Lettres: Un choix inhumain

Plusieurs personnes se disent déçues du système de santé québécois actuel. Pour remédier à cette situation, certains, dont l'Action démocratique du Québec, pensent que la meilleure solution serait de laisser davantage de place au secteur privé.

Effectivement, cette option pourrait peut-être «soulager» le système de santé public. Cependant, les Québécois seraient alors aux prises avec le choix suivant: un réseau privé payant et, disons-le, plus rapide, et un réseau public gratuit mais avec certains délais. Un choix inhumain...

Pensez seulement aux parents d'un enfant atteint d'une maladie grave et qui doit se faire opérer le plus rapidement possible pour rester en vie. Je crois que le choix entre un service privé plus rapide et un service public plus lent serait évident. En outre, dans cette optique, même ceux qui n'ont pas nécessairement l'argent pour aller du côté du système privé devraient y avoir recours quand même, quitte à s'endetter par-dessus la tête. Tout ça sans compter ceux qui n'ont pas la capacité de s'offrir les services privés, qui devraient injustement prendre leur mal en patience... Et imaginez les jugements du genre «ils n'ont pas assez de coeur pour trouver l'argent nécessaire afin de faire soigner leur enfant».

C'est pour cette raison que j'estime que laisser la porte ouverte au secteur privé dans le système de santé ne ferait que laisser la porte ouverte à un réseau rapide pour ceux qui ont de l'argent et un autre, plus lent, pour ceux qui n'en ont pas.