Exploration des gaz de schistes dans la vallée du Saint-Laurent - Un projet qui n'a rien de vert

Aux États-Unis, dans l’État de New York, l’expérience négative de l’exploitation des gaz de schistes a mené entre autres à la cessation des opérations dans une partie de son territoire de l’une des plus grandes compagnies d’extraction de ce type de gaz, Chesapeake.
Photo: Agence Reuters Jason Cohn Aux États-Unis, dans l’État de New York, l’expérience négative de l’exploitation des gaz de schistes a mené entre autres à la cessation des opérations dans une partie de son territoire de l’une des plus grandes compagnies d’extraction de ce type de gaz, Chesapeake.

Alors qu'il existe des filières plus prometteuses, le gouvernement du Québec a fait le choix de lancer le vaste chantier économique de l'exploitation des gaz de schistes dans la vallée du Saint-Laurent. Près de 600 permis d'exploration ont déjà été octroyés et d'autres seraient bientôt accordés à des compagnies étrangères et canadiennes pour forer dans les terres agricoles du Québec.

Le processus n'a rien de démocratique. Les municipalités sont privées de décision quant à l'aménagement de leur territoire: les projets sont imposés. Dans les meilleurs cas, les citoyens sont informés de l'imminence d'un chantier; quand la nouvelle leur parvient, il trop tard pour réagir. Lois et règlements empêchent tout processus de démocratie participative et représentative. Le Québec, terre d'Avatar?

Les contrats de location des terrains de forage ont été signés en catimini entre des propriétaires privés et les entreprises d'exploitation, alors qu'il ne s'agit certes pas d'une affaire privée mais bien d'une affaire publique par excellence, qui concerne toute une communauté, une municipalité, une région, les citoyens de la province entière. À l'instar de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), les MRC de six régions ont bien compris l'ampleur de la problématique et ont demandé un moratoire sur la mise en oeuvre des chantiers. Les avez-vous entendus?

Tourner la page

Le choix de développer la filière des gaz de schistes n'a rien à voir avec ce «développement durable» dont le gouvernement du Québec se dit si fier. Cela est inacceptable dans un contexte d'«après-Copenhague» où la communauté internationale (outre certains dinosaures avides et récalcitrants) se mobilise pour réduire la production de gaz à effet de serre.

Monsieur le Premier Ministre Jean Charest, vous vous êtes montré dans les médias comme une figure de proue de la réduction des émissions de tels gaz. Comment pouvez-vous alors justifier le choix de la filière des gaz de schistes, en cette époque où l'on doit se tourner vers l'alternative énergétique? L'époque de la pétroculture, celle des hydrocarbures, est révolue. Il faut tourner la page, de manière responsable. Certes, faisant fi des problèmes liés à son exploration et à son exploitation, les compagnies gazières argumentent que le gaz naturel est moins polluant que le mazout, qu'il permettra une économie d'importation et fournira une ressource exportable. Ces raisons permettent d'endormir «au gaz» une population «rassurée» par des promesses de prospérité à court et moyen termes et de fausses garanties d'un certain «développement durable». Simplistes, celles-ci ne résistent pas à l'analyse globale.

Effets négatifs

On connaît les problèmes socio-écologiques et les risques soulevés par l'exploitation gazière: l'usage et la pollution (métaux lourds, produits chimiques) d'une quantité faramineuse d'eau prélevée dans les cours d'eau avoisinants, ou possiblement à même les aqueducs municipaux, l'utilisation des usines d'assainissement des eaux non conçues à cet effet, la pollution de l'air, la dégradation des paysages, la possibilité d'odeurs soufrées et de contamination liée aux émanations (le sulfure d'hydrogène peut être mortel), le bruit (forage, camionnage, combustion du gaz à l'air libre), le risque d'explosion, la dévaluation des propriétés et la perte de qualité de vie des résidants sacrifiée sur l'autel d'un «développement économique» qui profitera d'abord aux compagnies étrangères et canadiennes, plutôt qu'à la société québécoise.

Aux États-Unis, dans l'État de New York, l'expérience négative a mené entre autres à la cessation des opérations dans une partie de son territoire de l'une des plus grandes compagnies d'extraction de gaz de schistes, Chesapeake (http://www.nytimes.com/2009/10/28/business/energy-environment/28drill.html?_r=1).

Mais au-delà de ces inquiétudes locales et régionales se pose de façon aiguë la question des choix énergétiques au Québec, dans un projet de développement économique «durable». Rien de durable ici: la plupart des puits ont une durée de vie limitée (tous seront épuisés à plus long terme), l'environnement sera dégradé, la sécurité et la santé des populations seront mises à risque, les emplois créés seront temporaires et généralement offerts à une main-d'oeuvre spécialisée qui n'est pas locale. Et quant à la dimension économique de cette filière gazière, on est en droit de se demander: à qui profitera tout cela?

Pourquoi allouer quatre millions de dollars et geler les redevances pour cinq ans sans réglementation adéquate, et surtout sans aucune consultation du public, voire des municipalités et MRC concernées? Pourquoi soutenir un usage industriel qui risque d'entrer en conflit avec l'agriculture et avec la nécessité de réduire les gaz à effet de serre? Pourquoi soutenir un développement énergétique qui va à l'encontre des objectifs de plusieurs politiques et programmes qui, eux, ont fait l'objet de consultations publiques?

Géothermie

Les innovations et l'énergie verte sont importantes pour le Québec: les filières et réseaux de production et de distribution alternatives sont connus; les modes d'utilisation responsable également. Le gouvernement s'est déjà engagé — de façon encore trop timide — dans certaines de ces filières. Un développement responsable de l'énergie implique que certaines avenues soient rejetées pour favoriser l'émergence de celles qui sont les plus «durables». Non durable, la filière du gaz de schistes doit être délaissée au profit par exemple d'une intensification du soutien à la géothermie (bien au-delà de l'usage domestique), combinée à un ensemble d'autres stratégies «vertes» comme celle des biogaz, une forme de gaz naturel qui règle des problèmes environnementaux plutôt que d'en poser.

Jumelées entre autres à la serriculture (dans une perspective de souveraineté alimentaire), à l'efficacité énergétique et à une production d'énergie gérée par les communauté locales, ce sont les énergies vertes qu'il faut privilégier, à l'instar de plusieurs pays européens nordiques qui en ont montré la viabilité. Investissons plutôt dans le développement de filières alternatives: elles sont diverses et prometteuses. Nous pourrions être novateurs, comme on sait si bien le faire dans d'autres domaines au Québec. Qu'attendons-nous pour devenir un pays modèle et d'avant-garde? Pourquoi vendre le Québec aux colonisateurs économiques?

La planète s'échauffe et se met en tempêtes. L'exploitation des gaz de schistes fait reculer les objectifs du Québec en matière de développement durable. Les citoyens informés l'ont déjà compris et s'en inquiètent vivement. Un mouvement de résistance s'est amorcé. Comme dans le cas des porcheries industrielles, du projet de centrale au gaz du Suroît ou de la mine d'uranium à Sept-Îles... On observe le même scénario, la même dynamique malsaine d'un certain pouvoir politico-économique. Voilà un trop lourd fardeau sur le dos des citoyens pour contrer les dérives de décideurs si mal éclairés.

***

Lucie Sauvé - Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éducation relative à l'environnement de l'UQAM

Pierre J. Hamel - Professeur-chercheur à l'INRS Centre urbanisation culture société
12 commentaires
  • Amie du Richelieu - Inscrit 18 mars 2010 07 h 28

    Très peu vert, en effet!

    Si le gouvernement Charest écoute ceux qui préconisent la prudence quand il s'agit de forer pour le gaz naturel en utilisant la méthode de fracturation hydraulique autant que ceux qui déplore l'élevage intensif de la viande dans des bâtisses en béton sur gestion liquide, çà ne présage rien de bon pour les citoyens qui habitent dans la Vallée du Saint-Laurent! Dans une exploitation comme dans l'autre, toutes les raisons de santé, environnementales et sociales sont là pour vouloir en contrôler de près l'expansion. Mais la richesse de quelques-uns aura jusqu'à date donné carte blanche aux exploitants.

    Johanne Dion
    Amie du Richelieu
    http://lesamisdurichelieu.blogspot.com/

  • Renaud Blais - Inscrit 18 mars 2010 09 h 16

    Gouvernement Charest VERT quoi ?

    À mon avis, le gouvernement Charest n'est pas bleu ni rouge mais Vert.
    Ce vert n'est pas un vert écologique mais un vert dollars comme le 20 $ canadien...
    Le chainon manquant est seulement l'origine de ces dollars...
    Renaud Blais
    Québec

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 18 mars 2010 10 h 21

    La planète s'échauffe....lol

    On gèle en Floride, c'est l'hiver le plus froid depuis des décennies!

    Quelques pelleteux de nuage ont bloqué le développement de Montréal. Est-ce que les mêmes emmerdeurs vont aussi empêcher le Québec de devenir riche?

    On est assis sur des réserves spectaculaires de gaz et de pétrole, en plus des diamants et du vent. Le Québec a, pour la premiere fois de son histoire, la chance de devenir très riche rapidement. Allons nous nous écraser devant quelques écolos qui croient que "la planète s'échauffe"..

    Québec

  • gauthieray - Abonné 18 mars 2010 10 h 41

    L'exploitation des gaz de schistes dans la vallée et du gaz naturel dans le golfe du Saint-Laurent - Des projets qui n'ont rien de vert

    « À l'instar de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), les MRC de six régions ont bien compris l'ampleur de la problématique et ont demandé un moratoire sur la mise en œuvre des chantiers. Les avez-vous entendus? »

    Aux îles de la Madeleine, on se sent menacés par l’imminence de forages exploratoires (qui mènent logiquement à des forages d’exploitation) à la fois dans notre sous-sol insulaire (Gastem) et à 80km au large de nos côtes (Corridor Resources, à Old Harry). Ici, on aurait peut-être envie de dire : pourquoi ne va-t-on pas siphonner dans la vallée plutôt que dans le golfe du Saint-Laurent ? Nous entendez-vous, citoyens québécois, quand on vous appelle à l’aide ?

    Mais, comme le disent si bien les auteurs de ce point de vue, « se pose de façon aiguë la question des choix énergétiques au Québec, dans un projet de développement économique «durable». » « Et quant à la dimension économique de cette filière gazière, on est en droit de se demander: à qui profitera tout cela? »

    Que ce soit dans la vallée ou dans le golfe du Saint-Laurent, la filière des énergies fossiles n’a pas sa place dans un Québec qui se proclame en tête de file nord-américaine pour la réduction des GES.

    Donc ce n’est pas qu’une question de « pas dans ma cour ». Dans la vallée comme dans le golfe du Saint-Laurent il faut s’unir pour dissuader l’État, dont nous sommes les actionnaires, d’aller de l’avant dans cette voie. Pas facile, puisque les 2 protagonistes (PLQ et PQ) logent à la même enseigne de l’enrichissement par la marchandisation de notre environnement. Pas facile quand le gouvernement dit d’un côté de la bouche (la ministre MDDEP Line Beauchamp) et de l’autre côté (la ministre MRNF Nathalie Normandeau) une chose et son contraire : on est les champions du développement durable et on a un préjugé favorable pour l’exploitation des hydrocarbures).

    Mais on a bien réussi, en sortant tous ensemble dans la rue, à faire virer de bord le gouvernement Charest une couple de fois… Le Suroît, le Mont-Orford,…
    On va-t-y finir par se grouiller le soubassement pour faire valoir NOS INTÉRÊTS ?

    Raymond Gauthier
    Les Îles de la Madeleine

  • gauthieray - Abonné 18 mars 2010 10 h 47

    @Rodrigue Tremblay

    D'emmerdeur @ emberlificoteur
    « Le Québec a, pour la premiere fois de son histoire, la chance de devenir très riche rapidement. »
    QUI ÇA LE QUÉBEC ????
    Un écolo qui croit que la planète s'échauffe et que certains esprits sont déjà calcinés,
    Raymond Gauthier
    Les Îles de la Madeleine