Lettres: Bill Gates en Inde

Quelle surprise j'ai eue le 15 novembre en voyant la moitié de la page B 1 du Devoir consacrée à Bill Gates donnant quelques sous en Inde pour promouvoir la vente de ses logiciels qui sont attaqués dans ce pays.

Soyons réalistes, 500 millions donnés à l'Inde ne représentent rien comparativement à ce qu'il va recevoir si l'Inde change sa politique actuelle en faveur des logiciels libres.

Bill Gates dit aussi qu'il donnera sa fortune aux oeuvres de charité. Lui dont la compagnie ne donne pas un sou en dividende à ses actionnaires. Il ne faut pas rêver.

Chaque fois que Gates a donné quelque chose, c'était pour mieux recevoir; les cadeaux empoisonnés qu'il a donnés en Afrique dernièrement lui sont restés dans la gorge lorsque la Nambie a refusé les quelques «cadeaux» qui la liaient coûteusement à Microsoft (références: http://www.theregister.co.uk/content/4/27878.html et http://www.schoolnet.na/pr/msftrelease.html).

Le cadeau de 500 millions que fait Gates à l'Inde, c'est un placement de guerre dans ce conflit qui oppose Microsoft au logiciel libre. Les pays du monde entier décident actuellement de politiques de gestion technologique, ceux-ci veulent remplacer les technologies propriétaires par des technologies libres. Le but est, pour ces pays, de décider s'ils vont prendre le contrôle de leurs technologies en éduquant leur peuple ou s'ils vont se transformer en acheteur sans pouvoir des technologies américaines.

Le Canada et le Québec ont déjà décidé de devenir des acheteurs, l'Inde a décidé de prendre en main son avenir et de former sa main-d'oeuvre.

Le Devoir ne devrait-il pas promouvoir la connaissance plutôt que l'ignorance? Au cours des derniers mois, Gates ainsi que les principaux ministres de Microsoft ont parcouru le monde (Chine, Australie, Amérique du Sud, Afrique) pour «donner des cadeaux» dans les pays qui ont mis en place des politiques de gestion technologique basées sur la connaissance plutôt que sur l'achat; en faire part dans votre journal rétablirait les faits.