Lettres: Les services d'aide à domicile

C'est à titre de citoyenne directement concernée par les services d'aide à domicile que j'exprime ma colère à l'endroit du ministre de la Santé.

Décidément, les services à la personne n'ont pas de poids par rapport à l'industrie des courses de chevaux et du high-tech. Les chantiers MIL Davies — qui nous ont coûté combien, au fait? — feraient encore l'objet de subventions pour sauver des emplois, des emplois qui coûtent cher et qui s'avèrent précaires. Combien d'argent une fois de plus planqué dans des OSBL? De bonnes occasions pour le copinage des nantis? Vos concitoyens qui ont besoin d'aide à domicile ne font pas partie de la gang!

Le gouvernement fait vivre des industries sur respirateur artificiel alors que nos concitoyens et leurs familles sont à bout de souffle, ont besoin de répit pour respirer. Des femmes, des hommes s'occupent tous les jours de leurs conjoints devenus incontinents, perdus dans leur mémoire, nécessitant une présence et une surveillance quotidiennes. Des femmes quittent leur emploi pour s'occuper de leurs parents âgés ou de leur enfant handicapé.

Ce sont 300 millions qu'il faut pour au moins correspondre à la norme canadienne. Cette somme, dont une bonne partie retournera en taxes et impôts, permettra de créer des emplois. Un investissement pour une qualité de vie, pour de la dignité, pour une vie à soi! Serait-ce trop vous demander?

Une citoyenne engagée et concernée...