Relocalisation de La Joute - Pour un véritable hommage à Riopelle

Cette lettre est adressée à André Boisclair, ministre des Affaires municipales et de la Métropole, Diane Lemieux, ministre d'État à la Culture et aux Communications, et Gérald Tremblay, maire de Montréal.

Récemment, des voix se sont élevées publiquement pour s'objecter au projet de relocalisation et de mise en valeur de La Joute, de Jean-Paul Riopelle. Cette mobilisation est en soi un événement intéressant puisqu'il arrive très rarement que l'art public fasse l'objet d'un véritable débat dans notre société. Riopelle fait partie de notre patrimoine culturel collectif, au même titre que les grands de la chanson ou de la littérature québécoise. À ce titre, comme Félix Leclerc ou Michel Tremblay, Riopelle appartient à toute la population québécoise, qui a fait siennes son oeuvre et sa façon unique d'exprimer une réalité. Il est indispensable que cette oeuvre soit mise en valeur dans les meilleures conditions et pour le plus grand nombre.


Nous avons eu l'occasion d'examiner le projet de mise en valeur de La Joute élaboré par le Quartier international de Montréal. Nous souhaitons exprimer notre point de vue sur ce projet afin d'apporter un éclairage nouveau dans ce débat.


- Le Quartier international de Montréal travaille sur ce projet depuis plus de deux ans. Sa démarche a été menée avec une approche rigoureuse qui s'est manifestée tant dans le souci de rassembler les nombreux intervenants concernés que dans la volonté de respecter l'intégrité artistique de l'oeuvre. Le projet vise à rendre accessible à tous les Montréalais et à tous les visiteurs de la métropole une oeuvre majeure de Riopelle.


- Le projet de mise en valeur de La Joute compte sur l'appui enthousiaste des proches et de la famille de Riopelle. Ceux-ci ont été associés à l'ensemble de la démarche. Qui plus est, Riopelle, par l'entremise de ses représentants, a signifié clairement son accord au projet de mise en valeur proposé par le Quartier international de Montréal; de même, tous les intervenants institutionnels et gouvernementaux concernés ont été associés à la démarche et ont participé activement à la réalisation du projet: le Musée d'art contemporain (propriétaire de l'oeuvre), la Ville de Montréal et le ministère de la Culture reconnaissent tous la valeur exceptionnelle du projet de mise en valeur de La Joute.


- L'environnement actuel dans lequel est installée La Joute n'est pas conforme à la vision que Riopelle avait de son oeuvre. L'absence d'un cercle de feu à la surface de l'eau, le fonctionnement aléatoire du bassin et de la fontaine ainsi que la proéminence des socles qui soutiennent les différentes pièces de l'oeuvre sont autant d'éléments qui s'inscrivent en faux par rapport à la vision originale de l'artiste. Avec son projet de mise en valeur, le Quartier international propose précisément d'apporter les correctifs nécessaires et de concrétiser rigoureusement la volonté de Riopelle en ce qui a trait à l'installation de son oeuvre. La fontaine-sculpture sera donc installée à l'orée d'une forêt urbaine, mettant ainsi en valeur la thématique recherchée par l'artiste.


- Installée depuis 1976 sur les terrains de la Régie des installations olympiques, La Joute n'est pas accessible: elle est située dans une cour intérieure fermée au public, derrière l'édicule de métro Pie-IX. Le projet de mise en valeur parrainé par le Quartier international de Montréal propose d'installer la sculpture-fontaine dans une nouvelle place publique située au coeur du centre-ville de Montréal. Cette place publique est directement reliée au réseau piétonnier protégé et au métro. De plus, elle est localisée à proximité de certains des plus grands générateurs d'achalandage touristique de Montréal. Cet emplacement permettra à La Joute d'être véritablement accessible à tous les Montréalais et à tous les visiteurs de la métropole.


- Certaines oeuvres d'art public sont commandées avec l'objectif précis de les destiner à un lieu significatif, donc exclusif. À Montréal, c'est le cas notamment de l'oeuvre de Calder, qui a été commandée expressément pour l'Exposition universelle de 1967 et qui se trouve encore aujourd'hui dans le parc Jean-Drapeau. Ce n'est pas le cas de La Joute, qui a été conçue à Paris puis coulée à différents endroits en Europe et en Amérique.


Un groupe de dix mécènes québécois en ont fait l'acquisition au début des années 70 pour ensuite la céder au Musée d'art contemporain. L'objectif de ce don était de s'assurer qu'un site montréalais puisse accueillir cette oeuvre monumentale. La décision fut prise d'installer l'oeuvre au Stade olympique. L'installation a été réalisée quelques mois avant l'ouverture des Jeux, en avril 1976. Tant pour l'artiste que pour le groupe de mécènes, La Joute devait simplement être installée à Montréal. Déplacer cette oeuvre pour lui donner une plus grande accessibilité demeure donc une intention souhaitable qui ne trahit aucunement le sens de l'oeuvre.


- Le projet de mise en valeur de La Joute s'inscrit également dans une volonté de donner aux Montréalais un lieu dédié à la mémoire de l'artiste. Le Quartier international de Montréal a émis le souhait que la nouvelle place publique qui accueillera la sculpture-fontaine porte le nom de Jean-Paul Riopelle. Il en va également de même des sections de rues qui ceintureront cette place publique du côté ouest et du côté est. L'objectif est de créer au coeur du centre-ville de Montréal un lieu privilégié pour célébrer et reconnaître l'apport exceptionnel de cet artiste montréalais à notre patrimoine culturel national.


- Le centre-ville de Montréal est le coeur de la cité. Il appartient à tous les Montréalais, peu importe l'arrondissement où ils résident. Le centre-ville, ce n'est ni l'ouest ni l'est de Montréal: c'est tout simplement le trait d'union d'une communauté de plus de 1 800 000 personnes qui habitent sur une île. Le centre-ville, c'est aussi la première image que nous présentons aux visiteurs qui viennent de partout à travers le monde.


Pour toutes ces raisons, nous appuyons le projet de mise en valeur de La Joute élaboré par le Quartier international de Montréal. Riopelle est un géant qui a façonné, à sa façon et avec son génie, notre culture et notre identité collective. Il a marqué son époque et a rayonné bien au delà de nos frontières. Avec le projet de mise en valeur de La Joute, nous avons une chance inespérée de lui rendre un véritable hommage. Ne ratons pas cette occasion.



Claude Verdier, représentant autorisé de l'artiste; Champlain Charest et André Légaré, donateurs originaux de La Joute; Huguette Vachon, conjointe de Jean-Paul Riopelle; Yseult Riopelle, fille de Jean-Paul Riopelle et responsable du catalogue raisonné de son oeuvre; Denise Bombardier, journaliste et auteur; René Derouin, artiste, Prix Borduas; Louise Déry, directrice de la galerie de l'UQAM; Claude Gosselin, directeur du CIAC - La Biennale de Montréal; Michel Goulet, sculpteur, Prix Borduas; Phyllis Lambert, Centre canadien d'architecture; Jean-Claude Marsan, architecte et urbaniste.