Lettres: Le grand ménage

Je suis en parfaite harmonie avec l'ensemble des propos rédigés dans votre quotidien par l'écrivain Victor-Lévy Beaulieu. Ses suggestions tiennent du réalisme d'un homme réfléchi.

Comment comprendre que nos élus ne puissent pas s'inspirer de ce texte pour nous proposer un grand ménage à la Jean XXIII au moment d'ouvrir le concile Vatican II? Il y a dans la société des personnes et des groupes qui réfléchissent à notre présent et qui ont dans leurs lunettes d'approche une vision de notre avenir. Dès 1960, nous nous sommes donné un élan vers la modernité. À ce moment, nous étions riches de nos talents et du fait que nous n'avions pas de dette. Aujourd'hui, nous sommes scolarisés, ouverts sur le monde, créatifs, et nous croulons sous le poids des diktats venus de l'extérieur. Le chanoine Groulx avertissait que nous devions contrôler notre économie pour pouvoir accéder à la maîtrise de nos institutions. Qu'en est-il aujourd'hui? J'en appelle aux trois partis politiques représentés à l'Assemblée nationale de s'épauler et de travailler ensemble sans mesquinerie partisane.

À voir en vidéo