Lettres: Ne lâchez pas, M. Boisclair !

Depuis les dernières élections, il ne manque pas de vieux bonzes du PQ — et de plus jeunes, frustrés de ne pas être devenus chefs — pour essayer de vous montrer la porte plutôt que de vous appuyer dans la tâche de reconstruction et de modernisation de ce parti.

Et pourtant, si on veut être juste, force est de reconnaître que vous avez mené la meilleure campagne parmi les trois chefs des principaux partis. Malheureusement, à un conseil national, on vous avait imposé le boulet du référendum, ce qui a détourné l'attention des électeurs — et surtout des médias — de l'excellente plate-forme sociale, économique et éducative que vous présentiez. Avec les résultats que l'on connaît.

Le Parti québécois a été au pouvoir plus de la moitié du temps depuis 1976; il a tenu deux référendums, qu'il a perdus, et pourtant, il n'a sûrement pas gouverné plus mal que les libéraux. Nous sommes dans une période de crise économique, sociale et de valeurs qui affecte tous les pays développés. Continuez à faire le ménage dans le parti et à rassembler les rénovateurs autour d'une direction claire pour moderniser le Québec.

À voir en vidéo