Lettres: Le pont de Québec est-il sécuritaire ?

À la toute veille de sa mort, feu notre populaire mairesse avait indiqué que ce qu'elle estimait être la pire chose qui soit arrivée au célèbre pont de Québec, c'était la cession de sa propriété par le gouvernement fédéral au Canadien National, le CN.

Déjà victime de deux effondrements spectaculaires depuis 100 ans, notre énorme pont patrimonial risque fort aujourd'hui d'être laissé à la merci de lointains gestionnaires d'Ottawa qui n'auront pas le souci d'entretenir adéquatement ce monstre qu'on risque de trouver dispendieux et gênant.

Nous apprenons aujourd'hui que le CN serait devant les tribunaux dans un litige apparemment sérieux avec ceux-là mêmes qui devaient assurer son entretien et que les travaux seraient même arrêtés. La rouille du pont nous fait peur.

Jamais deux sans trois, dit la maxime. Je ne peux pas m'empêcher d'imaginer l'horreur que pourraient constituer un troisième effondrement et la disparition du pont de Québec pendant que le CN et les peintres attendraient le jugement d'un litige devant les tribunaux comme excuse.

Il me semble avoir entendu l'équipe québécoise de Stephen Harper nous promettre à grands cris de protéger sans faute les trois choses suivantes: le centre de tri postal, le Jardin zoologique et le pont de Québec. Si on se fie aux résultats obtenus dans le cas des deux premières promesses, le pont de Québec est-il sécuritaire?