Lettres: Rions un peu

On peut se surprendre qu'aucun linguiste ou journaliste ne se soit intéressé à l'étymologie du mot anglais stud qui se traduit par étalon (Harrap's). Voyons maintenant Le Petit Larousse: étalon, cheval destiné à la reproduction et par extension mâle reproducteur. Or, comment peut-on songer à se «reproduire» en fréquentant un endroit ou le sexe féminin est exclu? Mystère.

En outre, il faut admettre que les commerçants du village gai ont en général du respect pour la Charte de la langue française en ce qui concerne l'affichage. Mais l'usage commercial du mot stud, il me semble, ne respecte pas l'esprit de la loi 101. Ainsi faudrait-il peut être porter plainte auprès de l'Office de la langue française? Eh misère! On vient d'élargir le débat. Et ce n'est pas fini. Ayons le sens de l'humour, quand même!