Lettres: Le discours démagogique de M. Facal

Le Devoir rapportait le 21 novembre que le président du Conseil du trésor attribuait aux mouvements sociaux, par leurs revendications incessantes et leurs critiques, la montée de la droite au Québec.

Vraiment, M. Facal sombre dans la démagogie! Attiser volontairement le ressentiment envers les mouvements sociaux qui s'engagent au nom de l'idéal d'une société plus juste et plus démocratique, et ce, avec la prétention d'être le porte-parole d'une «classe moyenne» qui serait exaspérée par les luttes contre l'exclusion et la pauvreté, c'est du populisme indigne d'un ministre du gouvernement.

Vraiment, il y a quelque chose qui est en train de pourrir au «royaume du Québec». Et ce quelque chose, c'est la qualité du lien social. Ce n'est pas avec de telles déclarations intempestives et irresponsables que nous allons résister au vent de droite qui est en train de miner les valeurs fondamentales de solidarité qui ont fait jusqu'ici du Québec une société distincte en Amérique du Nord.