Lettres: Option Canada, une mise au point

Dans un article publié jeudi, Le Devoir laissait entendre qu'il y a désaccord entre les auteurs des Secrets d'Option Canada. Or nous avons un point de vue identique à ce sujet. Si des propos dans notre livre ont pu blesser ou insulter quelqu'un, nous le regrettons et nous nous en excusons. Ce n'était pas du tout notre intention. Nous avons remis les documents comptables d'Option Canada au DGE, à sa demande et parce que nous soupçonnions qu'il y ait eu fraude et nous n'avions pas les moyens d'aller plus loin dans nos recherches. À la lumière de ces documents et de notre livre, le DGE a considéré que c'était assez troublant pour instituer une enquête judiciaire.

Le commissaire-enquêteur Bernard Grenier, après 15 mois d'enquête, nous donne raison d'avoir douté, y compris en ce qui a trait à l'entreprise BCP. En revanche, avec ses moyens considérables, il a démontré que nous avions tort au sujet de cette entreprise. Nous acceptons le résultat de son enquête.

Le rapport Grenier a confirmé que nous avions raison de soulever des questions sur des activités passibles de sanctions pénales menées par le gouvernement du Canada pour entraver l'expression démocratique de la volonté des québécois. Pour cela, nous ne nous excuserons jamais.