Lettres: Le citoyen seul face à l'environnement?

En tant que citoyens, nous sommes régulièrement appelés à nous préoccuper d'environnement. On nous invite tantôt à recycler, tantôt à utiliser les transports en commun ou à poser des gestes pour contrer les gaz à effet de serre. On nous fait ainsi comprendre que le citoyen, par ses choix et ses gestes, a un impact important sur la préservation de l'environnement. Au point que la protection de l'environnement semble une responsabilité presque exclusivement citoyenne, du moins sur le plan du discours.

Face à mes bacs de recyclage remplis à déborder de tous genres de contenants et d'emballages (contenants de plastique pour les 10 vis achetées à la quincaillerie, pour les muffins, emballages du réfrigérateur acheté récemment, etc.), l'invitation à recycler «comme si de rien n'était» sonne faux. Dans un contexte où tout est emballé et trop emballé, en couleurs et formats des plus diversifiés, avec image et présentation recherchées, la seule solution serait que le citoyen recycle davantage, d'autant plus que les objectifs visés de recyclage pour l'année 2008 ne seront pas atteints.

Pour soutenir les gestes du citoyen qui se situe «en aval» du processus de production, si on osait enfin regarder «en amont». Est-ce que toute la créativité, l'ingéniosité et la sophistication mises à fabriquer des emballages attrayants et pratiques ne pourraient pas servir à simplifier et à réduire les emballages, à créer des contenants réutilisables autres que les bouteilles de bière, à «penser» à des emballages plus écologiques?

À voir en vidéo