Lettres: Soyons une nation verte!

La deuxième partie du rapport du GIEC, même édulcorée, donne froid dans le dos. Désertification, trois milliards d'humains en pénurie d'eau, extinction du tiers des espèces vivantes, famines meurtrières...

La prise de conscience en train de faire son chemin dans les esprits est un des points tournants les plus importants de l'histoire de l'humanité. Pour la première fois, toute l'humanité a un ennemi commun, un projet commun. Nos enfants pourront être fiers de nous si nous relevons ce défi avec lucidité. Et si nous n'agissons pas, ils auront raison de nous haïr.

Même la Cour suprême des États-Unis montre des signes de cette prise de conscience. Et Bush sera forcé de réagir.

En ce moment, le gouvernement de Stephen Harper évalue les modifications proposées par l'opposition à son projet de loi C-30, la fameuse loi sur l'air pur, devenu un «projet de loi sur l'air pur et les changements climatiques» sous la pression de l'opposition.

Tous les citoyens du Canada devraient écrire à Stephen Harper et à John Baird pour leur faire bien comprendre qu'il faut que le Canada devienne un leader dans ce domaine, et ce, en acceptant les propositions des partis d'opposition.

Les trois grands partis politiques du Québec, qui ne sont séparés que par 200 000 votes, devraient saisir cette occasion pour gagner notre respect: qu'ils disent, d'une voix forte et claire, que la nation québécoise est en faveur du respect des cibles du protocole de Kyoto, donc en faveur de l'adoption du projet de loi C-30 tel que modifié par l'opposition. Voilà un nationalisme dont nous pourrions être fiers.

À voir en vidéo