous les candidats à la prêtrise.

    Puisque ces tests de dépistage de cas pédophiles sont fiables, l
    'Église romaine est INEXCUSABLE de ne pas les avoir appliqués de façon systématique pour tous ses candidats...

    INEXCUSABLE !!!!
    Oui, des changements d'ordre structurel s'imposent de toute urgence !!!

  • Michel Gaudette - Inscrit 17 avril 2010 13 h 40

    A Normande Poirier

    Croyez-vous vraiment que le Pape élu en conclave est un "ultime représentant" de Dieu sur la terre ?

    Moi, je ne crois pas pour une raison bien spécifique.

    L'Église Rome a rompu avec la tradition apostolique avec l'Empereur Constantin au 4e siècle ap. J-C. L'Église de Rome s'est bâtie sur les ruines de l'Empire romain et en a perpétué la mentalité hiérarchisée, autoritaire et dominatrice.

    Avec l'Empereur Constatntin, l'Église de Rome a rompu avec la tradition chrétienne des premiers siècles de l,Église chrétienne qui se caractérisait par des églises autocéphale (non-centralisé) inspiré de l'Esprit, celui des premiers apôtres.

    L'Église de Rome est devenu ce qu'elle est devenue, mais elle n'est certes plus chrétienne. Quant au pape, c'est un personnage mondain et politique à la sauce religieuse...

    J'aimerais bien croire que l'Église de Rome est inspirée de l'Esprit, mais c'est impossible avec les résultats que l'on voit actuellement, c'est-à-dire une institution décadente qui n'a plus rien à voir avec le souffle de l'Esprit...

    C'est une Église hiérachisée, mondaine, suffisante, autoritaire et dominatrice, exactement comme le fut l'Empire romain...

    Désolé....

  • Nestor Turcotte - Inscrit 17 avril 2010 15 h 04

    @Monsieur Gaudette

    Pourrions-nous savoir quel est votre statut religieux? Êtes-vous croyant et dans quelle Église vous situez-vous?

  • Gilbert Troutet - Abonné 17 avril 2010 16 h 07

    C'est comme prêcher dans le désert

    Le texte de Madame Fortune est solide et rafraîchissant. Mais c'est comme prêcher dans le désert, surtout que cette théologienne est femme et que l'Église catholique pratique l'apartheid : le jour où les femmes auront dans cette institution les mêmes droits que les hommes, on pourra commencer à espérer. D'autre part, l'Église est l'envers d'une démocratie : toutes les orientations et les commandes vont du haut vers le bas. Ainsi, j'ai pu observer qu'au Conseil de l'Europe le Saint-Siège ne peut être qu'observateur, et non membre comme le sont tous les autres pays du continent, justement parce que ce n'est pas un État démocratique. Autrefois, on appelait ce genre de régime une «monarchie de droit divin».

  • Michel Gaudette - Inscrit 17 avril 2010 18 h 23

    A Nestor Turcotte

    Mon statut ?

    Un simple chrétien qui connaît la théologie chrétienne et qui déteste le mensonge et la méchanceté...

    Je n'ai pas besoin de statut pour débattre d'une question théologique. C'est un autre travers catholique d'empècher de s'exprimer théologiquement les simples croyants.

    Jésus est venu nous libérer et je profite pleinement de cette merveilleuse liberté qu'il nous a procuré d'un prix si précieux...

    Quant à l'Église de Rome, je maintiens que l'empereur Constantin a assassiné l'Église chrétienne en la rendant mondaine, autoritaire et hiérarchisée. Le Souffle de l'Ésprit est absent de cette église. C'est une église morte et les scandales de pédophilie en série avec cover up des autorités en est la preuve éclatante de cette mort !

    J'aimerais bien vous dire que l'Église de Rome serait inspirée, mais ce serait un mensonge, je crois...