Lettres: Brigade.net

Et voilà le doux printemps revenu. Après la fonte des blanches neiges, il y a toujours la résurrection. À Montréal, où j'habite, cette résurrection prend la forme d'amoncellements hétéroclites en tout genre: pêle-mêle dans les ruelles ou carrément en bordure des rues, des restants de bouts de n'importe quoi jonchent les lieux publics.

Les responsables sont ces citoyens insouciants, inconscients et asociaux. C'est aussi le fruit empoisonné d'une nonchalance municipale qui ne sait pas trop comment juguler cette problématique collective. Mais ce serait sous-estimer l'esprit créatif de l'équipe du maire Tremblay qui, comme solution, nous propose la création d'une nouvelle brigade de la salubrité.

À défaut de faire le boulot, donnons ce loisir, que dis-je, ce privilège aux citoyens, et gare à ceux qui pécheront par laxisme: une petite amende de 60 $ devrait les remettre dans le droit chemin de la propreté.

À mon avis, le premier à recevoir cette amende devrait-être le vent. Le vent de la discorde...

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.