La solidarité ponctuelle

Le séisme qui a frappé Haïti mardi est non seulement le plus gros ayant touché le pays depuis deux siècles, mais il en a frappé le coeur, soit Port-au-Prince, la capitale de plus d'un million d'habitants. Les conséquences d'un tel événement sont immenses: décès par milliers, disparitions, désorganisation politique et désorganisation des secours, risques d'épidémies et flambées de la violence.

Pour Haïti, aux inégalités économiques énormes, aux crises politiques importantes ainsi qu'aux catastrophes naturelles des dernières années (juste à penser au cyclone Jeanne et aux inondations qui s'en suivirent dans les Gonaïves en septembre 2004) s'ajoute cette nouvelle crise, d'une brutalité inouïe.


Générosité exceptionnelle

Évidemment, dans un tel contexte, plusieurs médias tirent avantage du drame par la réalisation de reportages sensationnalistes, tributaires d'un voyeurisme malsain et dégoûtant. Mais plutôt que d'ajouter du cynisme au drame, attardons-nous à l'exceptionnel élan de générosité des gouvernements et des populations.

En quelques heures seulement, les secours s'organisent et d'importantes campagnes de collectes de fonds se mettent en place. De nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) comme Oxfam ou la Croix-Rouge (sans oublier le travail du CECI) travaillent ardemment pour aider les Haïtiens à relever de ce nouveau choc. La tâche s'avère gigantesque, mais la volonté politique et populaire semble au rendez-vous. Il n'y a qu'à penser à la sensibilité québécoise, qui est particulièrement remarquable compte tenu de la présence importante d'une communauté haïtienne en son sein (environ 130 000 habitants).


Solidarité

Un tel déploiement d'efforts rappelle celui qui a suivi le tsunami sur les côtes de l'océan Indien le 26 décembre 2004. À ce moment, 13,5 milliards de dollars avaient été amassés, soit l'équivalent de 7100 dollars par personne touchée par la catastrophe. Comment pourrait-on parler d'apathie populaire après cela? Des manifestations solidaires d'une ampleur aussi importante ne peuvent faire autrement que nous réconcilier avec les actions de nos gouvernements et de nos concitoyens.

A contrario, ces événements nous poussent toutefois à nous questionner sur la régularité de notre générosité. Faut-il une catastrophe pour faire réagir les plus fortunés? Depuis 1961, les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) se sont fixé une cible pour l'aide internationale qui devrait atteindre 0,7 % de leur produit intérieur brut (PIB). Or, le Canada est encore bien loin de l'atteinte de cet objectif, consacrant environ 0,3 % de son PIB à cette aide. Il semble pourtant évident que si les dépenses de guerre en Afghanistan étaient consacrées à l'aide au développement, cette cible serait facilement atteinte. Mais cela est une autre question, diront certains.

L'exemple haïtien offre une démonstration éloquente des importants moyens (humains, financiers et techniques) que la communauté internationale peut mettre en place en peu de temps. À travers ces circonstances tragiques, il est impératif de s'interroger sur l'absurdité de la situation: des stratégies pour réduire les inégalités existent, mais ne sont déployées que de manière ponctuelle, dans des circonstances extrêmes et tragiques. À partir des événements des derniers jours en Haïti, souhaitons que nous puissions passer d'une solidarité ponctuelle à une solidarité durable et organisée.


Daniel Landry - Enseignant de sociologie et d'histoire au collège Laflèche

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 15 janvier 2010 11 h 30

    Et la solidarité intérieure

    On nous dit que 5 % d'Haïtiens riches possèdent ou contrôlent 50 % des ressources du pays. Une reconstruction mettra-t-elle fin à cette sordide inégalité sociale ou l'élite haïtienne tirera-t-elle profit d'un effort international pour s'enrichir davantage ? La corruption est endémique dans ce pays fortement catholique. Qu'en pense Michaëlle Jean ?
    Roland Berger
    St. Thomas, Ontario