Libre-Opinion: Des précisions des Éditions Protégez-Vous

NDLR: les Éditions Protégez-Vous et Option Consommateurs réagissent ici aux chroniques publiées dans Le Devoir sous la plume de Gérard Bérubé (27 septembre) et Michel Marcoux (29 septembre). Ces deux textes portaient sur une enquête d'Option Consommateurs publiée dans la revue Protégez-Vous sur la compétence des conseillers financiers.

Permettez-nous de rectifier les faits [présentés dans les deux chroniques du Devoir]. Si Michel Marcoux, en tant que chroniqueur «rigoureux», avait pris le temps de lire même rapidement le dossier publié dans l'édition d'octobre de Protégez-Vous, il saurait que l'enquête a été réalisée par Option Consommateurs et publiée dans Protégez-Vous. C'est d'ailleurs Option Consommateurs qui a reçu la subvention du Fonds réservé à l'éducation des investisseurs et à la promotion de la gouvernance de l'Autorité des marchés financiers. Avant de la publier, Protégez-Vous s'est bien entendu assuré que la méthodologie utilisée ainsi que l'attribution des notes étaient conformes à ses standards.

Option Consommateurs et Protégez-Vous n'ont jamais eu la prétention d'étendre ces résultats à l'ensemble de l'industrie. Les résultats s'appliquent exclusivement à l'échantillon évalué. Par contre, il faut reconnaître que les résultats sont inquiétants, et nous nous réjouissons que la Chambre de la sécurité financière ait signifié son intention de demander à son syndic d'enquêter afin de vérifier si, oui ou non, ces résultats sont représentatifs de l'ensemble de l'industrie.

Dans l'élaboration de ses tests et de ses enquêtes, Protégez-Vous a comme pratique de faire appel aux personnes-ressources les plus pertinentes et les plus indépendantes en regard du sujet traité. Avant de publier cette enquête, Protégez-Vous s'est aussi assuré que la grille d'analyse avait été élaborée avec un expert du domaine financier. Ce dernier, qui détient les titres de planificateur financier et d'assureur-vie agréé, a également déjà été courtier de plein exercice en valeurs mobilières et était donc en mesure de déterminer les principales variables dont un représentant diligent devrait tenir compte afin de prodiguer des recommandations appropriées.

Dans son article, M. Marcoux décourage les consommateurs de magasiner, car ils risquent d'avoir de «mauvaises surprises». Sur ce point, il va à l'encontre d'une recommandation de l'Autorité des marchés financiers, qui fournit au consommateur de précieux conseils pour bien choisir son représentant. Pour notre part, nous maintenons que les consommateurs ont tout intérêt à prendre le temps de rencontrer plusieurs représentants, de vérifier leur titre, le profil de leur clientèle, les produits et services qu'ils offrent, et d'éviter ceux qui font miroiter des profits mirobolants.

Depuis la publication des résultats, de nombreux représentants de l'industrie affirment que le fait de dresser le profil — même sommaire — de son client n'est pas important tant qu'on n'en est pas à l'étape de l'ouverture du compte. Or nous maintenons qu'il est crucial que le représentant pose certaines questions de base à son client, et ce, qu'il s'agisse d'une entrevue de prospection ou d'une ouverture de compte. Des questions comme: «Travaillez-vous?» «Avez-vous des dettes?» «Avez-vous des enfants?» «Vivez-vous en couple?» ne prennent que quelques minutes et auraient suffi pour réussir haut la main le test d'Option Consommateurs.

De plus, rappelons que les articles 12, 13, 14 et 15 du Code de déontologie de la Chambre de la sécurité financière stipulent les responsabilités du représentant envers son client «ou tout client éventuel» en matière de collecte et de transmission d'information. Cela confirme que le représentant doit s'informer à propos du profil de son client, et ce, avant l'ouverture de compte, alors qu'il n'est encore qu'un «client éventuel».

Une mission qui va bien au-delà du «grille-pain»

La raison d'être des Éditions Protégez-Vous est l'éducation et l'information des consommateurs. Dans ce cadre, au cours de la dernière année, l'éventail des sujets traités dans Protégez-Vous, outre les tests de produits, va des soins de santé à domicile au questionnement sur la provenance des produits que nous achetons, en passant par la sécurité informatique et une foule de sujets liés à l'alimentation.

Cette enquête d'Option Consommateurs, en révélant les lacunes de nombreux représentants, s'inscrit parfaitement dans le mandat de Protégez-Vous puisqu'elle démontre encore une fois l'importance pour les consommateurs de prendre part active à la gestion de leurs finances personnelles et de ne faire aveuglément confiance à aucun représentant, quel qu'il soit.

Nous comprenons le mécontentement de M. Marcoux ainsi que celui de l'industrie devant les conclusions de cette enquête, mais nous soutenons qu'elle a été réalisée avec rigueur et maintenons la justesse de nos résultats.

Afin de protéger le mieux possible les consommateurs, nous invitons l'industrie à enquêter afin de savoir si ces résultats sont représentatifs ou non de pratiques courantes. Nous reconnaissons qu'il existe de très bons représentants en valeurs mobilières — d'ailleurs, l'enquête d'Option Consommateurs le démontre aussi —, mais tant que l'industrie n'uniformisera pas ses pratiques, ils seront malheureusement mis sur le même plan que les autres, nuisant ainsi à l'ensemble de l'industrie. [...]

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.