Lettres: École de Barriere Lake

Je me dois de fournir quelques précisions à l'article du 29 décembre 2007 qui traitait de la fermeture de l'école primaire de Barriere Lake, au Québec.

Le 21 novembre, le conseil de bande de Barriere Lake a ordonné la fermeture de l'école de Rapid Lake. Située dans la réserve, celle-ci accueille 69 élèves de la maternelle à la huitième année. Après la fermeture de l'école, des représentants d'Affaires indiennes et du Nord Canada ont sollicité à maintes reprises une réunion d'urgence avec le chef de Barriere Lake et les membres du conseil de bande, afin de discuter d'une réouverture rapide. Leurs demandes sont demeurées sans réponse.

Le 19 décembre 2007, j'ai reçu la copie d'une lettre signée par des douzaines de parents me demandant d'instaurer des mesures, en tant que ministre, pour que l'école reprenne ses activités. Pour y parvenir, la collaboration du conseil de bande s'impose, car il représente l'autorité locale responsable de veiller à ce que les employés et les élèves puissent franchir librement les portes de l'école.

Je suis profondément préoccupé de voir que des décisions du conseil de bande ont pour effet de refuser aux enfants l'accès à leur éducation. La situation est non seulement injuste pour les enfants et leurs parents, mais aussi pour la collectivité au grand complet. Le 7 janvier, les enfants doivent être en mesure de reprendre le chemin de l'école. Le gouvernement du Canada est déterminé à travailler avec des partenaires intéressés à améliorer la qualité de vie des autochtones.

À voir en vidéo