Lettres: Au service des promoteurs

La décision du gouvernement d'accorder le feu vert à Rabaska est tout sauf légitime. Les Québécois viennent d'assister au deuxième scandale du gaz naturel au Québec. En effet, avec cette décision, le gouvernement confirme qu'il s'est mis au service des promoteurs en dépit de ses lois, de ses politiques et de ses beaux discours. Examinons le parcours.

- Le gouvernement a accepté un rapport du BAPE critiqué par plusieurs, dont des éditorialistes influents, pour son manque de rigueur.

- Il a mis de côté les avis négatifs des directions de la santé publique et du Conseil des monuments et sites du Québec.

- Il a refusé que soient établis les besoins québécois en gaz naturel et, partant, de terminaux méthaniers, par l'organisme compétent pour le faire, la Régie de l'énergie.

- Il a rejeté les demandes d'analyse par des spécialistes indépendants, des affirmations du promoteur sur les aspects sécuritaires du projet.

- Enfin, il passe outre à l'avis négatif donné par l'organisme mandaté pour protéger les terres agricoles du Québec lequel veut, conformément à son mandat, éviter de mettre en péril 500 hectares de terres de bonne qualité.

Le gouvernement n'a plus aucune crédibilité dans ce dossier. Il fait de l'aplaventrisme devant les promoteurs. Honte à lui.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.